Henri Gambey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Buste de Henri Gambey au cimetière du Père-Lachaise.

Henri-Prudence Gambey, né à Troyes le 8 octobre 1787 et mort à Paris le 28 janvier 1847, est un inventeur français, fabricant d'instruments à précision.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'horloger, il a commencé ses études au prytanée militaire de Compiègne en 1800, devenu collège des Arts et Métiers en 1803, avant qu'il soit transféré à Châlons-sur-Marne pour devenir l'école impériale d'Arts et Métiers.

Habile mécanicien, il fut de loin le plus doué des fabricants français d'instruments à précision de son époque et travailla avec de nombreux scientifiques français et étrangers.

Il inventa et perfectionna divers instruments de mesure et de précision, tels que le sextant, le théodolite, l'héliostat, la boussole, le télescope équatorial, le cathétomètre. Il reçut pour ses inventions la médaille d'or à l'Exposition nationale de Paris en 1819, 1824 et 1829, et en 1827 pour un équatorial mural de 2,38 mètres qu'il avait construit pour l'Observatoire de Paris. En 1824, il a reçu la médaille d'or à l'Exposition internationale pour une boussole à déclinaison permettant de mesurer aux différents points du globe l'angle que fait le méridien magnétique par rapport au méridien terrestre[1]En 1837, il fut élu membre de l'Académie des sciences dans la section de mécanique. Le 28 janvier 1847, il meurt à Paris au n°17 de la rue de la Pierre-Levée[2].

Porte du n°17 et son fronton
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Son magasin se situait dans la rue du Faubourg-Saint-Denis. Après sa mort, le magasin fut tenu par sa famille et ses employés jusque vers 1855.

Il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise (15e division). Une rue du 11e arrondissement de Paris, la rue Gambey, porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Le Guet-Tully et Jean Davoigneau, L’inventaire et le patrimoine de l’astronomie : l’exemple des cercles méridiens et de leurs abris, In Situ, revue des patrimoines, année 2005, no 6 Texte

Liens externes[modifier | modifier le code]