Ghino di Tacco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument à Radicofani.
Citation de Dante sur le piédestal.

Ghinotto di Tacco, appelé Ghino (La Fratta, XIIIe siècle - ), est un célèbre hors-la-loi italien né près de Sinalunga en province de Sienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du Gibelin Tacco di Ugolino et un Tolomei, frère de Turino, il est apparenté à la famille noble des Cacciaconti Monacheschi Pecorai Tolomei.

Avec son frère il poursuivit des activités de voleur et de pilleur et fut poursuivi par la République siennoise. Après sa capture, son frère fut exécuté sur la Piazza del Campo, et Ghino s'enfuit et trouva refuge à Radicofani, un bourg fortifié proche de la via Cassia aux confins de la république siennoise et des États pontificaux où il continua ses actions de bandit.

Il laissait toujours quelques possessions à ses victimes, ce qui le fit décrire par Boccace comme un « bon brigand » (Brigante buono) dans Le Décaméron (seconde histoire du dixième livre) quand il y relata l'enlèvement de l'abbé de Cluny.

Quant à Dante, il le cite dans Le Purgatoire, au chant VI, lignes 13–14, pour sa férocité lors de la mort de l'Arétin Benincasa da Latrina (juriste à Bologne, puis juge du Podestà siennois).

« Quiv'era l'Aretin che da le braccia fiere di Ghin di Tacco ebbe la morte »

Dans le personnage du film Medieval Pie : Territoires vierges Gerbino della Ratta est inspiré par le Ghino Fratta, en fait Ghino di Tacco.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B. Bentivogli (sous la direction de), Ghino di Tacco nella tradizione letteraria del Medioevo, Salerno editore, 124 pages, Rome, 1992