Garcinia humilis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Garcinia humilis est un petit arbre de la famille des Clusiaceae, originaire des Antilles.

Aux Antilles françaises, il est connu sous le nom de bois-l'onguent ou abricotier bâtard[1].

Synonymes :

  • (≡) Mammea humilis Vahl (basionyme)
  • (=) Rheedia lateriflora L.

Description[modifier | modifier le code]

Garcinia humilis[2] est un petit arbre de 6-7 mètres, polygame ou dioïque, à tronc droit et branches horizontales[3], à latex jaune-orangé et écorce lisse et noire.

Les feuilles persistantes, ovales-elliptiques, de 15-22 × 7-11 cm sont coriaces, à nervures saillantes, à face inférieure blanchâtre, portées par un gros pétiole noirâtre, élargi à la base.

Les fleurs blanches, très odorantes sont disposées en fascicules axillaires. Elles comportent 2 sépales orbiculaires, 4 (-6) pétales blanc ou crèmes, en croix. Les fleurs mâles possèdent de nombreuses étamines libres, les fleurs femelles des staminodes fasciculés et un ovaire globulaire. La floraison a lieu presque toute l'année.

Le fruit est une baie ellipsoïde, lisse, nettement acuminée, de 6-7 cm de diamètre, jaune d'or, comportant une (ou plusieurs) graine, incluse dans une pulpe blanche.

Écologie[modifier | modifier le code]

Cet arbre est une espèce des Petites et Grandes Antilles et du nord de l'Amérique du Sud (Bolivie, Guyanes).

Aux Antilles, on le trouve essentiellement dans la forêt sèche semi-décidue de la série xérophile mais aussi sur les falaises mésophiles en zone volcanique et même en forêt hygrophile.

Utilisations[modifier | modifier le code]

  • Fruits comestibles
Ce Garcinia est cultivé pour son fruit depuis des siècles, dans les vergers du bassin amazonien de la Bolivie[4] et a été introduit récemment dans les Queenslands en Australie où sa culture commerciale a été développée.
Son goût est décrit comme rafraîchissant et un peu amer.
  • « Résine de Manil »
Aux Antilles françaises, l'écorce contient une résine épaisse à odeur agréable qui est utilisée pour extraire les épines implantées dans la peau[3].
  • Bois
Le bois, blanc et dur, s'emploie pour les charpentes et la menuiserie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en créole, bwa longan, zabriko bata
  2. Jacques Fournet, Flore illustrée des phanérogames de Guadeloupe et de Martinique, Gondwana editions, Cirad,‎ 2002
    Tome 1 : ISBN 2-87614-489-1 ; Tome 2 : ISBN 2-87614-492-1
  3. a et b Sastre C., Breuil A., Plantes, milieux et paysages des Antilles françaises. Ecologie, biologie, identification, protection et usages., Biotope, Mèze,‎ 2007
  4. Achacha

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :