Henry Hazlitt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henry Hazlitt

Henry Hazlitt (28 novembre 1894 - 8 juillet 1993) est un philosophe, essayiste, et journaliste libertarien américain.

Journaliste au Wall Street Journal, à Newsweek et au New York Times, il s'est fait connaître grâce à son livre L’Économie Politique en une Leçon, un ouvrage de vulgarisation sur les principes de l'économie de marché, basé sur Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas de Frédéric Bastiat. Auteur prolifique, il est aussi l'auteur d'une œuvre majeure sur l'éthique, The Foundations of Morality.

Dans son ouvrage de 1959, The Failure of the New Economics: An Analysis of the Keynesian Fallacies, il établit une critique méthodique et systématique de la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie de John Maynard Keynes. Il en dira même qu'il « n'a pas pu y trouver une seule doctrine qui soit vraie et originale. Ce qui est original dans son livre est faux et ce qui est juste n'est pas nouveau »[1].

Très proche d'Ayn Rand dans les années 1940-1950[2], sa pensée fut influencée par celle de la philosophe américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « L'inflation est l'opium du peuple. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Henry Hazlitt, The Failure of the “New Economics” : An Analysis of the Keynesian Fallacies, Princeton, D. Van Nostrand Company,‎ 1959, p. 6
  2. in Barbara Branden, The Passion of Ayn Rand