Cyber Metal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cyber Metal

Origines stylistiques Metal industriel
Origines culturelles Drapeau des États-Unis États-Unis
Instruments typiques Guitare
Basse
Batterie
Synthétiseur
Samples
Popularité Sous-style marginal, popularisé au milieu des années 90 mais davantage reconnu ces dernières années
Scènes régionales Drapeau de l’Union européenne Europe
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Voir aussi Metal industriel

Genres dérivés

Cyber Death Metal
Cyber Black Metal

Le Cyber Metal est un sous-genre du Metal industriel, mettant en valeur un certain côté expérimental et extrême, apparaissant lorsque certains groupes décidèrent d'intégrer une base plus synthétique, sombre et pessimiste et puisant ses influences dans la littérature de science-fiction Cyberpunk.

Historique[modifier | modifier le code]

Le cyber metal apparaît au milieu des années 1990 grâce à la sortie de l'album « Demanufacture » des américains de Fear Factory en 1995. Cela fit d'une pierre deux coups étant donné que la vague de popularité du groupe monta en flèche et que par la même occasion, ce dernier devint le précurseur du sous-genre en question. Le groupe offrait une musique dans le genre neo-thrash, ultra mécanisée, sombre, tranchante et apocalyptique, centrée sur la mécanisation des humains et l'humanisation des machines dans un futur on ne peut plus proche.

Depuis cette date clé, quelques groupes tentèrent de mettre la main à la pâte afin d'offrir une réelle identité à ce sous-genre musical encore méconnu. Si des formations telles que Division Alpha réussirent à intégrer une touche très robotique, sombre et synthétique à sa musique, ce n'est qu'en 2003 avec la sortie de l'album « SETI » de The Kovenant puis en 2004 avec celle de « Slave Design » de Sybreed que le terme fut pour la première fois créé et employé. Les Suisses de Sybreed s'inspiraient du côté cybernétique de Fear Factory et du côté lourd, mathématique et syncopé de Meshuggah, alors très influent.

À la suite de l'émergence de ces groupes et de la montée en puissance du metal moderne courant 2000, suivant les traces de Meshuggah, il exista plusieurs tendances dans l'exécution du cyber metal, et ce, en fonction des groupes d'inspiration, ces derniers ayant été citées précédemment. De plus, certaines formations n'hésitèrent pas à mélanger le cyber metal avec du death metal tel que Hypnosis ou Thy Disease, ou avec du black tel que Illidiance et leur album « Nexaeon ».

À partir de ce moment, Illidiance devint en Russie une des figures les plus importantes en matière de cyber metal, mélangeant la tendance electro metal de son pays avec le côté mécanique, percutant, apocalyptique et pessimiste de Sybreed ou de Fear Factory. Le combo lâcha de ce fait leur aspect black metal au profit d'un aspect plus moderne mais tout aussi cybernétique, inspirant des tas de formations russes tels que Seecrees ou All For Fake.

La fin des années 2000 et le début des années 2010 dénotent une montée en puissance de groupes mélangeant le cyber metal et le metalcore voire le death metal mélodique, s'inspirant de Sybreed, de Soilwork ou de Scar Symmetry tels que Logical Terror, The Interbeing ou Cruentus.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La musique[modifier | modifier le code]

Le Cyber Metal est avant tout un condensé de Metal industriel, voire Electro, ayant la particularité d'être expérimental et extrême, de détenir des riffs tranchants et froids, un rythme mécanique et parfois robotique, un chant décharné, déshumanisé voire synthétique, et des éléments électroniques plus ou moins omniprésents, renforçant non seulement l'aspect futuriste de la musique mais aussi cette sensation de déshumanisation. Selon certaines tendances, le tout peut se teinter d'éléments EBM voire techno, comme avec Herrschaft ou Defcon.

Les ambiances[modifier | modifier le code]

Grâce à cet ensemble musical, les ambiances deviennent encore plus relevées et permettent de différencier le Cyber Metal d'un simple Metal Industriel ou Electro. Ainsi les atmosphères sont plus sombres, plus mélancoliques et pessimistes, plus apocalyptiques, froides et torturées. L'ajout d'autres instruments comme le piano ou les violons peuvent renforcer ce côté tragique et l'irrémédiable décadence de l'humanité.

Le concept[modifier | modifier le code]

Ajouté aux éléments musicaux et aux ambiances, le concept est le dernier point déterminant. En effet, le concept est toujours futuriste et visionnaire, mettant toujours en lumière le futur décadent d'un être humain submergé par les avancées technologiques. La grande influence se situe majoritairement dans la littérature Cyberpunk.

Ainsi, il n'est pas étonnant de se retrouver avec des albums nous racontant la mécanisation de l'humain, l'humanisation des machines, les conséquences des avancées technologiques, les problèmes vis-à-vis de la cohabitation humain/machine, leur relation, ainsi qu'une certaine oppression, toujours opérée dans un monde futuriste et en déclin technologiquement avancé... On peut tout aussi bien se retrouver dans l'esprit d'un esprit torturé, pénétrer la psychologie d'un homme transformé, ou nous retrouver au milieu d'une bataille entre humains et machines... ou tout simplement entre humains, entraînant leur perte à coup de pistolaser.

À noter que la musique, les ambiances et le concept sont indissociables: la seule séparation d'un de ces trois éléments relègue le groupe en question au rang de Metal industriel.

Ainsi s'il on veut être synthétique, on peut tout à fait faire une équation telle que : metal industriel extrême et expérimental + ambiances + concept = cyber metal.

Les symboles[modifier | modifier le code]

Les symboles les plus retrouvés et les plus caractéristiques sont sans doute le masque à gaz, le logo biohazard (danger biologique), et les robots.

Les groupes[modifier | modifier le code]

La montée en puissance du Cyber Metal dans le monde du Metal Industriel ne s'opéra qu'au milieu des années 2000. Les groupes se font de plus en plus nombreux, évolution technologique et peur du futur oblige.

Listes des groupes[modifier | modifier le code]

Quelques albums particulièrement représentatifs[modifier | modifier le code]

Année Groupe Album Label
1995 Fear Factory Demanufacture Roadrunner Records
2000 Division Alpha Fazium One Holy Records
2003 The Kovenant SETI Nuclear Blast
2003 Atrophia Red Sun Twisted Logic Adipocere
2004 Sybreed Slave Design Reality Entertainment
2004 Scorngrain Cyberwarmachine Dynamic Art Records
2005 Interlock Crisis//Reinvention Anticulture
2006 Thy Disease Rat Age Empire Records
2006 Hord Reborn from Chaos Why Note/Nocturne
2006 Hypnosis Seeds of Fate Bent Records
2007 Crionics Neuthrone Candlelight Records
2007 Sybreed Antares Listenable Records
2008 Hi-Tech Nova Self-Produced
2008 Illidiance Nexaeon Haarbn Productions
2008 Herrschaft Tesla Code666 Records
2009 Techny-Call X Evolution Danse Macabre Records
2010 All For Fake Forget Myself Molot Records
2010 FutureRealm 99 % Exact Self Produced
2010 Illidiance Damage Theory Mazzar Records
2011 Deathharmonic Soul Burner HH Records
2011 ID Vision Destination Cybermind Self Produced
2011 The Interbeing Edge of the Obscure Target Productions
2011 Logical Terror Almost Human Reality Entertainment
2011 Mechina Conqueror Self Produced
2011 Neurotech Antagonist Self Produced
2013 Mechina Empyrean Self produced

Les sous-genres[modifier | modifier le code]

Le Cyber Metal s'est aussi déployé en d'autres sous-genres, à savoir le Cyber Death mais aussi le Cyber Black. Le cyber black n'est pas en majorité, malgré son existence. Cependant, c'est bien le cyber death qui semble s'accroître depuis quelques années.

Le Cyber Death Metal[modifier | modifier le code]

Le sous genre garde les principales caractéristiques du Cyber Metal et du death metal mais privilégie l'agressivité des guitares, mettant les claviers et les effets électroniques au second plan, sans que ceux-ci ne dépassent la brutalité des riffs et des vocaux caractéristiques du Death Metal: c'est le cas d'Hypnosis, de Thy Disease mais aussi de l'album « Neuthrone » de Crionics, entre autres..

Le Cyber Black Metal[modifier | modifier le code]

Le sous-genre possède les caractéristiques du Cyber Metal et du Black metal tout en se focalisant sur les ambiances et les vocaux, poussant parfois l'accent sur les claviers, afin de relever encore plus ce côté sombre, décharné et décadent. Les groupes sont Mors In Tabula, Atrophia Red Sun, Vergeltung ou encore le « Project Generation » de Crest Of Darkness.

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr) [1]: Encyclopédie Metal en ligne
  • (fr) [2]: Forum public doté de nombreuses explications.
  • (fr) [3]: Blog complet sur le sous-genre.