Comte de Lennox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Origine[modifier | modifier le code]

Selon les traditions pseudo-historiques irlandaises, Maine Lemma (i.e: Maine de Leven, du nom du Loch Leven, en Écosse) , un fils de l'Eóganachta Conall Corc mac Lugaid se serait établi en Alba, pays natal de sa mère Mongfhinn fille du roi des Pictes Uuradech Uecla et serait à l'origine du sept de Lemnaig ancêtre mythique de la lignée des mormaer de cette province.

Comtes de Lennox[modifier | modifier le code]

Première création[modifier | modifier le code]

Armes de la 1re Maison de Lennox : D'argent, au sautoir de gueules, cantonné de quatre roses du même, boutonnées d'or et pointées de sinople.
  • Alwyn Ier de Lennox dit le Vieux (v. 1130 – v. 1178)
  • de 1174 à 1185, le comté est administré par David d'Huntingdon[1].
  • Alwyn II de Lennox dit le Jeune († 1224), fils d'Alwyn Ier,
  • Maldwin de Lennox († après 1250), fils du précédent,
  • Malcolm Ier de Lennox († vers 1291), fils du précédent,
  • Malcolm II de Lennox († 1333), fils du précédent,
  • Donald de Lennox († 1364), fils du précédent,
  • Marguerite de Lennox, comtesse de Lennox, fille du précédent,
  • Duncan de Lennox (vers 1345-1425). Exécuté le 25 mai, fils de la précédente,

Duncan de Lennox est exécuté sur ordre de Jacques Ier d'Écosse. Le comté de Lennox, confisqué par la couronne, sera accordé en 1473 à Jean Stuart de Darnley, issu de la Maison Stuart (qui régnait alors sur l'Écosse), mais aussi arrière-petit-fils de Duncan de Lennox.

Deuxième création (1473)[modifier | modifier le code]

Armes de John Stuart de Darnley.

Troisième création (1572)[modifier | modifier le code]

Quatrième création (1578)[modifier | modifier le code]

Cinquième création (1580)[modifier | modifier le code]

Armes de Esmé Stuart, 1er duc de Lennox.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Keith Stringer, « David, earl of Huntingdon and lord of Garioch (1152–1219) » Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]