Chirurgie oculaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération de l’œil au Moyen Âge.

La chirurgie de l’œil, également connue sous le nom de chirurgie ophtalmologique ou chirurgie oculaire, est la chirurgie exécutée sur l'œil et ses annexes, généralement par un ophtalmologue. Bien que la plupart des interventions chirurgicales sur l'œil puissent être exécutés par n’importe quel ophtalmologue expérimenté, les procédures les plus complexes sont habituellement données à des médecins qualifiés et reconnus.

Préparation et précautions[modifier | modifier le code]

Un blépharostat utilisé au début du XXè siècle.

L'œil est un organe sensible, qui requiert des soins extrêmement exigeants avant, pendant et après l’opération chirurgicale. L’ophtalmologue qui intervient doit donc prendre toutes ses responsabilités et identifier les bonnes façons de procéder afin de mener son opération sans risque. Beaucoup de programmes universitaires aux États-Unis permettent à des patients d'indiquer s'ils acceptent d’être opérés par un interne ou alors s’ils refusent explicitement et veulent vraiment avoir affaire à un médecin qualifié.

L'anesthésie est une nécessité pour n'importe quelle chirurgie d'œil. L'anesthésie locale est en règle générale la plus employée. Des techniques d’injection et d’infiltration de produit anesthésiant au niveau sous-cortical sont employées pour immobiliser les muscles extra-oculaires et éliminer la sensation de douleur. L'anesthésie locale emploie souvent des gels à base de lidocaïne qui est préférée pour les opérations rapides. Pour l’anesthésie locale, la coopération du patient est la meilleure chose pour une procédure se déroulant en douceur. L’anesthésie générale quant à elle, est recommandée pour les enfants, pour des lésions traumatiques de l’œil, pour la plus grande partie des orbitotomies et pour les patients ayant de l’appréhension. Une surveillance cardiovasculaire est préférable pendant l'anesthésie locale et est obligatoire pour l'anesthésie générale. Des précautions appropriées au niveau de la stérilité sont prises pour préparer la zone qui va subir l’opération, y compris par l'utilisation d’antiseptiques comme la bétadine. Être vêtus de blouses, et gants stériles est bien sûr obligatoire. Une poche en plastique avec un réceptacle aide à récupérer les fluides pendant la phacoémulsification. Un blépharostat, sorte de spéculum adapté pour les yeux est inséré dans les culs-de-sac conjonctivaux pour maintenir les paupières ouvertes.

Chirurgie laser et chirurgie réfractive[modifier | modifier le code]

Bien que les termes de chirurgie laser et chirurgie réfractive soient généralement employés comme s’ils étaient interchangeables, ce n’est en effet pas le cas. Le laser peut être utilisé pour traiter des affections non réfractives (par exemple pour sceller une déchirure rétinienne), tandis que la kératotomie radiaire est un exemple de chirurgie réfractive sans utilisation d'un laser.

Chirurgie de la cataracte[modifier | modifier le code]

Chirurgie de la cataracte avec dans la main droite du médecin une sonde permettant la phacoémulsification

La cataracte est l'opacification du cristallin, Cette opacification est responsable d'une baisse progressive de la vue, au début accompagnée de gêne à la lumière (photophobie), d'éblouissements, ou de la perception d'un "voile visuel" [1] . Cette baisse de la vision peut être rapide (quelques heures) à cause d'un traumatisme. Si la perte de vue est significative, l’opération chirurgicale peut être justifiée, la perte de vue peut être récupérée par le changement du cristallin par un cristallin artificiel (implant intraoculaire). Cette opération est l’une des plus communes dans la chirurgie de l’œil. Un chirurgien indien, Govindappa Venkataswamy, en a même fait sa spécialité en développant un modèle d'hôpital soignant les malades indiens. En concevant un nouveau modèle d'interventions plus productif, sans nuire à la qualité des opérations, il arrive aujourd'hui à soigner un très grand nombre de malades, riches ou pauvres. Son modèle est exemplaire par sa capacité à susciter la solidarité des patients les plus aisés qui payent pour que les plus pauvres puissent bénéficier de l'opération gratuitement[passage promotionnel].

Chirurgie des glaucomes[modifier | modifier le code]

Le glaucome est un groupe de maladies affectant le nerf optique ayant pour résultat la perte de la vision, cette affection est fréquemment caractérisée par une augmentation de la pression intraoculaire. Il y a plusieurs moyens de traiter les glaucomes par la chirurgie, différentes combinaisons ou variations sur l’acte chirurgical permettant d’évacuer les humeurs aqueuses de l’œil afin de faire baisser cette pression intraoculaire. Est régulièrement pratiquée par exemple la trabéculectomie.

Chirurgie réfractive[modifier | modifier le code]

La chirurgie réfractive vise à corriger les erreurs de réfraction de l'œil, réduisant ou éliminant le besoin du port de verres correcteurs. On y trouve différentes opérations dont :

Chirurgie de la cornée[modifier | modifier le code]

Chirurgie vitréo-rétinienne[modifier | modifier le code]

Vitrectomie
  • La chirurgie vitréo-rétinienne inclut les opérations suivantes :
    • vitrectomie
      • vitrectomie antérieure, utilisée dans certains cas de cataracte et de glaucome
      • Pars plana vitrectomie (PPV), est un procédé pour enlever les opacités des membranes vitreuses par une incision de la pars plana. Il est souvent combiné avec d’autres procédés intra-oculaires, procédures pour le traitement des rétines.
    • Photo-coagulation pan rétinienne, c’est un traitement par photo-coagulation utilisé notamment pour le traitement de la rétinopathie diabétique
    • Décollement de la rétine
      • l'ignipuncture est un procédé désuet qui implique une cautérisation de la rétine par un instrument pointu très chaud,
      • photo-coagulation laser, c’est l'utilisation d'un laser afin de sceller une déchirure rétinienne,
      • rétinopexie pneumatique,
      • la cryopexie rétinienne, ou « cryothérapie rétinienne », est un procédé qui utilise un froid intense pour induire une cicatrice chorio-rétinienne et pour détruire des tissus rétiniens ou choroïde.
    • Réparation du trou maculaire,
    • sclérouvectomie partielle lamellaire,
    • sclérotomie postérieure,
    • neurotomie optique radiaire,
    • translocation maculaire :
      • par une rétinotomie de 360 degrés,
      • par une technique d’imbrication sclérale.

Chirurgie des muscles des yeux[modifier | modifier le code]

La chirurgie des muscles des yeux est surtout utilisée pour corriger des défauts de strabisme par les opérations suivantes :

  • Procédure de relâchement des muscles :
    • La récession implique de déplacer l'insertion du muscle postérieur vers son origine.
    • Myectomie,
    • myotomie,
    • tenectomie,
    • ténotomie.
  • Procédure de renforcement des muscles :
    • résection,
    • repliage,
    • avancement des muscles, consiste à déplacer vers l’avant l’attache d’un muscle précédemment située plus vers l’arrière sur le globe oculaire
  • Transposition / procédure de repositionnement
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Chirurgie oculoplastique[modifier | modifier le code]

  • La chirurgie oculoplastique ou oculoplastie, est une spécialité de l’ophtalmologie qui s’occupe de la chirurgie réparatrice et plastique de l'œil et de ses annexes. Les chirurgiens en oculoplastie exécutent des procédures telles que la réparation des paupières, la désobstruction de conduit lacrymal, la réparation des ruptures orbitales, l'exérèse des tumeurs dans (et autour) des yeux, et des procédures de rajeunissement (blépharoplastie, canthoplastie, toxine botulique).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D Gatinel. Définition de la cataracte
  2. [ http://www.visionis.fr/lasik.htm]
  3. [ http://www.gatinel.com/chirurgie-refractive/les-techniques-operatoires/la-pkr-techniques-de-surface/]

Articles connexes[modifier | modifier le code]