Discours de Constantine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les discours de Constantine désignent plusieurs discours politiques effectués à Constantine, en Algérie, par différents hommes politiques, dont les plus connus sont les deux discours de de Gaulle.

  • le premier discours de Constantine de de Gaulle, prononcé le 12 décembre 1943, alors qu'il est le chef du gouvernement provisoire annonce l'octroi de la citoyenneté française à plusieurs dizaines de milliers de musulmans (60 000) et promet des réformes.
  • le second discours de Constantine de de Gaulle, le 3 octobre 1958, trace les grandes lignes de la politique que De Gaulle compte appliquer en Algérie à son retour au pouvoir.

Albert Sarraut[modifier | modifier le code]

Charles de Gaulle[modifier | modifier le code]

Nicolas Sarkozy[modifier | modifier le code]

Dans son discours de Constantine, prononcé à l'Université Mentouri, le 5 décembre 2007, Nicolas Sarkozy s'adresse à l'Algérie, à la jeunesse algérienne et au président Abdelaziz Bouteflika. Il y fit référence à l'histoire de la ville et de l'Algérie.

Il loue aussi l'« islam des Lumières »[2] de l'émir Abd el-Kader, qui résista à la colonisation de l'Algérie et qui obtint la Légion d'honneur pour son rôle lors du massacre de Damas en 1860.

Outre le Liban, le droit des Palestiniens à obtenir un État et celui d'Israël à continuer à exister, le président évoque la « civilisation méditerranéenne » et l'Union pour la Méditerranée, ainsi que l'accord de coopération dans le nucléaire civil conclu entre Paris et Alger et la politique d'immigration.

Analyse[modifier | modifier le code]

Ce discours tranche singulièrement avec le discours de Dakar[réf. nécessaire], prononcé la même année. Cela ne l'a pas empêché d'être vertement critiqué pour « démagogie » par l'historien Olivier Le Cour Grandmaison[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cela a fait l'objet d'un sujet au bac au Sénégal (concours général sénégalais) en 2006.
  2. « Islam si authentique, si ouvert, si humaniste »
  3. Olivier Le Cour Grandmaison, « Sur le discours de Constantine », Jeune Afrique, no 2452,‎ 6 janvier 2008 (résumé) :

    « C’est à l’aune de cette politique extérieure mercantile, que nulle rupture n’est venue réformer, qu’il faut interpréter les déclarations de Constantine. Elles ne sont que des moyens cyniquement mis au service d’une fin : la promotion de l’industrie nationale à quoi s’ajoute le désir de rehausser le prestige d’un président-voyageur représentant de commerce supposé être au service du pays, de ses entreprises et des Français.


    (...) Nicolas Sarkozy pense ce qu’il a déclaré et prétend faire ce qu’il dit ? Qu’il le prouve en demandant à son diaphane premier ministre et à sa majorité soumise d’abroger cette législation scélérate. »

Lien externe[modifier | modifier le code]