Dalibor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dalibor est un opéra en trois actes de Bedřich Smetana sur un livret de Joseph Wenzig[1] d'après une légende allemande traduite en tchèque par Erwin Spindler[1]. Composé entre 1865 et 1867, il est créé au Novoměstské Théâtre à Prague le 16 mai 1868[1] sous la direction du compositeur.

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Vladislav, roi tchèque baryton
  • Dalibor, un chevalier ténor
  • Budivoj, commandant de la garde baryton
  • Beneš, le geôlier basse
  • Vítek, mercenaire de Dalibor ténor
  • Milada, sœur du burgrave de Ploškovice soprano
  • Jitka, une villageoise orpheline soprano
  • Un juge basse
  • Foule, juges, mercenaires, chœur.

Résumé de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Premier acte

Dalibor, un chevalier tchèque, a assassiné le burgrave de Ploskovice pour venger l'exécution de son ami Zdenek. Lors du procès, la sœur du burgrave, Milada, réclame l'exécution de Dalibor. Quand Dalibor raconte la capture et l'assassinat de son ami, le tribunal commue sa peine de mort en emprisonnement à vie. Milada réalise péniblement qu'elle tombe amoureuse de Dalibor, et en collusion avec Jitka (un orphelin lié d'amitié avec le chevalier), elle décide de le libérer.

Deuxième acte

Milada entre dans la prison déguisée en homme et charme Benes, le geôlier de Dalibor, afin qu'elle puisse pénétrer au donjon où Dalibor est détenu. Dalibor l'accueille avec jubilation et, dans un duo passionné, ils chantent leur amour pour l'autre.

Troisième acte

Le couple complote visant à corrompre Benes, mais le geôlier informe le roi de la tentative d'évasion. Suivant l'avis de son conseil, le roi ordonne la mort de Dalibor. Milada, qui attendait à l'extérieur de la prison, entend le tintement de la cloche annonçant l'exécution prochaine. Accompagné de ses partisans, elle pénètre au château, où elle sauve Dalibor. Cependant, elle est blessée et meurt dans ses bras. Dalibor se poignarde et le couple est ainsi uni dans la mort.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil,‎ 1983, 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 251