Jacques Dixmier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dixmier.

Jacques Dixmier est un mathématicien français, né en 1924 à Saint-Étienne, qui a été membre du groupe Nicolas Bourbaki.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Dixmier entra à l'ENS en 1942, fut reçu premier à l'agrégation en 1944 et intégra le CNRS en 1947. En 1949, sous la direction de Gaston Julia, il soutint une thèse intitulée Étude sur les variétés et les opérateurs de Julia avec quelques applications et fut invité par Jean-Pierre Serre et Pierre Samuel à se joindre au groupe Bourbaki. Il enseigna à Toulouse, Dijon puis Paris[1]. Au début de sa retraite, il passa cinq ans à l'IHÉS. Il est professeur émérite de l'université Paris 6.

Il est également l'auteur de deux recueils de nouvelles de science-fiction, L'Aurore des dieux (1993) et Le Septième arrhe (1995).

Il est coauteur (avec Danye Chéreau et Alain Connes) du roman Le théâtre quantique paru chez Odile Jacob en 2013 (ISBN 978-2-7381-2983-3).

Son nombre d'Erdős est 1.

Travaux[modifier | modifier le code]

Dans les Éléments de mathématique, Dixmier a fourni des contributions essentielles sur les algèbres de Lie. Il a aussi travaillé sur les algèbres d'opérateurs, écrivant quelques-uns des ouvrages de référence sur ce sujet, et a introduit entre autres la trace de Dixmier (en) et la conjecture de Dixmier (en). Parmi ses élèves figurent Alain Connes, Nicole Berline et Michel Duflo (de)[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sélection d'ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Interview with Jacques Dixmier, Newsletter of the EMS, juin 2009, p. 34-41.
  2. (en) Jacques Dixmier sur le site du Mathematics Genealogy Project

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Jacques Dixmier » (voir la liste des auteurs)