Northern Dancer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Northern Dancer

Northern Dancer était un cheval de course pur-sang anglais issu du croisement de Neartic et Natalma. Né en Ontario (Canada) le 27 mai 1961 au haras de Windfiels, il était la propriété de E.P. Taylor. En 18 apparitions, il a remporté 14 victoires, terminé deux fois 2e et deux fois 3e. Au cours de sa carrière, il a gagné 580 806 $ en course.

Il faillit remporter la triple couronne - les trois grands classiques pour les trois ans : Kentucky Derby, Preakness Stakes et Belmont Stakes - mais il échoua dans la dernière épreuve, la plus éprouvante (3e des Belmont Stakes, sur 2 400 m).

L'étalon du siècle[modifier | modifier le code]

Northern Dancer est le plus grand étalon de la seconde moitié du XXe siècle[1] : son sang coule dans les veines de plus de la moitié des chevaux de course de haut niveau, et en Europe, rares sont les chevaux classiques et les champions qui en sont exempts. Son omniprésence est telle que c'est désormais son absence dans le pedigree d'un étalon ou d'une poulinière qui peut être valorisée, dans la mesure où cela permet davantage de croisement sans risquer une consanguinité trop serrée (cf. article sur Native Dancer).
Parmi les 316 de ses produits qui ont couru, 147 d'entre eux furent "stakes winner" (vainqueur d'une course importante)[1]. Au début des années 80, une saillie de Northern Dancer se négociait autour de 1 000 000 dollars, et ses yearlings faisaient afficher des prix records. En 1983, un certain Snaafi Dancer fut le premier yearling à franchir la barre de 10 millions de dollars. L'acquéreur, Cheikh Mohammed, déchanta vite : le poulain allait s'avérer incapable de se produire en course, avant d'échouer pareillement au haras, où il se révéla infertile.

L'influence exceptionnelle de Northern Dancer au haras s'explique moins par ses filles (même s'il est le père de mère d'Arazi), que par le nombre de grands étalons qu'il a engendrés. Son meilleur continuateur, Sadler's Wells, est à son tour devenu un grand père d'étalons avec Galileo, Montjeu ou In The Wings. De même, Danzig a tracé via Danehill ou Green Desert. Nureyev (notamment grâce à sa fille Miesque), Lyphard, Storm Bird, Be My Guest, Night Shift, Fairy King, The Minstrel, Unfuwain et bien sûr le phénomène et grand reproducteur Nijinsky ont tous contribué à assurer son hégémonie au stud book. On pourrait ajouter les champions Shareef Dancer, Secreto, El Gran Señor ou Fanfreluche.

Retiré de la monte en 1987, Northern Dancer est mort le 16 novembre 1990. Il repose à Winfields Farms, au Canada.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Victoires[modifier | modifier le code]

  • Kentucky Derby
  • Preakness Stakes
  • Queen's Plate Stakes
  • Florida Derby
  • Flamingo Stakes
  • Blue Grass Stakes
  • Remsen Stakes
  • Carleton Stakes
  • Coronation Futurity
  • Summer Stakes

Accessits[modifier | modifier le code]

  • Cup And Saucer Stakes : 2e
  • Vandal Stakes : 2e
  • Belmont Stakes : 3e

Récompenses et anecdotes[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Origines de Northern Dancer
Père
Nearctic
Nearco Pharos Phalaris
Scapa Flow
Nogara Havresac II
Catnip
Lady Angela Hyperion Gainsborough
Selene
Sister Sarah Abbots Trace
Sarita
Mère
Natalma
Native Dancer Polynesian Unbreakable
Black Polly
Geisha Discovery
Miyako
Almahmoud Mahmoud Blenheim II
Mah Mahal
Arbitrator Peace Chance
Mother Goose (F-No.2-d)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) John P. Sparkman, « A place in history », sur www.thoroughbredtimes.com (consulté en 1er juin 2011)