Cuisse de Nymphe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Cuisse de Nymphe est une variété de rose. Elle est d'un rose très pâle tirant légèrement sur le mauve. Elle fut apportée en France à la fin du XVIe siècle, depuis la Crimée. Elle porta tout d'abord le nom de "Rosier blanc royal". C'est une variété de Rosa ×alba (rose blanche). Dans les pays anglo-saxons, elle est appelée "great maiden's blush" (grand rougissement virginal).

Cuisse de nymphe est un nom de couleur désignant un incarnat rose pâle, avec de nombreuses variantes, et de nuance très incertaine.

Couleurs[modifier | modifier le code]

« — (...) Une douzaine de danseuses, vêtues de maillots couleur cuisse de nymphe (..) sont en train, poursuivit le faux commissaire, de s'en donner plus qu'il n'est permis, à quelques pas de chez vous »

— Marc de Montifaud, La chaste Suzanne, 1895[1]

Le nom de la rose Cuisse de nymphe est également employé pour désigner une couleur incarnat rosé, qui passait à Paris, à la fin du XIXe siècle, pour avoir été à la mode pour les robes de dames un siècle plus tôt, quelle que soit la date de publication[2].

Le terme de nymphe, utilisé fréquemment au XIXe siècle par euphémisme pour désigner des prostituées, avait également un sens médical bien connu ; il a permis, joint à cuisse, désignant indirectement le sexe, une quantité de jeux de langage appropriés à une couleur chair, qui ont contribué à sa pérennité, à la différence d'autres noms de coloris utilisés dans le commerce de mode, tombés dans l'oubli. En contrepartie, la description de la nuance est rare. Ce nom ne figure pas dans les catalogues de marchands de couleur, ni dans les noms commerciaux indiqués au Colour Index international.

On connaît aussi les noms cuisse de nymphe émue et cuisse de nymphe à peine émue, où il est permis de soupçonner une certaine ironie.

Cuisse de nymphe émue[modifier | modifier le code]

« Les femmes (...) demandèrent au Chevalier quelles étaient les couleurs les plus en vogue ; il leur répondit qu'on portait maintenant le Soupir étouffé, la cuisse de Nymphe émue, les désirs satisfaits, la passion dévorante, le lendemain de noces. On raisonna beaucoup sur toutes ces couleurs (...) »

— Lettres iroquoises (1783)[3]

Les frères Goncourt attribuent au modiste Beaulard[4] l'invention vers 1775 du nom de la nuance cuisse de nymphe émue, parmi une quantité d'autres noms évocateurs[5].

En 1885, Félix Bracquemond écrit « La nomenclature des couleurs est (...) variée par la fantaisie et l'allure d'esprit d'une époque. Elle augmente sans cesse. Elle diminue de même par l'abandon des noms de nuances qui désignent pendant un moment une teinte bien définie pour tout le monde. Quel rose, quel orangé, quel jaune, quel lilas, était-ce que cuisse de nymphe émue ?[6] ».

En 1923 la Revue hebdomadaire explique que le « ton cuisse de nymphe émue » est « un cliché populaire » destiné à évoquer « un rose délicat[7] ».

Le nom de couleur cuisse de nymphe émue, qui est aussi celui d'une variété de rose obtenue également vers la fin du XVIIIe siècle, est assimilé par certains[8] à hot pink, traduit par rose coquin par un marchand de couleurs[9]), un nom de couleur X11 repris dans HTML, CSS, SVG. hotpink, cependant, appelle une nuance beaucoup plus vive que ce qu'on trouve dans les domaines de la mode et de la décoration[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La chaste Suzanne : nouvelles drôlatiques
  2. Pendant le règne de Louis XV pour F. Séré, Les arts somptuaires..., 1852 (sur Gallica) ; à la fin de l'Ancien régime pour le comte de Reiset, Modes et usages au temps de Marie-Antoinette, 1885, (Gallica) ; en 1895, répondant à une question sur la couleur cuisse de nymphe, l’Intermédiaire des curieux écrit « vers la fin du siècle dernier, on disait de certaines étoffes qu'elles étaient couleur cuisse de nymphe émue »(sur Gallica).
  3. Lettres iroquoises, ou correspondance politique, historique et critique entre un iroquois voyageant en Europe, et ses correspondants... (30 juillet 1781.). Au berceau de la vérité (Londres), 1783 (lire sur Gallica).
  4. Sur ce personnage, lire « Les modes. Épitre à Beaulard », La feuille sans titre, Amsterdam,‎ 26 mars 1777, p. 213-215 (lire en ligne), « Modes », La feuille sans titre, Amsterdam,‎ 1er février 1777, p. 3 (lire en ligne) ; ou Grimm, Correspondance littéraire, novembre 1774.
  5. Edmond de Goncourt et Jules de Goncourt, La femme au XVIIIe siècle : Nouvelle édition, revue et augmentée, Paris, G. Charpentier,‎ 1882 (lire en ligne).
  6. Félix Bracquemond, Du dessin et de la couleur, Paris, Charpentier,‎ 1885 (lire en ligne), p. 55.
  7. 30 juin 1923, lire sur Gallica
  8. Annie Mollard-Desfour, Le Rose : Dictionnaire des mots et expressions de couleur. XXe et XXIe siècles, CNRS éditions, coll. « Dictionnaires »,‎ 2002
  9. « Marqueur Letraset Promarker » (consulté le 29 novembre 2014)
  10. Philippe Durand-Guerzaguet, Rose, Eyrolles, coll. « Carnet de couleurs »,‎ 2013.