Evergreen Review

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Evergreen Review est une revue littéraire basée aux États-Unis, fondée en 1957 par Barney Rosset et publiée par Grove Press. Elle a publié des textes d'auteurs reconnus, européens et anglo-saxons, tels Jean-Paul Sartre, Samuel Beckett, Albert Camus, Bertolt Brecht, etc. L’Evergreen Review est parue sous forme papier de 1957 à 1973, et a été recréée sur Internet en 1998.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’Evergreen Review a été lancée en 1957 par Barney Rosset, éditeur à Grove Press, sous la forme d'une revue à couverture souple[1]. Le premier numéro contient entre autres un essai de Jean-Paul Sartre et une nouvelle de Samuel Beckett, Dante et le homard ; Samuel Beckett publie par la suite de nombreux autres textes dans la revue[1]. La revue publie de nombreux textes liés à la politique et à la sexualité[1].

Dans les années 1950 et 1960, le budget de la revue reste mince et sa rédaction peu nombreuse ; le rythme de publication passe progressivement du trimestriel au bimestriel puis au mensuel. La publication papier s'arrête après 96 numéros en 1973[1].

En 1998, Barney et Astrid Rosset relancent la revue sous la forme d'une publication en ligne sur Internet. La nouvelle mouture de l’Evergreen Review contient à la fois des republications de textes d'anciens numéros et des textes inédits par des auteurs contemporains[1].

Auteurs et illustrateurs publiés[modifier | modifier le code]

L’Evergreen Review publie de nombreux auteurs européens ou anglo-saxons devenus par la suite des classiques, dont Edward Albee (dont la revue publie Zoo Story, la première de ses pièces à être jouée ensuite), Amiri Baraka (l'essai Cuba libre en 1960), Samuel Beckett (qui publie Dante et le homard dans le premier numéro, et de nombreux autres textes par la suite), Jorge Luis Borges, Albert Camus (qui y publie un Essai sur la guillotine en 1960), William S. Burroughs, Charles Bukowski Günter Grass, Jack Kerouac, Vladimir Nabokov, Harold Pinter, Jean-Paul Sartre (qui publie un essai dans le premier numéro) et Derek Walcott.

L’Evergreen Review contient des illustrations, et, dans ses premiers numéros, quelques bandes dessinées, notamment de Frank Springer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « History of Evergreen Review », page du site de la revue. Page consultée le 24 décembre 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]