Curlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Curlin
Image illustrative de l'article Curlin
Curlin en 2007, avant la Breeders' Cup Classic

Père Smart Strike
Mère Sherriffs Deputy
Père de mère Deputy Minister
Sexe M
Naissance 2004
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Pays d'entraînement Drapeau des États-Unis États-Unis
Éleveur Fares Farm Inc.
Propriétaire Stonestreet Stables &

Midnight Cry Stables

Entraîneur Helen Pitts
Steve Asmussen
Cavalier Robby Albarado
Record rating FIAH : 130
rating timeform : 134
Nombre de courses 16
Nombre de victoires 11
Gains en courses $ 10 501 800

Curlin est un cheval de course pur-sang anglais américain né en 2004. Il figure parmi les meilleurs chevaux au monde durant les années 2000 sur le dirt, remportant entre autres la Breeders' Cup Classic et la Dubaï World Cup.


Carrière[modifier | modifier le code]

3 ans[modifier | modifier le code]

Bien né (voir plus bas), Curlin fut pourtant acquis yearling pour une somme assez modeste (57 000 dollars). Le poulain allait seulement débuter à 3 ans, et fit forte impression pour ses débuts en s'imposant dans un maiden par 12 longueurs et demi. À tel point qu'il fut aussitôt vendu pour 3,5 millions de dollars. Deux autres courses et deux victoires plus tard (dans les Rebel Stakes et l'Arkansas Derby), le voilà propulsé parmi les favoris du Kentucky Derby, dont il obtient le second accessit, derrière Street Sense et Hard Spun. Mais il obtient sa revanche sur Street Sense dès les Preakness Stakes, qu'il s'adjuge d'un nez. Grand favori des Belmont Stakes, il doit se contenter cette fois de la deuxième place, battu de peu par la championne Rags to Richies, lauréate des Kentucky Oaks, qui signe là un authentique exploit. Curlin enchaîne par une troisième place dans le Haskell Invitational, puis s'adjuge l'importante Jockey Club Gold Cup, et se pose en prétendant à la victoire dans la Breeders' Cup Classic. À Monmouth Park, en novembre 2007, Curlin réussit son pari et devient le huitième 3 ans à s'adjuger l'épreuve suprême, de façon convaincante, par 4 longueurs et demi devant Hard Spun. Cette victoire, conjuguée à sa régularité dans la Triple couronne lui valent le titre de cheval de l'année, aux dépens de Street Sense et Hard Spun, ainsi que le meilleur rating mondial pour un 3 ans, se voyant attribuer une valeur de 129, honneur qu'il partage avec le Britannique Authorized, lauréat du Derby d'Epsom.

4 ans[modifier | modifier le code]

Le premier grand objectif de Curlin, pour 2008, est la Dubai World Cup. Son entourage décide de préparer la course sur place, à Dubaï, et le cheval débute ainsi son année par une victoire aisée dans un handicap disputé sur l'hippodrome de Nad al Sheba. Curlin s'aligne donc au départ de la course la plus richement dotée au monde dans la peau du favori. On lui oppose onze adversaires venus de tous horizons, du Japon au Brésil, des États-Unis à l'Afrique du Sud, mais pas d'Européens. Mais aucun de ces challengers n'est vraiment à la hauteur de l'épouvantail de la course, qui a fait le vide autour de lui. Curlin s'impose à la parade, par près de huit longueurs, le plus grand écart jamais enregistré dans cette épreuve, qui plus est en signant le troisième meilleur temps du palmarès, derrière Dubai Millennium et Invasor. Son rating est alors corrigé à 130.

L'entourage de Curlin, sans doute le meilleur cheval de la planète sur les distances intermédiaires (2000 mètres), laisse entendre un temps, dans la foulée de sa victoire dans le Stephen Forster Handicap en juin, que le cheval pourrait tenter l'aventure dans le prochain Prix de l'Arc de Triomphe à Paris en octobre, ce que très peu de chevaux américains ont fait. Alors que le cheval est devancé dans les Man O'War Stakes par l'Anglais Red Rocks, il se ravise et prépare une tentative de doublé dans la Breeders' Cup Classic. Curlin retrouve la voie du succès fin août dans les importants Woodward Stakes, et enchaîne par une autre victoire de prestige dans la Jockey Club Gold Cup. Grand favori au départ de la grande épreuve fin octobre, à Santa Anita, il doit se contenter toutefois de la 4e place après avoir fait illusion à mi-ligne droite, laissant devant lui les Européens Raven's Pass et Henrythenavigator réaliser un doublé historique. Cela ne l'empêche pas d'être sacré pour la seconde fois cheval américain de l'année.

Fort de ce nouveau titre, Curlin se retire au haras, officiant au fameux établissement de Lane's End dans le Kentucky, à $ 75 000 la saillie, un tarif revu à la baisse ensuite jusqu'à atteindre à $ 25 000 en 2013.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Tableau de bord[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Curlin est le joyau de son père, le Canadien Smart Strike, un des étalons nord-américains les plus en vogue : on lui doit English Channel (Breeders' Cup Turf, cheval de l'année sur le gazon), le Japonais Fleetstreet Dancer (Japan Cup Dirt) ou les Canadiens Soaring Free (cheval de l'année), Portcullis (no 1 sur le gazon) et Added Age (meilleur 2 ans). Né dans la pourpre, Smart Strike est issu de Mr.Prospector et de la championne canadienne Classy'n Smart, qui fut la reine de sa génération et donna également Dance Smartly (par Danzig), qui réussit l'exploit de s'adjuger Triple couronne canadienne, et remporta également la Breeders' Cup Distaff.

Côté maternel, Curlin est né d'une fille d'un autre Canadien, le champion Deputy Minister, leader de sa génération à 2 ans et surtout étalon incontournable, auteur d'une multitude de champions.


Origines de Curlin
Père
Smart Strike
Mr.Prospector Raise a Native Native Dancer
Raise You
Gold Digger Nashua
Sequence
Classy'n Smart Smarten Cyane
Smartaire
No Class Nodouble
Classy Quillo
Mère
Sherriffs Deputy
Deputy Minister Vice Regent Northern Dancer
Victoria Regina
Mint Copy Bunty's Flight
Shakney
Barbarika Bates Motel Sir Ivor
Sunday Purchase
War exchange Wise Exchange
Jungle War