Genre épistolaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le genre épistolaire est un genre formel composé par une correspondance ou un échange de correspondances. Dans le cas du roman épistolaire cette correspondance est fictive, ou présentée comme fictive. Le terme s'applique aux œuvres qui ont une unité thématique, à l'exclusion des publications de correspondances sélectives ou exhaustives dont la seule unité est celle des auteurs des missives.

L'expression est également utilisée pour l'art épistolaire ; technique de composition d'une missive.

Un genre très ancien[modifier | modifier le code]

Les plus anciens ouvrages épistolaires datent de l'Antiquité gréco-latine et forment dès cette époque un genre propre se déclinant sous deux formes ; le recueil de missives réel ou fictif, et l'adresse à un correspondant réel ou fictif. « Réel » et « fictif » s'entendant ici pour ce qui concerne la réalité de la correspondance ou du correspondant, et non le caractère réel ou fictif du récit.

Pour exemple, le poème épique et didactique De rerum natura (ou De natura rerum) de Lucrèce est assimilable au genre épistolaire, et les Lettres à Lucilius de Sénèque le Jeune sont présentées comme une série de lettres, sans que dans les deux cas on puisse penser qu'une correspondance réelle ait eu lieu.

Les Épîtres du Nouveau Testament chrétien, et principalement ceux attribués à Paul de Tarse (les Épîtres pauliniennes) sont un cas connu d'ensemble antique ressortant du genre épistolaire, où la réunion de ces écrits a une unité thématique forte et constitue la base du corps de doctrine chrétien originel.

Réalité et fiction[modifier | modifier le code]

On peut diviser ce genre en deux groupes ; les correspondances réelles et les correspondances fictives. Pour les époques les plus anciennes, le partage n'est pas toujours évident, pour la littérature moderne et contemporaine il est en général plus clair, les cas de correspondance fictive formant un genre en soi ; quand Paul Scarron compose son Épître chagrine, il ne fait pas mystère du caractère fictif de l'ouvrage, à l'époque, ce genre d'épîtres se différencie peu du genre de la satire (sous-titre de l'ouvrage de Scarron). En contraste, la correspondance de la marquise de Sévigné à sa fille rend compte d'un échange épistolaire réel, même s'il y eut un retravail.

Un cas limite est Les Lettres persanes de Montesquieu, qui est fondamentalement un roman épistolaire (correspondance fictive entre personnages fictifs) comparable aux Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, mais à but moral, comme l'épître satirique en vogue à l'époque de Scarron et Boileau, ou les divers épîtres des philosophes du siècle des lumières, au premier chef Voltaire et Diderot.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Les ouvrages du genre épistolaire (la correspondance est supposée réelle) sont composés de diverses manières :

  1. Les correspondants supposés ou, le plus souvent, l'un d'eux seulement, composent l'ouvrage.
  2. Il peut s'agir d'un recueil fait par des tiers, le plus souvent post mortem. Tantôt il s'agit d'un échange de lettres entre deux personnes ou plus, tantôt on ne retient que les missives d'un des correspondants.

L'unité thématique est elle aussi variée ; il peut s'agir d'une unité de fond (le sujet), de thème (le domaine concerné), de chronologie, de ton... Le plus souvent plusieurs de ces cas d'unité se retrouvent.

Défense de l'art épistolaire[modifier | modifier le code]

Dans le quotidien La Croix du mardi 12 juillet 2011, le journaliste et écrivain Xavier Lecœur consacre sa chronique à la défense de la lettre manuscrite[1] :

« Depuis quand n'avez-vous pas reçu de lettre ? Une semaine ? Un mois ? Un an ? Je ne parle évidemment pas des désagréables factures, ni des prospectus publicitaires, ni des demandes de dons, qui font l'ordinaire de notre courrier. Je parle simplement des bonnes vieilles lettres « à l'ancienne », comme on le dit des tartes aux pommes ou des blanquettes de veau ! Force est de constater que, malmenées par le développement fulgurant des courriels et autres SMS, elles tendent à se raréfier dangereusement... Les formes modernes de communication écrite ont certes des atouts : la rapidité, la simplicité, l'efficacité. Mais, pour rester « digestes », les messages se doivent de ne pas être trop longs. De plus, quelle que soit la chaleur des mots employés, ces messages électroniques restent curieusement toujours assez froids, comme désincarnés...

Rien de tel avec une lettre écrite à la main, en bon français, sur une ou plusieurs feuilles d'un beau papier. Son auteur a pris du temps pour la rédiger ; parfois, il a été contraint de s'interrompre quelques heures ou quelques jours avant de pouvoir la terminer. Par respect pour lui, vous allez à votre tour vous asseoir et prendre le temps de la lire attentivement. Peut-être même la relirez-vous plusieurs fois.

Votre correspondant vous parle de lui et de vous, de son existence et de la vôtre ; il vous raconte ses bonheurs, ses déboires, ses espoirs. Il vous révèle des goûts, des humeurs, des pensées, que, par timidité, il n'aurait peut-être pas osé vous dévoiler face à face. C'est drôle, émouvant, surprenant, profond, banal ou subtil. Comme la vie.

Les lettres de cet acabit, on les garde et on y répond. C'est ainsi que naissent parfois de savoureuses correspondances qui, lorsqu'elles concernent des gens célèbres, sont souvent publiées après le décès de leurs auteurs. Heureusement, d'ailleurs, que Madame de Sévigné, Voltaire ou Flaubert, pour ne citer que ces trois grands épistoliers, ne connaissaient pas les courriels ! Les chercheurs auraient été privés d'une passionnante source documentaire, et les amateurs de littérature d'un grand bonheur !

On peut à ce propos se demander comment les biographes de demain réussiront à reconstituer les échanges écrits entre les hommes d'aujourd'hui... Car les disques durs traverseront probablement moins bien les siècles que les feuilles de papier... En attendant, il est cocasse de constater que, pour être original de nos jours, il suffit de se remettre à pratiquer un art qui allait de soi pour nos ancêtres : celui de la correspondance ! Ce qui était banal autrefois est devenu rare et donc d'autant plus appréciable. Envoyer une belle lettre désormais ne revient-il pas à offrir un véritable petit cadeau à son destinataire ? »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Croix du mardi 12 juillet 2011, chronique intitulée « Les belles lettres », rédigée par Xavier Lecœur, auteur et journaliste

Liens externes[modifier | modifier le code]