Hans Grundig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Hans Grundig par Lea Grundig.

Hans Grundig (Dresde, 19 février, 1901 - Berlin, 11 septembre 1958) est un peintre et dessinateur allemand associé à la Nouvelle Objectivité. Mari de Lea Grundig.

Après un apprentissage en décoration d'intérieur, il étudie en 1920-1921 à l'École des Arts et Métiers de Dresde. Il étudie ensuite à l'Académie de Dresde de 1922 à 1923. Durant les années 1920, ses peintures, principalement des portraits de la classe ouvrière, ont été influencés par les œuvres d'Otto Dix[1]. Comme son ami Gert Heinrich Wollheim, il se représente souvent lui-même dans des attitudes théâtrales, comme dans son Autoportrait pendant la Saison du Carnaval (1930)[2]. Il réalise ses premières gravures en 1933.

Adversaire du fascisme, il rejoint le Parti communiste allemand en 1926 et est l'un des membres fondateurs de l'ASSO (Association allemande des Artistes prolétariens et révolutionnaires) à Dresde en 1929.

Après la chute de la République de Weimar, Grundig est déclaré artiste dégénéré par les nazis. Certaines de ses œuvres figurent dans la fameuse exposition d'Art dégénéré à Munich en 1937. Il exprime alors son hostilité envers le régime avec des tableaux tels que Les Mille Années du Reich (1936). Interdit d'exercer sa profession, il est arrêté deux fois brièvement, en 1936 et à nouveau en 1938, après quoi il est interné en camp de concentration de Sachsenhausen de 1940 à 1944.

En 1945, il va à Moscou où il fréquente une école anti-fasciste. De retour à Berlin en 1946, il devient professeur de peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Dresde. En 1957, il publie son autobiographie, Zwischen Karneval und Aschermittwoch (« Entre le carnaval de mardi gras et mercredi des cendres»). Il reçoit le Prix Heinrich Mann en 1958, l'année de sa mort.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michalski, p. 64
  2. Michalski, p. 131-133