Fondation Konrad Adenauer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de la Fondation Konrad Adenauer à Sankt Augustin.

La Konrad-Adenauer-Stiftung e.V. (KAS) (Fondation Konrad Adenauer) est un think tank allemand associé à l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU). Fondée en 1955 par Bruno Heck, la fondation a ses sièges à Sankt Augustin (près de Bonn) et Berlin.

Activités[modifier | modifier le code]

Le dernier temps après la chute du communisme en Albanie, le KAS soutient L'Institut des Études et Conséquences des Crimes Communistes (ISKK) en Albanie. Le KAS est en train de préparer et publier l'Encyclopédie des toutes les victimes de la terreur communiste en Albanie. Le KAS sponsorise les livres de témoignage des anciens prisonniers politiques. Le 6 novembre 2014, le FAS organise ensemble à l'Institut (ISKK) une réunion dans l'ancien camp de concentration de Tepelena (Sud d'Albanie), avec les anciens déportés dans ce camp terrible, où existent seulement les ruines des immenses casernes où étaient entassés des milliers de condamnés, familles entières, vieux, femmes et enfants (même des bébés). Bonne partie d'eux ayant perdu la vie dans ce terrible camp de concentration. Il y avait un jeune peintre au nom Lek Pervizi, enfermé dans ce camp, qui avait fait de dessins de l'original de ces casernes monstrueuses, où les internés (déportés) étaient enfermés pendant six ans (1948-1954) dans de conditions prohibitives. Un Album de ces dessins était publié par l'Institut (ISKK), sponsorisé par FAS. Six présidents et les divers gouvernements post-communistes n'avaient donné aucune importance à ce camp de Tepelena et n'avaient pas compensé les anciens déporté de leurs années de condamnation. L'Ambassadeur d'Allemagne en Albanie, Helmut Hoffman, et le directeur de FAS en Albanie, Tomas Schreiber, avaient souligné ce manque de part de l'État albanais vers ces milliers de victimes sacrifiées à l'autel du communisme. L'Albanie est l'unique pays ex-communiste qui n'a reconnu les crimes du communisme et qui n'a pas élevé un seul mémorial ou monument aux victimes de la terreur communiste. Les albanais ont apprécié beaucoup cette manifestation en faveur des anciens déporté dans le camp de Tepelena et tous les autre camps ou prisons dont la dictature avait rempli l'Albanie[1],[2],[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lek Pervizi, "Ne rrathet e Ferrit", (Album), ISKK, Tirana, 2014.
  2. Lek Pervizi, "Dans les Cercles de l'Enfer" (récits) L'Harmattan, Paris, 2014.
  3. Lek Perviizi, "Il Grande Lamento", (poèmes), Lampi di Stampa, Milano, 2006.
  4. ISKK, Fjalor enciklopedik i viktimave te terrorit komunist, Tirane, 2014