BM25 Musudan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musudan et Nodong.

Le BM25 Musudan, aussi connu sous les noms de Nodong B en Corée du Sud, Rodong-B en Corée du Nord, Mirim et Taepodong-X est un missile balistique moyenne portée développé par la Corée du Nord.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Portée estimée des missiles Nord-coréens

Ce missile à carburant liquide est conçu depuis les années 2000 sur la base missile soviétique embarqué sur sous-marins R-27 Zyb. Sa portée est estimée, en 2012 à entre plus de 2 500 km et 3 000 km pour une charge utile d'une tonne. Ses caractéristiques estimées sont les suivantes, une masse de 16 tonnes, une longueur de 12 mètres, une largeur d'1,5 m. et un guidage inertiel[1].

Le Nodong constitue très probablement le 2e étage du missile balistique intercontinental nord-coréen Taepodong-2[2].

Il est transporté par un tracteur-érecteur-lanceur MAZ-547A/MAZ-7916.

Historique[modifier | modifier le code]

L'engin aurait été vu en 2007 pour la première fois[3] et ils ont été montrés en public la première fois lorsque des exemplaires ont participé sur des transporteurs-érecteurs-lanceurs MAZ 12x12 à une parade le 10 octobre 2010 lors du 65e anniversaire du Parti du travail de Corée[4].

19 de ces missiles auraient été vendus à l'Iran dans les années 2000[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Lardier, « Corée du Nord : lanceur ou missile ? », Air et Cosmos, vol. 2310,‎ 27 avril 2012, p. 14 (ISSN 1240-3113)
  2. (en) « Taepodong », Encyclopedia Astronautica,‎ 2006 (consulté le 1er décembre 2010)
  3. « Un nouvel IRBM », Défense et Sécurité internationale, no 64,‎ novembre 2010, p. 28 (ISSN 1772-788X)
  4. (en) « Kim Jong-Il and Kim Jong-Un at military parade in North Korea for 65th anniversary of Workers' Party », The Daily Telegraph,‎ 10 octobre 2010 (consulté le 2 décembre 2010)
  5. (en) « Iran Fortifies Its Arsenal With the Aid of North Korea », The New York Times,‎ 28 novembre 2010 (consulté le 2 décembre 2010)

Lien externe[modifier | modifier le code]