Barclays Cycle Hire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barclays Cycle Hire
Image illustrative de l'article Barclays Cycle Hire

Situation Drapeau du Royaume-Uni Londres
Type Vélos en libre-service
Entrée en service
Stations 570
Propriétaire Transport for London (TfL)
Exploitant Serco
Réseaux connexes Métro de Londres
TramlinkOvergroundDLR
Vélos attachés à leurs bornes.
Station en construction.

Barclays Cycle Hire (que l'on pourrait traduire par « location de vélo Barclays ») est le système de vélos en libre-service de Londres, disponible depuis le . Il est géré par le groupe Serco pour le compte de TfL, l'autorité organisatrice des transports de la capitale britannique. Le service, qui offre 8 300 vélos répartis sur 570 stations, a été utilisé pour plus de 10 millions de trajets depuis son lancement[1],[2].

Dans le langage familier des Londoniens, le système est également surnommé Boris Bikes (les vélos de Boris), d'après le prénom de Boris Johnson, maire de Londres en fonction lors de la mise en service. Boris Johnson revendique le système, dont la création a toutefois été annoncée par son prédécesseur Ken Livingstone[3]. Boris Johnson espère que les vélos en libre-service version londonienne feront bientôt partie du patrimoine de la ville « tout comme les taxis noirs et les bus rouges »[4].

Dispositif[modifier | modifier le code]

Dès l’inauguration du service, le service proposait 5 000 vélos répartis sur 315 stations, situées dans le centre de la capitale britannique. Il a ensuite été étendu progressivement à 6 000 vélos et 400 stations. Cette première extension d'un coût d'environ 81 millions £ avait été suspendue pendant plusieurs mois, suite à des problèmes informatiques[5].

Le , TfL annonce l'extension du service à 8 300 vélos et 570 stations[2]. Le service couvre désormais environ 20 km² supplémentaires, notamment par son extension à l'Est jusqu'au parc olympique de Stratford, mais cette deuxième phase d'extension comprend également l'ajout de nouvelles stations dans le centre[2].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Trois semaines après la mise en service du système, 60 000 abonnés avaient réalisé au total 250 000 trajets[6]. Le 10 septembre 2010, la barre de 500 000 trajets a été franchie et plus de 80 000 usagers ont souscrit un abonnement[7]. Après un an de fonctionnement, plus de 4 millions de trajets ont été réalisés avec les vélos du Barclays Cycle Hire[8]. Début 2012, TfL annonce avoir franchi les 10 millions de trajets[2].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Vélos[modifier | modifier le code]

Les vélos du Barclays Cycle Hire sont fabriqués au Canada et sont basés sur ceux de BIXI, le système de vélos en libre-service mise en place en 2009 à Montréal. Le coût d'un vélo est estimé à 350 £[9].

Contrairement à d'autres systèmes similaires comme le Vélib’ parisien, les vélos n'ont pas d'antivol d'appoint à clé. Ainsi, ils ne peuvent être attachés au cours du trajet (pour entrer dans un commerce par exemple), ils peuvent être sécurisés uniquement dans les points d'attache. Durant les deux premiers mois de la mise en service du système, seuls cinq vélos ont été volés[10].

Financement[modifier | modifier le code]

Le coût de la mise en place du système est estimé à 140 millions de livres sterling[11]. Cet investissement devrait être remboursé à terme par son fonctionnement[12]. Le groupe financier Barclays a financé le système à hauteur de 25 millions de livres sterling, en contrepartie de quoi le système porte son nom[13].

Aménagement de bandes cyclables[modifier | modifier le code]

La mise en service du Barclays Cycle Hire a également été l'occasion de lancer un programme d'aménagement de bandes cyclables, pour compléter le réseau existant. La mise en place de 12 Barclays Cycle Superhighways, des circuits cyclables, est prévue d'ici 2015. Deux ont déjà été aménagés à l'été 2010. Ces bandes dédiées se caractérisent par un marquage bleu continu au sol, une largeur d'au moins 1 mètre 50 et des aménagements autour des carrefours[14]. Comme les vélos en libre-service, ces aménagements visent à augmenter la popularité du vélo à Londres et à améliorer la sécurité des cyclistes. Toutefois, la qualité de ces aménagements a été fortement critiquée par les usagers car ne réservant pas d'espaces aux cyclistes, ces bandes bleues n'ayant pas de valeur légales[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Londres étend son système de "vélib", emblème du maire Boris Johnson », sur lepoint.fr,‎ 8 mars 2012 (consulté le 9 mars 2012)
  2. a, b, c et d (en) « Barclays Cycle Hire expansion » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20
  3. (en) « City's two-wheel transformation », sur The Guardian,‎ 9 février 2008 (consulté le 31 août 2011)
  4. (en) « Phone fury man kicks Boris bike », sur mirror.co.uk,‎ 31 juillet 2010 (consulté le 31 août 2011)
  5. Boris Bikes expansion put on hold to sort out glitches, dans London Evening Standard, 6 septembre 2010.
  6. http://www.24dash.com/news/local_government/2010-08-25-Boris-Johnson-hails-success-of-London-Cycle-Hire-scheme
  7. « http://group.barclays.com/About-us/Barclays-news/NewsArticle/1231784854487.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20, Communiqué de presse de Barclays, 10 septembre 2010.
  8. (en) « TfL calls in team to help fix problems with London's Boris bikes scheme », sur metro.co.uk,‎ 6 juin 2011 (consulté le 31 août 2011)
  9. Ross Lydall: At £6 for two hours, Boris hire bikes are costliest in Europe., dans London Evening Standard. 23 juillet 2010.
  10. Meet the honest London cyclist – only five 'Boris bikes' stolen. In: The Independant. 27. September 2010.
  11. Boris Johnson's bike hire scheme gets a £25m bonus from Barclays, dans London Evening Standard, 28 mai 2010.
  12. Jennifer Quigley-Jones, « On yer bikes », sur The World in 2010, The Economist,‎ 2009-11-13 (consulté en 2009-11-23)
  13. Boris Johnson's bike hire scheme gets a £25m bonus from Barclays, 28 mai 2010.
  14. Barclays Cycle Superhighways / Routes & maps. sur le site de Transport of London.
  15. « http://lydall.standard.co.uk/2010/06/roadtesting-boriss-cycle-superhighways-good-but-not-recommended-for-novices.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]