Chiomara (femme galate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chiomara est une femme noble galatienne, épouse d'Orgiagon, chef des Volques, une des trois tribus galatiennes durant la guerre galatienne avec Rome, en -189.

Durant cette guerre, Gnaeus Manlius Vulso sort victorieux d'une campagne contre les Celtes galatiens[1]. Un de ses centurions est nommé responsable d'un groupe de captifs dont fait partie Chiomara, qui est décrite comme étant d'une beauté exceptionnelle[2]. Après que les avances sexuelles du centurion ont été rejetées et qu'il l'a violée, il en demande rançon, mais lorsqu'elle est livrée et que le centurion se penche pour la vérifier, Chiomara ordonne à ses gens de lui couper la tête[1],[2],[3]. Elle rapporte alors la tête à son mari, disant qu'il était correct qu'un seul homme ait été intime avec elle[1].

Dans ses ''Œuvres morales'', Plutarque mentionne que Polybe a rencontré Chiomara à Sardes, et aurait été impressionné par « son bon sens et son intelligence »[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Plutarque, Actions courageuses des femmes [1] - Tome IV - chap - 17. Conduites méritoires des femmes (Γυναικῶν ἀρεταί - Mulierum virtutes)
  2. a et b Tite-Live, Ab urbe condita, XXXVIII, 24
  3. Valère Maxime, Actions et paroles mémorables VI, De la pudeur, exemples étrangers, 2