Habib Souaïdia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Habib Souaïdia, né le 16 avril 1969 à Tebessa (Algérie)[1], est un écrivain algérien, ancien des Forces spéciales de l'Armée algérienne.

Son livre La Sale Guerre de 2001 accuse l'Armée d'être derrière des massacres de civils dont essentiellement celui de Bentalha et Raïs, dans la banlieue de la capitale. L'ex-général-major avait déjà indiqué lors d'une conférence de presse qu'à travers sa personne, c'est l'Armée algérienne qui est visée, mais que sa démarche n'engage que lui-même si l'enjeu concerne l'Algérie entière. Son livre a valu en France un procès[2] au général Nezzar la même année. En Algérie le 29 avril 2002, le Tribunal criminel progouvernemental d'Alger l'a condamné à vingt ans de réclusion par contumace pour participation à une entreprise de démoralisation de l'armée et complot portant atteinte à l'intégrité du territoire national. Habib Souaïdia étant exilé en France, ce procès s'est déroulé en son absence.

Selon le ministère public, un site Internet indique qu'Habib Souaïdia a déclaré être « prêt à retourner en Algérie pour porter les armes contre les généraux »[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur Youtube.
  2. "Audition des témoins jusqu'au 5 juillet" de Algeria Watch, consulté le 30 juin 2002.
  3. "Le procès d'Habib Souaïdia souligne les préoccupations sur l'absence d'enquêtes" de Algeria Watch, consulté le 28 juin 2002.