Et l'homme créa un dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Et l’homme créa un dieu
Auteur Frank Herbert
Genre Roman
Science-fiction
Version originale
Titre original The Godmakers
Éditeur original Putnam
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1972
ISBN original 0-399-11006-2
Version française
Traducteur Michel Lederer
Lieu de parution Paris
Éditeur Jean-Claude Lattès
Collection Titres/SF
Date de parution 1979
Type de média Livre papier
Nombre de pages 250

Et l’homme créa un dieu (titre original : The Godmaker) est un roman de science-fiction écrit par Frank Herbert et publié en 1972, traduit de l’américain par Michel Lederer en 1979.

Ce roman est développé à partir de quatre nouvelles publiées en anglais dans Astounding Science Fiction :

Résumé[modifier | modifier le code]

À peine sorti de l’École de Paix de Marak, Lewis Orne est envoyé en mission sur une des planètes perdues, qu’on vient de redécouvrir. L’Empire galactique, démantelé par la guerre des Marches, est en voie de réunification, et il faut empêcher le développement de civilisations guerrières dans les humanités séparées. Les hommes sont marqués par les horreurs de la guerre et la répression ne les aide pas à rééquilibrer leurs vies.

Mais Orne devine leurs problèmes et les résout comme par enchantement. Serait-il un foyer psi, un faiseur de miracles, un dieu en puissance ? Ceux qui le manipulent — le gouvernement, les prêtres du Surdieu, le contre-pouvoir secret des Nathians — jouent peut-être un jeu dangereux : créature devenue créateur, il peut causer douleur et souffrance. Sauf en trouvant le moyen d’apprivoiser la haine et la panique. Deviendra-t-il maître de lui ? de l’univers ? des deux à la fois ?

Le roman face au Cycle de Dune[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Cycle de Dune et Cycle des Saboteurs.

Bien que ce roman soit sous-titré Prélude à Dune, il n’entre pas directement dans la suite du cycle de Dune, mais est plutôt un trait d’union entre celui-ci et le l’univers de la CoSentience (références au « R & R » dans L'étoile et le fouet).

Le fait qu’il s’y rapporte vient du fait qu’ici, F. Herbert détaille sa manière d’aborder (de créer) une nouvelle religion telle que celles développées par le Bene Gesserit, dans l’univers de Dune.