Gyanendra Bir Bikram Shah Dev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gyanendra
ज्ञानेन्द्र
L'ex-roi Gyanendra le 30 mars 2012.
L'ex-roi Gyanendra le 30 mars 2012.
Titre
Prétendant au trône du Népal
En fonction depuis le 28 mai 2008
(6 ans, 6 mois et 24 jours)
Prédécesseur Lui-même (roi du Népal)
13e roi du Népal
4 juin 200128 mai 2008[1]
(6 ans, 11 mois et 24 jours)
Couronnement 4 juin 2001
Premier ministre Girija Prasad Koirala
Sher Bahadur Deuba
Lokendra Bahadur Chand
Surya Bahadur Thapa
Sher Bahadur Deuba
Girija Prasad Koirala
Prédécesseur Dipendra
Successeur Monarchie abolie (2008)
Girija Prasad Koirala (chef du pouvoir exécutif)
61e Premier ministre népalais
1er février 200528 avril 2006
(1 an, 2 mois et 27 jours)
Monarque Lui-même
Prédécesseur Sher Bahadur Deuba
Successeur Girija Prasad Koirala
57e Premier ministre népalais
411 octobre 2002
(7 jours)
Monarque Lui-même
Prédécesseur Sher Bahadur Deuba
Successeur Lokendra Bahadur Chand
9e roi du Népal
6 novembre 19508 janvier 1951
(2 mois et 0 jour)
Premier ministre Mohan Shamsher Jang Bahadur Rana
Prédécesseur Tribhuvan
Successeur Tribhuvan
Biographie
Hymne royal Ras Triya Gaan (Puisse la Gloire te Couronner, Courageux Souverain)
Dynastie Shah
Nom de naissance Gyanendra Bir Bikram Shah Dev
Date de naissance 7 juillet 1947 (67 ans)
Lieu de naissance Katmandou, Népal
Père Mahendra
Mère Indra Rajya Laxmi Devi
Conjoint Komal Rajya Laxmi Devi
Enfant(s) Prince Paras Bir Bikram Shah, prince héritier
Princesse Prearana Rajya Laxmi Devi
Héritier Paras
Résidence Palais Nagarjuna

Gyanendra Bir Bikram Shah Dev
Rois du Népal
Premiers ministres népalais

Gyanendra Bir Bikram Shah Dev, né le 7 juillet 1947, fut le dernier roi du Népal entre juin 2001 et mai 2008.

Ses pouvoirs avaient été sérieusement entamés depuis le 18 mai 2006 et il n'était plus considéré comme étant le chef du pouvoir exécutif, n'ayant qu'un statut cérémonial et vivant reclus dans son palais désormais nationalisé. Le 28 décembre 2007, le Parlement provisoire avait prévu l'abolition de la monarchie. La nouvelle Assemblée constituante a voté de nouvelles institutions le 28 mai 2008 et la destitution du roi. Le règne de Gyanendra et de la dynastie Shah a donc pris fin à cette date pour céder la place à un régime républicain.

Biographie[modifier | modifier le code]

En tant que deuxième fils du prince (puis roi) Mahendra, le jeune Gyanendra est déclaré roi pendant deux mois, de novembre 1950 à janvier 1951, lorsque le reste de sa famille est en exil en Inde, mais n'est pas internationalement reconnu en tant que tel. Son grand-père Tribhuvan remonte sur le trône peu de temps après, quand la famille Rânâ lui concède le pouvoir.

Cinquante ans plus tard, selon la thèse officielle, son neveu Dipendra, pris d'un accès de folie, assassine toute sa famille, y compris son père le roi Birendra (le frère de Gyanendra) avant de se donner la mort. Gyanendra devient ainsi roi à nouveau.

En tant que roi, il cherche à exercer un contrôle actif sur le gouvernement, en renvoyant deux fois en trois ans le Premier ministre élu et en nommant à la place un gouvernement de son choix. Si son frère Birendra avait concédé une monarchie constitutionnelle en 1990, en acceptant de limiter le rôle du roi dans le gouvernement, les interventions de Gyanendra hors de ce rôle constitutionnel provoquent un mécontentement croissant du peuple népalais. Le 1er février 2005, Gyanendra prend le pouvoir à nouveau, en décrétant l'état d'urgence et accuse le premier ministre en poste, Sher Bahadur Deuba, et son gouvernement, de ne pas avoir réussi à organiser des élections parlementaires ni d'avoir restauré la paix dans le pays, en pleine guerre civile dirigée par les maoïstes.

Quelques mois plus tard, Sher Bahadur Deuba est lavé des soupçons de corruption qui pesaient sur lui et l'état d'urgence est levé. Néanmoins, même si Gyanendra promet que la paix et les institutions démocratiques seront rétablies dans les trois ans, la répression des dissidents, ainsi que le contrôle des journalistes et activistes des droits de l'homme continuent malgré les mises en gardes des organisations internationales.

En avril 2006 démarre une grève générale en faveur de la démocratie pour faire plier le roi, celui-ci finit par céder à la pression de la rue, réinstaure le parlement dans ses droits le 24 avril.

Le 27 avril, il nomme Girija Prasad Koirala, le chef du principal parti d'opposition, au poste de Premier ministre. Lors de son investiture devant les parlementaires, ce dernier ne cache pas son intention de convoquer une assemblée constituante, dans le but de décider du sort de la monarchie.

Durant le mois de mai suivant, le parlement lui retire certaines de ses prérogatives et non des moindres : telles le commandement de l'armée ou la nomination du gouvernement. Ainsi, depuis le 18 mai 2006, il n'est plus considéré comme étant le chef du pouvoir exécutif, fonction désormais dévolue au Premier ministre. Le caractère sacré du monarque est même mis à bas : il sera désormais passible de poursuites devant les tribunaux comme tout citoyen. De plus, il doit s'acquitter de ses impôts comme tout Népalais.

Le 24 décembre 2007, un accord a été annoncé entre la coalition au pouvoir et la guérilla maoïste, prévoyant l'abolition de la monarchie en avril 2008[2]. Le 28 décembre 2007, le Parlement provisoire ratifiait cet accord par 270 voix contre 3, qui prévoyait l'élection d'une assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution d'un « État fédéral, démocratique et républicain ». Cette assemblée, élue le 10 avril 2008, vit la victoire des maoïstes. Sa séance inaugurale, le 28 mai suivant, confirma l'abolition de la monarchie l'instauration de la République démocratique fédérale du Népal.

Au 28 mai 2008, Gyanendra continuait encore à vivre reclus avec sa famille dans le palais de Narayanhity situé au centre de Katmandou (cet ancien palais royal a été nationalisé et doit être transformé en musée national après son départ)[3], le gouvernement lui ayant laissé un délai de 15 jours pour quitter définitivement les lieux, l'ancien monarque quitta définitivement le palais royal le 11 juin 2008 pour s'installer dans une ancienne résidence royale, le palais Nagarjuna, située dans la banlieue de la capitale[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]