Barbeau commun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le barbeau commun ou barbeau fluviatile (Barbus barbus) est un poisson cyprinidé, robuste, atteignant 1 m de long, qui vit près du fond, dans le courant des rivières. Il a un corps allongé, fusiforme, une bouche placée nettement à la position inférieure de la tête et pourvu de quatre barbillons. Le dernier rayon de la nageoire dorsale présente une arête dentelée.

Habitat[modifier | modifier le code]

Dans les eaux courantes, peu profondes des rivières (qui portent son nom dans la classification de Huet), le barbeau affectionne les zones caillouteuses pour mieux retourner les pierres où se trouvent ses repas, les proximités de fosses. Il est présent en Europe occidentale et centrale. On ne le trouve pas en Irlande, au Danemark et en Scandinavie. A la périphérie de son aire d'expansion, on trouve de nombreuses sous-espèces de barbeaux.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Ils vivent en banc et se nourrissent sur le fond de la faune et de la flore benthique.

Ses repas se composent principalement d'écrevisses et de nombreuses autres espèces d'invertébrés gammares, aselles, larves de trichoptères, de plécoptères, de mollusques, ainsi que de jeunes poissons ou œufs...

Risques sanitaires[modifier | modifier le code]

Parce que vivant assez longtemps et se nourrissant près du fond ou dans le sédiment éventuellement pollué, le barbeau fait partie des poissons fortement bioaccumulateur. En raison de sa propension à bioconcentrer les métaux lourds, certains métalloïdes ou des polluants peu biodégradables tels que les PCB, furanes ou dioxines, il peut dans certains cours d'eau pollué être interdit de pêche, de détention et de toute commercialisation[1].

Intérêt halieutique[modifier | modifier le code]

Intérêt halieutique professionnel et de subsistance[modifier | modifier le code]

Poisson d'intérêt économique vivrier dans bon nombre de pays européens (Autriche, Pologne, Pays de l'Est, etc...).

Intérêt halieutique de loisir[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de technique destinées particulière pour sa capture. Il se prend couramment sur des lignes eschées de vers, grains de céréales (maïs, blé, chènevis...) et aux bouillettes destinées aux carpes. Ses rushs sont particulièrement appréciés par les pêcheurs (Ce poisson garde le fond tout en puissance).

Intérêt culinaire[modifier | modifier le code]

Depuis quelques décennies, dans les pays ayant perdu une partie de leur savoir-faire culinaire et tournés vers une alimentation industrialisée, le barbeau possède un intérêt gastronomique limité.
A contrario, d'autres pays le considèrent comme nourriture potentielle où il est largement représenté dans la gastronomie locale, préparé au court-bouillon par exemple.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippart, J. C. (1987). Démographie, conservation et restauration du barbeau fluviatile, Barbus barbus (Linné)(Teleostei, Cyprinidae) dans la Meuse et ses affluents. Quinze années de recherches. In Annales de la Société Royale de Zoologie de Belgique (Vol. 117, pp. 49-62).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références autres que taxonomiques[modifier | modifier le code]

  1. ARS (Agence régionale de santé Nord- Pas- de- Calais)Arrêté interpréfectoral portant interdiction de consommation, de commercialisation, et de détention de certaines espèces de poissons pêchés dans les cours d'eau des départements du Nord et du Pas-de-Calais. Arrêté n °2014202-0003 signé par Dominique BUR - Préfet du Nord Denis ROBIN, Préfet du Pas- de- Calais - le 21 Juillet 2014]

Références taxonomiqus[modifier | modifier le code]