Gary Yourofsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gary Yourofsky

Naissance 19 août 1970 (44 ans)
Détroit, Michigan, États-Unis
Nationalité Américain
Activité principale
Autres activités
Conférencier, activiste

Gary Yourofsky, né le 19 août 1970[1], à Détroit, Michigan, est un activiste américain pour les droits des animaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gary Yourofsky grandit à Oak Park, joue de la guitare, et rêve de devenir gardien de but dans la Ligue nationale de hockey (LNH)[2].

1996-2001 : premières années en tant qu'activiste[modifier | modifier le code]

Yourofsky situe les débuts de sa défense des droits des animaux au début des années 1990. Son beau-père était clown bénévole dans un cirque, et lui offrit une visite en coulisse. Pendant cette visite, Gary vit un éléphant enchaîné à un poteau, avec des cicatrices derrière ses oreilles. Gary fut choqué : « J'ai regardé les yeux de l'éléphant, et tout ce que j'ai vu était la tristesse et le désespoir[3]. » Il est parti du cirque au moment où les ours dansants en tutus de ballets étaient amenés devant le public[2]. Il commença des recherches sur le traitement des animaux dans plusieurs industries, et devint végétarien, puis végétalien[2].

Il devient activiste en 1996[réf. nécessaire], année où il fonde l'association Animals Deserve Absolute Protection Today and Tomorrow (ADAPTT), une organisation végétalienne opposée à tout usage des animaux[4]. En 2001, l'organisation regroupait 2 200 membres.

Il est arrêté 13 fois entre 1997 et 2001.

Le 30 mars 1997, Yourofsky, aux côtés de quatre membres de l'Animal Liberation Front (ALF), mène une action contre une ferme de fourrure à Blenheim, Ontario, Canada, et libère 1 542 visons, dont l'abattage pour leur fourrure était prévu[3]. L'action causa des dommages estimés à 500 000 $ canadiens à la ferme[5]. Il est arrêté par des policiers canadiens, et condamné à 6 mois de détention dans une prison haute sécurité en 1999[réf. nécessaire]. De ces 6 mois, il passe 77 jours en prison[3].

L'expérience affecte Yourofsky, qui dit « [il] n'était rien de plus qu'un animal dans un zoo. Ce n'était pas plaisant », et que cela « a renforcé [son] empathie et sa compréhension de ce que les animaux pouvaient endurer »[5].

À la fin de l'an 2000, Yourofsky reçoit 10 000 $ de PETA, pour financer la diffusion d'une publicité contre « l'esclavage d'animaux dans l'entreprise que l'on nomme le cirque ». La publicité a été diffusée 69 fois sur les télévisions locales[2].

En 2001, Yourofsky commence à avoir des difficultés financières. Dans une interview donné à Jack Lessenberry, professeur à la Wayne State University, il dt qu'il « était endetté jusqu'aux oreilles », et que « [il] devait 30 000 $ à ses créanciers. » Ses problèmes financiers auraient mis en suspens son activisme pour une brève période de 3 mois cette année-là[2].

2002-2005 : le partenariat avec PETA[modifier | modifier le code]

Début 2002, Yourofsky cède sa fonction de président de l'ADAPTT, à cause de ses problèmes financiers. Le jour de sa lettre de démission, il reçoit un appel téléphonique d'Ingrid Newkirk, présidente de PETA, qui lui offre un travail.[réf. nécessaire] Les négociations salariales se concluent le 20 mai 2002, date où Yourofsky intègre la fonction de conférencier national officiel de l'organisation. Dans une lettre ouverte envoyé par Yourofsky le 28 mai 2002, il décrit son enthousiasme, disant que « [recevoir] un appel et/ou une requête de la part d'Ingrid est comme recevoir un appel du Parrain Don Corleone. C'est une offre que l'on ne peut pas refuser[6].,[7] »

Plusieurs des personnes soutenant Yourofsky firent part de leur sentiment qu'il « s'était vendu » en rejoignant PETA, car il avait déjà exprimé son aversion envers plusieurs grandes organisations de droits des animaux, dont celle-ci. Yourofsky répondit aux critiques dans une lettre ouverte envoyée le 28 mai 2002, indiquant que « […], ceux qui me connaissent savent que j'ai gagné en maturité/sagesse au fil de mes années d'activisme. J'étais très critique en ce qui concernait PETA et les autres groupes qui n'agissaient pas à ma manière. Mais l'an dernier j'ai commencé à réaliser que mon âcreté était fausse et mauvaise…[7] »

2005-présent : quitter PETA et continuation de l'activisme[modifier | modifier le code]

Yourofsky a vécu une chute avec PETA en 2005, et quitte l'organisation après qu'elle a cessé de le financer. Dans un entretien[8], il critique la Humane Society of the United States (HSUS), les stratégies utilisées par PETA, et sa présidente, Ingrid Newkirk :

« PETA et HSUS sont une entrave au mouvement de la libération animale. Leurs compromis sans fin, accusations de traîtrises récurrentes, et autres tactiques de myopes NE ramènent PAS les animaux plus proches de la liberté. Je suis fatigué de me taire à ce sujet. Tant que PETA et la HSUS existent, les animaux resteront esclavagisés massivement. Ingrid Newkirk, une tueuse de chats en série, s'échappe de sa voie pour attraper les chats sans abris et en bonne santé dans le Norfolk, en Virginie, et les tue dans une cabane située dans les fondations du quartier général de PETA de Norfolk. »

Il ajoute que « […] sous la direction de Newkirk, elle avait de sa seule main tourné en bourrique le mouvement de libération animale avec des femmes nues et des contestations en costumes de dessins animés. »

Il estime avoir donné des conférences sur le véganisme à plus de 60 000 étudiants dans les lycées et universités[3].

Yourofsky a en outre été interdit de séjour dans 5 pays, dont le Canada et l'Angleterre[réf. nécessaire].

Principes[modifier | modifier le code]

Yourofsky considère que le meurtre intentionnel n'est légitime qu'en cas d'auto-défense. Interrogé au sujet des bactéries qui sont tuées quand il cuisine, il répond : « Vous avez le droit de vous défendre et de tuer quelque chose qui vous nuit[9]. » Et ajoute :

« Maintenant, laissez-moi expliquer ceci d'une manière différente: si vous ou moi nous promenons dans les bois et qu'un ours vous attaque et vous saute dessus, pensez-vous vraiment que je serai du genre à dire "Euh, dommage je suis végétalien" ? J'essayerais plutôt de nous tirer d'affaire, et de pas te laisser dans la merde ! C'est de l'auto-défense, tu étais attaqué. »

Critiques de Yourofsky[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Gary Yourofsky fut considéré comme un éco-terroriste ou terroriste domestique par certains critiques. Dans une interview, Yourofsky dit,

« Au fond de moi, j'espère sincèrement que l'oppression, la torture et le meurtre se retournent dix fois contre les hommes qui s'en moquent ! Je souhaite que des pères tirent accidentellement sur leurs fils à l'occasion de parties de chasse, pendant que les carnivores succombent lentement à des crises cardiaques. Que chaque femme emmitouflée dans la fourrure doive endurer un viol si vicieux qu'elle en soit marquée à vie. Et que chaque homme couvert de fourrure se fasse sodomiser si violemment que ses organes internes en soient détruits. Que chaque cowboy et chaque matador soit encorné jusqu'à la mort, que les tortionnaires du cirque se fassent piétiner par des éléphants et lacérer par des tigres. Enfin que l'ironie se montre sous la forme d'un chercheur sur les animaux qui a attrapé des maladies débilitantes et qui dépérit douloureusement parce que l'argent de la recherche qui aurait pu le soigner a été gaspillé dans la pratique barbare et non scientifique de la vivisection. »

Plusieurs critiques[Lesquels ?] ont trouvé que la comparaison entre le port de la fourrure et le viol était outrageuse[réf. nécessaire] (Yourofsky fait ce lien car, pour tuer un animal pour sa fourrure, il faut l'électrocuter par l'anus afin de ne pas endommager ses poils et sa peau destinés à la vente).

Par ailleurs, il pointe le fait que d'autres activistes anti-oppression comme Gandhi, Nelson Mandela, les activistes des droits de femmes, les protecteurs des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale et d'autres étaient également considérés comme des criminels en leur temps, et souvent punis pour leurs (désormais bien vues) actions.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gary Yourofsky - "convert 1000s to veganism every year" - My Care2 » (consulté le 19 septembre 2011)
  2. a, b, c, d et e Jack Lessenberry, « Activist Devotes Life to Animal Rights »,‎ July 4, 2001 (consulté le 21 septembre 2011)
  3. a, b, c et d « About Gary Yourofsky << ADAPTT :: Animals Deserve Absolute Protection Today and Tomorrow » (consulté le 5 juin 2011)
  4. Carolyn Bailey, « Gary Yourofsky ARZone Interview - Animal Rights Zone »,‎ June 1, 2011 (consulté le 5 juin 2011)
  5. a et b « Gary Yourofsky in the News << ADAPTT : Animals Deserve Absolute Protection Today and Tomorrow »
  6. Teresa Platt, « PeTA and the Making of a Conflict Industrialist »,‎ July 19, 2002 (consulté le 21 septembre 2011)
  7. a et b Brian Carnell, « PETA Puts Supporter of Violence on Its Payroll - AnimalRights.Net »,‎ May 29, 2002 (consulté le 21 septembre 2011)
  8. Claudette Vaughan, « The Gary Yourofsky Interview - Care2 Share »,‎ November 22, 2006 (consulté le 20 septembre 2011)
  9. « Transcript for Gary Yourofsky's Speech: Q&A Session - dotSUB »,‎ September 22, 2011.

Voir également[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]