Ensemble ordonné filtrant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Définitions[modifier | modifier le code]

Soit (I,\leq) un ensemble ordonné (partiellement ordonné en général).

On dit que (I,\leq) est un ensemble ordonné filtrant (ou précise parfois filtrant à droite) si

\forall (i,j)\in I^2,\exists k\in I, i\leq k\ et\ j\leq k

On dit qu'il est filtrant à gauche si l'ordre opposé est filtrant, c'est-à-dire si

\forall (i,j)\in I^2,\exists k\in I, k\leq i\ et\ k\leq j

On peut généraliser les définitions ci-dessus aux relations de préordre.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • (\mathbb N,\leq) est filtrant, plus généralement, tout ensemble totalement ordonné est filtrant.
  • Pour tout ensemble X, l'ensemble des parties finies de X (ordonné par l'inclusion) est filtrant.
  • Les treillis sont filtrants à droite et à gauche.
  • Les filtres et plus généralement les bases de filtres sont filtrants à gauche pour l'inclusion.

Lien avec les filtres[modifier | modifier le code]

Soit (I,\leq) un ensemble ordonné filtrant à gauche. L'ensemble

\mathcal B =\{[x,+\infty[ \mid x\in I \} est une base de filtre.

Lorsque I admet un plus grand élément \omega, ce filtre est le filtre principal \mathcal F_{\omega}.

Parties cofinales[modifier | modifier le code]

Soit (I,\leq) un ensemble ordonné (filtrant ou pas) et J une partie de I. On dit que J est cofinale (en) si \forall x\in I,\ \exists y\in J,\ x\leq y .

Dans les différentes définitions de la limite, la limite en analyse ou la limite inductive ou projective en algèbre, on ne change pas la (ou parfois les) limite(s) en remplaçant un système filtrant par une partie cofinale.

On dit que J est une suite cofinale si (J,\leq) est isomorphe à (\mathbb N,\leq). L'avantage d'une suite cofinale est est de revenir à une définition fondamentale de la limite.[réf. nécessaire]

Tout ensemble ordonné filtrant qui admet une partie cofinale dénombrable admet une suite cofinale. En particulier[pas clair], dans un espace topologique, si tout point admet une base de voisinages dénombrable, alors c'est un espace séquentiel, c'est-à-dire qu'on peut décrire complètement la topologie avec des suites.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Idéal (théorie des ordres)