De Telegraaf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
De Telegraaf
Image illustrative de l'article De Telegraaf

Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Langue Néerlandais
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste
Diffusion 800 000 ex.
Date de fondation 1893
Ville d’édition Amsterdam

Propriétaire N.V. Holdingmaatschappij De Telegraaf
Site web De Telegraaf

De Telegraaf est le journal néerlandais le plus important, avec une diffusion d'environ 800 000 exemplaires. De Telegraaf (« Le Télégraphe » en néerlandais) est établi à Amsterdam.

Une filiale, Basismedia BV publie le quotidien gratuit Sp!ts.

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Ce quotidien national contient de nombreux articles consacrés au sport ou aux événements qui font sensation, et une ou plusieurs pages dont le contenu est fourni par le magazine people Privé. La couverture des informations financières est quant à elle effectuée de manière très sérieuse. Politiquement, le journal est plutôt conservateur. Ainsi de nombreux éditoriaux ont supportés les opinions du défunt Pim Fortuyn assassiné pour ses opinions politiques.

Historique[modifier | modifier le code]

De Telegraaf a été fondé par Henry Tindal qui a lancé au même moment un autre journal, De Courant (La Gazette). Le premier numéro est sorti le 1er janvier 1893. À la mort de Tindak, le 31 janvier 1902, l'imprimeur Hak Holdert rachète avec le soutien des banquiers De Telegraaf et De Courant le 12 septembre 1902. Ce fut un investissement rentable, en particulier pour ce qui est du De Courant, puisque cela a permis à Holdert d'enchaîner de 1903 à 1923 les rachats de journaux, et d'en arrêter la publication. Holdert a ajouté le sous-titre Amsterdamsche Courant (La Gazette d'Amsterdam) au journal De Telegraaf, et Het Nieuws van den Dag (Les Nouvelles du Jour) au journal De Courant. En 1926, il lance la construction d'une nouvelle imprimerie au Nieuwezijds Voorburgwal à Amsterdam, sous la direction des architectes J.F. Staal et G.J. Langhout. La construction s'achève par l'occupation des locaux en 1930. Plus tard, en 1966, l'imprimerie sera assiégée par des ouvriers de chantier en colère, et par les sympathisants du mouvement Provo, suite à une fausse information au sujet d'une victime qui n'aurait pas été tuée par la police mais par un autre travailleur lors d'une grève. En 1974, le De Telegraaf s'est déplacé à son adresse actuelle au Basisweg.

Pendant la Première Guerre mondiale, lorsque les Pays-Bas étaient officiellement neutres, les sympathies françaises de Holdert et son parti-pris pro-anglais ont été la source de quelques controverses autour du Telegraaf. Durant la Seconde Guerre mondiale, les compagnies du Telegraaf ont publié des articles pro-allemands, ce qui a amené à une interdiction de publication du journal pour une durée de 30 ans. Cette condamnation a toutefois été levée en 1949, et 'De Telegraaf est à nouveau devenu le plus grand journal des Pays-Bas.

En 1998 De Courant/Nieuws van de Dag a cessé de paraître. Depuis le 21 mars 2004, il existe une édition dominicale du De Telegraaf.

Propriétaire[modifier | modifier le code]

La société propriétaire du De Telegraaf est la N.V. Holdingmaatschappij De Telegraaf, elle-même propriété, minoritairement (30 %) de la famille Van Puijenbroek de Goirle. La société contrôle les journaux De Telegraaf et Sp!ts, mais possède également des participations dans la chaîne TV SBS6, le groupe de presse régionale Wegener et l'agence de presse néerlandaise ANP (28,4 % depuis 2001).

La Hollandse Dagbladcombinatie, ou HDC-Media, qui publie Noordhollands Dagblad, Haarlems Dagblad, Leidsch Dagblad, IJmuider Courant, et De Gooi- en Eemlander est une filiale à 100 % de la Holdingmaatschappij De Telegraaf.

Mediagroep Limburg, éditeur du Limburgs Dagblad et du Dagblad De Limburger, appartient également à De Telegraaf.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]