Guillaume Groen van Prinsterer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guillaume Groen van Prinsterer

Guillaume Groen van Prinsterer (21 août 1801 - 19 mai 1876) est un homme politique et historien néerlandais, est né à Voorburg, à proximité de La Haye.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guillaume Groen van Prinsterer est un historien néerlandais reconnu. Il appartenait à la classe moyenne cultivée néerlandais (son père, Petrus Jacobus Groen van Prinsterer, était médecin). Devenu un fervent chrétien, il ne quitta jamais l'Église réformée néerlandaise, l'Église officielle des Pays-Bas et de la Famille royale néerlandaise, en dépit du fait qu'il considérait que cette église était dans un état déplorable. Devenu un gentilhomme, il intégra les cercles aristocratiques, bien qu'il entra aussi sous l'influence du mouvement de renouveau évangélique de l'époque ((la contrepartie d'Europe continentale du second Grand réveil), connu aux Pays-Bas comme le Réveil (Suisse)) et en devint un des membres éminents.

Il étudia à l'Université de Leiden, et fut diplômé en 1823 comme docteur en littérature et en droit. De 1829 à 1833, il devint secrétaire de Guillaume II des Pays-Bas et, durant cette période, assista au culte de l'Église Protestante de Bruxelles, dont le pasteur était Jean-Henri Merle d'Aubigné. Par la suite, il prit une place prépondérante dans le milieu politique néerlandais, et peu à peu devint le leader du Parti antirévolutionnaire, fut élu à la seconde chambre du parlement, duquel il fut un membre durant de nombreuses années. Il fut aussi un écrivain politique.

Avec Groen, les idées de François Pierre Guillaume Guizot et de Friedrich Julius Stahl trouvèrent un éloquent exposant. Cela transparait dans ses écrits politiques controversés et ses études historiques, parmi lequel on trouve son Manuel d'histoire néerlandaise (en néerlandais) et Maurice et Barnevelt (en français, 1875, une critique de la Vie de Van Olden-Barnevelt de John Lothrop Motley). Groen fut un des plus fervents opposants de Johan Rudolf Thorbecke, dont il dénonça les principes comme étant impies et révolutionnaires,c'est-à-dire inspirés par la Révolution française. Bien que Groen assista au triomphe de ses principes dans les réformes constitutionnelles impulsées par Thorbecke, il ne cessa jamais de s'opposer à lui jusqu'à sa mort en 1876.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]