Ivan Martin Jirous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ivan Martin Jirous

Ivan Martin Jirous est un poète tchèque né à Humpolec le 23 septembre 1944 et mort à Prague le 10 novembre 2011 (à 67 ans)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Poète, il est surtout connu comme directeur artistique du groupe de rock psychédélique tchèque The Plastic People of the Universe puis comme l'un des organisateurs de l'Underground tchèque durant le régime communiste. Il est également connu sous le pseudonyme de Magor, qui peut être traduit approximativement comme le « maboul » ou le « toqué » est censé être dérivé de « fantasmagorie », l'auteur de ce surnom étant le poète expérimental Eugen Brikcius.

Sa femme, Vera Jirousová, a écrit un bon nombre des paroles des chansons du Plastic People.

Il a une formation d'historien de l'art, mais n'a jamais pu travailler en tant que tel sous le régime communiste de la Tchécoslovaquie. Il travaille au sein de la dissidence sur le concept de « cité parallèle », ou « seconde culture ». Magor croit que le simple fait de s'exprimer à travers l'art peut finir par miner le système totalitaire.

Il est incarcéré à cinq reprises entre 1973 et 1989 en raison de ses activités politiques[2].

Il est ami avec Václav Havel et est mentionné plusieurs fois dans Les Lettres à Olga de ce dernier. Lors de la Révolution de velours de novembre 1989, la libération immédiate d'Ivan Martin Jirous est l'une des premières revendications de Václav Havel[2].

Ses œuvres ne sont pas traduites en français.

Il meurt le 9 novembre 2011 d'une hémorragie interne. Un millier de personnes assistent à son enterrement à Kostelní Vydří.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Czech underground legend Ivan Martin Jirous dies aged 67 », sur www.radio.cz,‎ vendredi le 11 novembre 2011 (« died in Prague on Thursday » : mort la veille, le jeudi 10, à Prague) (consulté le 16 novembre 2011).
  2. a et b « Mort d'Ivan Martin Jirous, ancien chef de file de la culture underground tchèque », Le Monde, 7 décembre 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]