Giovanni Francesco Caroto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'un jeune enfant avec un dessin
Vérone, musée de Castelvecchio

Giovanni Francesco Caroto (Vérone, 1480 - 1555) est un peintre italien de la Renaissance italienne de l'école véronaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Francesco Caroto est d'abord élève de Liberale da Verona, puis part ensuite à Mantoue, où il subit fortement l'influence d'Andrea Mantegna et de Lorenzo Costa l'Ancien, sans rester insensible aux œuvres du jeune Corrège.

Vers 1507, il fit un premier séjour à Milan, où il put apprécier l'art de Léonard de Vinci, de Bernardino Luini et des peintres flamands, en vogue dans la capitale lombarde. Il se rendit peu après à Casale Monferrato, au service du marquis jusqu'à sa mort en 1518. Il reste de ce séjour une toile, conservée à Turin dans une collection privée.

En 1518, il retourne à Vérone en faisant un détour par Parme, où il laissa un retable dans l'église Saint-Jean-l'évangéliste. Puis ses fréquents déplacements entre Casale Monferrato et Vérone, lui donnèrent l'occasion de s'inspirer des nouveautés maniéristes, notamment de Giulio Romano et de Parmigianino.

Dès 1524, de nombreux documents semblent confirmer sa résidence permanente à Vérone[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Massacre des innocents (1505), peinture sur bois, 162 × 105 cm, Musée des Offices, Florence. C'était, avec son pendant La Fuite en Égypte, un des volets du retable des rois Mages dans l'église de l'hôpital Saint-Côme à Vérone[2].
  • Portrait de femme dit autrefois Portrait d'Isabelle d'Este (1505-1510), bois, 69 × 53 cm, Musée du Louvre, Paris[3]
  • L'Annonciation (1508), Couvent San Girolamo, Vérone.
  • Portrait d'un enfant montrant un dessin (v.1523), huile sur bois, 37 × 29 cm, Musée de Castelvecchio, Vérone.
  • Sainte Anne avec Marie et l'Enfant Jésus sur un banc de nuages avec des saints (1528), église San Fermo Maggiore, Vérone.
  • La Tentation du Christ (1531), Museo di Castelvecchio, Vérone.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. Del Bravo : Per G. F. Caroto, in: Paragone, 15.1964 No. 173, pp. 3-16
  • M. T. Fiorio : Giovan Francesco Caroto, Verona 1971
  • F. Dorell : Giovan Francesco Caroto : un artista veronese in Piemonte, in: Bollettino della Società Piemontese di Archeologia e Belle Arti, N.S. 49.1997(2000), pp. 125-139

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mauro Lucco, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p. 638
  2. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p.255
  3. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions,‎ 2005, 331 p. (ISBN 2-35031-032-9), p.298