Ficus Ruminalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autel de Mars et Vénus, trouvé place des Corporations à Ostie. La louve allaitant Romulus et Rémus, entre deux figuiers, reconnaissables à leurs feuilles dentelées et leurs fruits
Denier émis vers 137 av. J.-C. Revers montrant la louve et les jumeaux, avec le figuier en arrière-plan

Ficus Ruminalis est le figuier sauvage[1], situé devant l'entrée de la grotte du Lupercal qui se trouve au pied du mont Palatin à Rome, sous lequel Romulus et Rémus ont été découverts par le berger Faustulus[2]. Son nom viendrait du fait que cet arbre aurait été, à l’origine, consacré à la déesse Rumina qui présidait à l’allaitement (en latin, Ruma désigne la « mamelle »[3]), ou, selon Plutarque, « parce que les bêtes ruminantes allaient, au milieu du jour, se reposer sous son ombre[4] » (en latin, Ruma désigne aussi la panse d'un aninal et Ruminalis, le « ruminant »[3]).

Varron situe son emplacement près du Germal, sommet ouest du mont Palatin, dont il rapproche le nom du mot germani, les frères, c'est-à-dire Romulus et Rémus, selon une étymologie incertaine[5]. Une autre tradition place le ficus Ruminalis sur le forum Romanum, aux abords du comitium, où il faisait l'objet d'un culte. Selon Jérôme Carcopino et Pierre Grimal, cette contradiction fut résolue par une nouvelle légende rapportée par Pline l'Ancien[6] : sous le règne de Tarquin l'Ancien, l'augure Attus Navius aurait prélevé le figuier du Palatin pour le replanter sur le Comitium à proximité de la Curie, sacralisant ainsi cet emplacement[7].

Plusieurs siècles après, Tacite rapporte que le figuier du Comitium périt à la fin de l'année 58, ce qui constituait un mauvais présage, mais qu'ensuite il repartit du pied[8].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme de « figuier sauvage » ne s'applique qu'au figuier commun mâle, appelé aussi « caprifiguier » (en latin : Caprificus, c'est-à-dire « figuier de bouc »).
  2. Tite-Live, Histoire romaine livre I, 4 ; Plutarque, Vies des hommes illustres - Romulus - p.43 ; Pline l'Ancien, Histoires naturelles, XV, 20, 4
  3. a et b Définition du dictionnaire Gaffiot - latin-français (1934)
  4. Plutarque, Vies des hommes illustres - Romulus - p.44
  5. Varron, De la langue latine, V, 54
  6. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, XV, 77 ; Festus, 168 Lindsay.
  7. Pierre Grimal, La civilisation romaine, Flammarion, Paris, 1981, réédité en 1998, (ISBN 2-080-81101-0), p. 225 ; Jérôme Carcopino, La Louve du Capitole, Paris, 1925, pp. 26-28.
  8. Tacite, Annales, XIII, 58