Facteur déterminant des testicules

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le facteur déterminant des testicules (FDT) est la protéine codée par le gène SRY, induisant la masculinité chez l'Homme et quelques autres espèces. Il s'agit d'un facteur de transcription de la famille des protéines SOX, qui active la transcription de son propre gène (SRY) et celle d'autres gènes codant des facteurs de transcription. L'expression de ces gènes amorce la masculinisation de l'embryon en induisant le développement des organes sexuels mâles. Une absence du gène SRY entraîne le développement des caractères femelles[1].

Son expression est directement ou indirectement impliquée dans le développement des cordes primaires sexuels qui se développeront ensuite en canaux déférents. Ces cordes proviennent de la partie centrale des gonades encore indifférenciés, futurs testicules. Les testicules commencent ensuite à sécréter de la testostérone et de l'hormone de régression müllérienne[1].

D'anciennes études traitaient du rôle de l'antigène HY dans le contrôle du développement des testicules, qui ont été plus tard démentis.

Implication dans des maladies[modifier | modifier le code]

Le gène du FDT peut provoquer certains problèmes de développement. La recombinaison génétique par enjambement peut entraîner le transfert de ce gène sur le chromosome X. Dans ce cas, ce chromosome initialise le développement des testicules. Ainsi, même en l'absence de chromosome Y, l'individu porteur de ce chromosome X se développera en mâle. C'est le syndrome de l'homme XX.

Ces cas d'enjambement peuvent aussi entraîner la disparition de la région SRY du chromosome Y. Les individus possédant ce type de chromosome Y se développeront en femelle, malgré le fait d'avoir l'ensemble chromosomique XY. Il s'agit du syndrome de Swyer (46XY, génotype mâle mais phénotype femelle).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Mittwoch, Ursula, « The race to be male », New Scientist, vol. 120, no 1635,‎ 22 octobre 1988, p. 38-42

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]