Hernando de Alarcón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alarcon.

Hernando de Alarcón ou Fernando de Alarcón, né en 1500 à Trujillo en Espagne et mort en 1541 après avoir descendu le fleuve Colorado jusqu'à son embouchure dans le Golfe de Californie, est un navigateur espagnol.

Localisation des expéditions de Coronado et de Alarcón
Vue du grand Canyon du Colorado

L'explorateur franciscain Marcos de Niza fut envoyé au nord du Mexique en 1539, par le gouverneur Antonio de Mendoza dans un voyage d'exploration. Il revint avec la nouvelle qu'il existait au nord, sept villes de d'or qui appartenaient au royaume de Cíbola.

En 1540, le Vice-Roi Antonio de Mendoza ne perdit pas de temps et organisa une vaste expédition militaire composé de 200 fantassins, 150 cavaliers et quelques centaines d'Amérindiens[1]. Au commandement du Vice-Roi, Francisco Vásquez de Coronado prit la tête de l'expédition, avec Marcos de Niza comme guide. Coronado partit de Culiacán avec un petit groupe d'explorateurs, le 22 avril 1540. Tandis que le plus gros de la troupe, commandé par Tristán de Arellano, avançait plus lentement, faisant étape dans chaque ville sous contrôle espagnol.

A l'appui de cette expédition, Mendoza envoya une escadre navale sous le commandement de Hernando de Alarcón, qui partit d'Acapulco le 9 mai 1540 en direction du golfe de Californie, afin de ravitailler les troupes au sol.

Le 26 août 1540, il pénètre dans la rivière Colorado. Il nomma ce fleuve "río de Nuestra Señora del Buen Guía". Il remonta le fleuve jusqu'à la confluence avec la Rivière Gila.

Francisco de Ulloa avait déjà découvert l'embouchure de la rivière Colorado en septembre 1539, et l'avait appelé l'"Anse de San Andréas". Cependant il n'avait pas remonté le fleuve comme le fit Alarcón. Alarcón reste donc le premier européen à avoir remonté le cours du Colorado.

Alarcón meurt pendant le retour de cette expédition, en 1541.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. 200 fantassins et 150 cavaliers : Bartolomé Bennassar, Cortés. Le conquérant de l’impossible, Paris, Payot, 2001, (ISBN 228894753[à vérifier : ISBN invalide]), p.219