Diebold

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Diebold, Inc

Création août 1859
Siège social Drapeau des États-Unis Green (États-Unis)
Direction Thomas W. Swidarski, Président & CEO
Activité Technologie sécurité
Site web www.diebold.com

Diebold Election Systems, Inc. (DESI) est une filiale de Diebold, Inc. C'est une entreprise américaine créée en 1859, cotée en bourse au NYSE. Diebold fabrique et vend des machines à voter. Une autre filiale vendant des machines à voter au Brésil est Diebold-Procomp.

Les machines à voter Diebold sont les machines utilisées lors des élections du Maryland en 2004. Ces machines présentent plusieurs failles de sécurité. La diffusion des disques liés à ces machines à la fin octobre 2006 a fait couler beaucoup d'encre dans les journaux aux États-Unis sur la sécurité de processus démocratique.

L'affaire a commencé lorsqu'un responsable des élections du Maryland, Cheryl C. Kagan, a reçu des disques utilisés dans ces machines et peut-être volés.

Les étiquettes des disques indiquent qu'ils contiennent deux logiciels Diebold faisant fonctionner les machines à voter électroniques dans le Maryland en 2004. D'après Diebold l'une des versions de l'un des logiciels est encore en 2006 en exploitation dans certaines juridictions ailleurs aux États-Unis.

Suite à la réception de ces disques, Cheryl C. Kagan a contacté des responsables du FBI.

Diebold 1063ix avec modem

Histoire[modifier | modifier le code]

Diebold a été créé en 1859 par Charles Diebold à Cincinnati, Ohio.

En mars 2008 United Technologies Corporation a proposé d'acheter Diebold pour 2,63 milliards de dollars mais en octobre 2008 l'offre a été retirée.

Controverse[modifier | modifier le code]

Réactions[modifier | modifier le code]

Les critiques du vote électronique ont déclaré que cet incident faisait planer le doute sur les proclamations selon lesquelles le Maryland aurait le système de vote le plus sûr de la nation. Il peut maintenant y avoir de nombreuses copies du logiciel Diebold naviguant dans les mains de personnes non autorisées, d'après Linda Schade, cofondatrice de TrueVoteMD, qui est en faveur d'un système fournissant une trace papier vérifiable pour chaque vote.

Henry Fawell, un porte-parole du gouvernement Robert L. Ehrlich Jr. (R), a déclaré que la faille suspectée soulève une autre question sans réponse sur la technologie Diebold. Ehrlich supportait initialement la technologie Diebold mais est maintenant (en 2006) favorable à ce que le Maryland change de système pour un système qui fournit une preuve papier.

Des informaticiens ont affirmé que l'incident prouvait que les fabricants de machines à voter devraient publiquement diffuser le logiciel, car il est difficile de garder un secret de cette nature aussi longtemps, d'après Edward Felten, un informaticien de l'université de Princeton qui a démontré en septembre comment les machines Diebold pouvait être facilement hackées[1]. D'après Felten, une diffusion publique des instructions du code source qui gère la machine améliorerait la sécurité en permettant à des experts de trouver des failles qui pourraient alors être corrigées. D'après David Jefferson, un informaticien du Lawrence Livermore National Laboratory qui a averti le secrétaire d'État chargé des élections en Californie, le code source devrait être public précisément parce que c'est une composante essentielle du système de vote. D'après lui, «Notre processus démocratique doit être complètement ouvert, et des élections transparentes ne peuvent pas être menées avec un logiciel secret».

Pour Michael I. Shamos, un informaticien de Carnegie Mellon University, l'apparition des disques dans le bureau de Kagan est un évènement sans importance. Pour lui, le code source du système de vote devrait être publié en raison du fort intérêt du public pour la crédibilité du système de vote. Pour lui, puisque la connaissance du code source est une bonne chose, nous n'avons pas à nous plaindre de ce qui s'est produit.

Avi Rubin, un informaticien du Johns Hopkins University qui a relu le logiciel est tout sauf certain que le logiciel présent sur le disque soit le logiciel de Diebold.

Autres[modifier | modifier le code]

  • En 2002, Cathy Cox, la Secrétaire d'État de la Géorgie républicaine signe un contrat pour s'équiper de machine à voter Diebold.
  • Walden O'Dell, partisan de George W. Bush, décide d'installer les machines à voter dans l'État de l'Ohio.
  • Black box voting (en) une organisation privée dit qu'il suffit de changer de carte mémoire pour tricher avec la machine à voter (voir le docmentaire Hacking Democracy).
  • Diebold fut soupçonné par les démocrates de truquage pour l'élection (Bush - Kerry) en 2004 avec la complicité de Ken Blackwell, le Secrétaire d'état républicain de l'Ohio.
  • En 2007 l'entreprise Diebold se sert du WikiScanner pour espionner les adresses IP qui critiquent George W. Bush sur Wikipedia[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cependant, d'après l'entreprise, le travail de Felten aurait été imprécis, et irréel.
  2. Wikipedia Sleuth's tool reveals entry fiddling., Catherine Elsworth, The Telegraph, 16 avril 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]