Château de la Grange (Lozère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de la Grange
Présentation
Date de construction XVIe siècle
Propriétaire Privée
Protection  Inscrit MH (1999)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Localité Servières
Localisation
Coordonnées 44° 36′ 10″ N 3° 24′ 40″ E / 44.602805, 3.41100844° 36′ 10″ Nord 3° 24′ 40″ Est / 44.602805, 3.411008  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de la Grange

Le château de la Grange est un château situé à Servières, en France[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le château de la Grange présente un plan rectangulaire et uniforme de pierre du pays surmonté d'un chemin de ronde à mâchicoulis de gros merlons de granite; la façade est ouverte par une très belle porte Louis XIII dite « à facette de diamant » typique du Gévaudan d'Ancien Régime, porte à rapprocher de celle d'autres châteaux et vieilles demeures de la région comme le château du Champ. La façade du logis féodal est percée de huit grandes fenêtres à meneaux en grès rose.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château est situé sur la commune de Servières, dans le département français de la Lozère. On découvre le château dans un domaine couvert d'une forêt de pins noirs.

Historique[modifier | modifier le code]

Datant du XVIe siècle, le château, d'aspect médiéval et dont l'apparence a peu été remaniée, a été bâti par la famille de Borrel de la Grange. Cette famille, notable dans la région, jouit du titre de Baron de Lagrange. Elle fit des alliances avec l'aristocratie considérée du Gévaudan telle que les Retz de Servies ou les Salin de Saillant. De cette famille sortit des illustrations comme la génération des quatre frères Borrel de la Grange qui se distingua particulièrement pendant la Révolution française dans les mouvements contre révolutionnaires :

  • l'aîné: le chevalier de Borrel, baron de la Grange, colonel de la garde nationale de Mende, chevalier de l'ordre de Saint-Louis qui communiquera avec Louis XVIII et préparera des attentats visant à la restauration monarchique ; pris, il sera emprisonné puis empoisonné par ordre de Bonaparte.
  • le deuxième, prêtre réfractaire sera massacré par les révolutionnaires.
  • les deux derniers, tout comme leur premier frère, seront contre-révolutionnaires et capitaines et chevalier de l'ordre de Saint-Louis.

De cette génération seule une fille se marie avec celui qui reprendra le château il s'agit du colonel dans l'Armée des Princes de Florit de la Tour de Clamouze Comte de (Woodville) Rivière de Corsac chevalier de Saint-Louis, gouverneur du Gévaudan et maire de Mende.[pas clair] Ses descendants possèdent le château jusqu'en 1912, date à laquelle décède Urbain Comte de Rivière de Corsac, dernier du nom, qui s'éteint dans la maison des comtes de Gourcy-Récicourt de Chapelain.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1999[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]