Crise des missiles nord-coréens de 2013

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crise nord-coréenne de 2013
Portée estimée des missiles balistiques nord-coréens.
Informations générales
Date 24 janvier - 14 août 2013
Lieu Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Issue Pourparlers entre le Nord et le Sud
Belligérants
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Japon Japon
Drapeau des Philippines Philippines
Commandants
Drapeau de la Corée du Nord Kim Jong-un Drapeau de la Corée du Sud Park Geun-hye
Drapeau des États-Unis Barack Obama
Drapeau du Japon Shinzō Abe
Forces en présence
Flag of the Korean People's Army Ground Force.svg Armée populaire de Corée : 1 106 000 hommes Drapeau de la Corée du Sud Forces armées sud-coréennes : 655 000 hommes
Drapeau des États-Unis United States Forces Korea : 28 500 hommes
Crise des missiles nord-coréens de 2013

La crise des missiles nord-coréens de 2013[1], également dénommée parfois crise nord-coréenne de 2013 dans les médias[2], est une série de fortes tensions diplomatiques entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, les États-Unis et le Japon qui trouve ses origines après le lancement par les Nord-Coréens du satellite Kwangmyŏngsŏng 3 numéro 2 le 12 décembre 2012 et l'essai nucléaire du 12 février 2013, largement condamnés par la communauté internationale et qui ont conduit le Conseil de sécurité des Nations unies à envisager et à prendre de nouvelles sanctions contre le gouvernement de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) (résolutions 2087 et 2094).

Elle est marquée par une escalade de la rhétorique belliqueuse du régime de Kim Jong-un et des mesures suggérant une guerre nucléaire imminente contre les États-Unis et la Corée du Sud. Cette crise a par ailleurs eu pour effet de démarrer une nouvelle course aux armements en Asie du Nord-Est[3].

Contexte[modifier | modifier le code]

Programme spatial nord-coréen[modifier | modifier le code]

La Corée du Nord lance le satellite artificiel Kwangmyŏngsŏng 3 numéro 2 en orbite le 12 décembre 2012 afin de commémorer le premier anniversaire de la mort de l'ancien dirigeant Kim Jong-il et peu avant l'élection présidentielle sud-coréenne de 2012 (19 décembre). Certains pays (États-Unis, Corée du Sud et Japon) considèrent ce lancement comme un test de missile balistique et l'ont vivement condamné, amenant le conseil de sécurité des Nations unies à prendre de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord[4].

Essais nucléaires nord-coréens[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Essais nucléaires de 2006, 2009 et 2013.

Le 24 janvier 2013, deux jours après avoir été condamnée pour le lancement d’une fusée Unha 3 le 12 décembre 2012 par le Conseil de sécurité des Nations unies, la Corée du Nord annonce qu'elle allait procéder à un nouvel essai nucléaire[5]. À la télévision nord-coréenne, le présentateur annonce ouvertement que cet essai allait être dirigé contre leur « ennemi », les États-Unis[6].

L'essai souterrain, d'une puissance de 6 à 7 kilotonnes selon les services sud-coréens, a eu lieu à 2 h 57 min 49 s UTC le 12 février 2013 et a été confirmé par la Korean Central News Agency (KCNA). Selon l'United States Geological Survey (USGS), la magnitude de l'activité sismique mesurée dans la péninsule coréenne était de 5,1. Des secousses ont été par ailleurs ressenties par des résidents d'Hunchun et d'Antu dans la province de Jilin en Chine[7]. Il s'agit du troisième essai nucléaire de la Corée du Nord en sept ans après ceux de 2006 et de 2009.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Janvier et février 2013[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2013, à l'occasion du Nouvel An, Kim Jong-un s'adresse à la télévision d'État et prononce un discours appelant à de meilleures relations avec le Sud[8],[9]. Le 24 janvier, la Corée du Nord annonce en revanche cibler les États-Unis grâce à ses armes nucléaires, qualifiant ceux-ci « d'ennemi juré du peuple coréen[10]. »

Le 12 février 2013, la Corée du Nord mène un essai nucléaire, condamné en grande partie par la communauté internationale. Trois jours plus tard, le 15 février, le régime nord-coréen informe la République populaire de Chine qu'il mènera un ou deux autres essais nucléaires supplémentaires en 2013[11]. Les forces armées sud-coréennes sont mises immédiatement en état d'alerte[12] tandis que le président américain Barack Obama a qualifié l'essai de « provocateur » et portant atteinte à la stabilité régionale. Il exprime dans une déclaration sa détermination à défendre les États-Unis et leurs alliés[13]. Les États-Unis ont par ailleurs envoyé un aéronef équipé de capteurs pour savoir si du plutonium ou de l'uranium a été utilisé par les Nord-Coréens[14].

Mars 2013[modifier | modifier le code]

Le déploiement de Northrop B-2 Spirit par l'US Air Force le 28 mars 2013, bombardiers stratégiques furtifs capables de transporter des armes nucléaires, a conduit le régime nord-coréen à déclarer être en état de guerre contre le Sud le 31 mars.

En mars 2013 se tiennent des exercices militaires conjoints entre la Corée du Sud et les États-Unis, d'une durée théorique d'au moins un mois, jusqu'à fin avril, nom de code Foal Eagle (en hangeul : 독수리 연습), provoquant la colère du Nord. Le 5 mars 2013, la Corée du Nord menace de dénoncer l'armistice de 1953 avec la Corée du Sud[15].

Le 7 mars, alors que le conseil de sécurité doit se réunir pour discuter de nouvelles sanctions, la Corée du Nord menace d'une « frappe nucléaire préventive »[16] : « Comme les États-Unis sont sur le point de déclencher une guerre nucléaire, nous exercerons notre droit à une attaque préventive contre les quartiers généraux de l'agresseur afin de protéger notre intérêt suprême. » a déclaré le porte-parole des affaires étrangères dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle KCNA.

Le 8 mars 2013, la Corée du Nord annonce ne plus être liée par les protocoles de paix qui ont mis fin à la guerre de Corée et ferme tous les points d'accès avec la Corée du Sud. Les généraux nord-coréens affirment que leurs missiles à longue portée visent le continent américain (ainsi que Guam dans le Pacifique)[17]. Ces avertissements, menaces et propos guerriers se succèdent à un rythme quasiment quotidien. Toutes les communications entre Séoul et Pyongyang sont coupées[18],[19].

Le 11 mars 2013, les exercices militaires conjoints américano-sud-coréens continuent en dépit des menaces nord-coréennes[20].

Le 16 mars 2013, le secrétaire de la Défense des États-Unis, Chuck Hagel, annonce que fort Greely en Alaska (site de l'armée américaine dédié au lancement de missiles antibalistiques) pourrait être rouvert en cas d'attaque de l'Iran ou de la Corée du Nord après avoir planifié le déploiement de 14 Ground Based Interceptor supplémentaires sur le sol américain d'ici 2017[21].

Le 20 mars 2013, la Corée du Sud est victime d'une cyberattaque provenant d'adresses IP chinoises mais des experts sud-coréens estiment que les services de renseignement nord-coréens pourraient être derrière cette attaque[22],[23].

Le 10 avril, l'Agence sud-coréenne de sécurité internet (KISA) confirme après avoir analysé les codes d'accès et les codes malveillants (notamment d'un certain virus dénommé « DarkSeoul[24] ») que le Nord est bien à l'origine de celle-ci[25].

Le test d'un missile balistique américain Minuteman III fut planifié le 9 avril 2013 mais reporté en raison des tensions dans la péninsule coréenne.

Le 26 mars 2013, l'United States Air Force déploie des bombardiers Boeing B-52 Stratofortress de Guam afin de survoler le territoire sud-coréen dans le cadre des exercices militaires conjoints et ainsi assurer une présence continue en Corée du Sud[26]. Le même jour, la force maritime d'autodéfense japonaise déploie 3 destroyers dotés de systèmes de combat Aegis selon les médias japonais. Le 28 mars 2013, deux bombardiers stratégiques furtifs Northrop B-2 Spirit américains capables de transporter des armes nucléaires décollent de Whiteman Air Force Base au Missouri pour une mission d'entrainement au tir au-dessus de la Corée du Sud avant de retourner à leur base. Le 30 mars 2013, la Corée du Nord annonce être en état de guerre avec le Sud[27]. Le 31 mars 2013, deux chasseurs furtifs américains Lockheed Martin F-22 Raptor sont déployés à Osan Air Base depuis Kadena Air Base à Okinawa au Japon, principale base aérienne de l'US Air Force en Corée du Sud[28].

Avril 2013[modifier | modifier le code]

Le 1er avril 2013, la république populaire de Chine place des formations de l’armée populaire de libération en état d'alerte près de la frontière sino-coréenne[29], les forces de Taïwan déploient des batteries de missiles sol-air en cas de tir vers leur île[30].

Le 2 avril 2013, la Corée du Nord annonce qu'elle va relancer son complexe nucléaire de Yongbyon, fermé depuis 2007, afin de renforcer son arsenal nucléaire en « qualité et en quantité[31] ».

Le 3 avril 2013, Pyongyang interdit l'accès au complexe de Kaesong aux ressortissants sud-coréens. Cette décision a pour effet de faire douter la communauté internationale quant aux réelles motivations de Kim Jong-un. En effet, les conséquences directes seront une réduction des entrées de fonds au Nord et donc un handicap certain pour le régime en cas de guerre, ce qui est la situation la plus probable dans un futur proche d'après le Comité de la défense nationale[32],[33]. Le 8 avril, la Corée du Nord annonce qu'elle retire tous ses employés du complexe de Kaesong, provoquant sa fermeture temporaire. Le même jour, le collectif Anonymous affirme avoir dérobé 15 000 mots de passe d'utilisateur et avoir piraté Uriminzokkiri, principal site de propagande de la Corée du Nord, dans la cadre de sa cyberguerre menée contre la RPDC[34],[35].

Le 5 avril 2013, après avoir déployé un second missile sur sa côte orientale, la Corée du Nord annonce qu'elle ne sera plus en mesure de protéger les ambassades étrangères à Pyongyang à partir du 10 avril et demande au personnel diplomatique du Royaume-Uni, de Russie et de Suède de quitter le pays[36]. Yonhap estime que l'attaque nord-coréenne pourrait avoir lieu le 15 avril pour coïncider avec la naissance de Kim Il-sung[37]. La marine sud-coréenne déploie deux navires dotés de systèmes de combat Aegis par mesures de précaution[38].

Le 7 avril 2013, les États-Unis reportent un essai de missile balistique intercontinental, planifié depuis longtemps et qui devait se tenir à Vandenberg Air Force Base en Californie, à voir dans le contexte des tensions avec la RPDC, annoncé par le département de la Défense des États-Unis[39].

Le 9 avril 2013, les autorités nord-coréennes recommandent aux ressortissants étrangers présents en Corée du Sud de quitter le pays le plus vite possible[40], après avoir répété que la péninsule coréenne se dirige vers une « guerre thermonucléaire. » Par ailleurs, le même jour, le Japon déploie des systèmes de missile surface-air MIM-104 Patriot dans le centre de Tokyo et sur l'île d'Okinawa ainsi que des navires de guerre supplémentaires en mer du Japon[41]. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, met en garde que la crise pourrait bientôt devenir « incontrôlable[42]. »

Batterie de missiles sol-air MIM-104 Patriot PAC-2 de la force aérienne d'autodéfense japonaise; Ces engins ont été déployés, entre autres, à Tokyo, lors du tir de la fusée nord-coréenne Unha le 13 février 2012 au cas-où celui-ci aurait représenté un danger pour le Japon.
Un lanceur MIM-104 Patriot PAC-3 de la 2e division d'infanterie des États-Unis, composante terrestre des United States Forces Korea (en) à Osan.
La station radar flottante américaine Sea-based X-band Radar, déployée le 11 avril 2013 afin de détecter tout tir éventuel de missile par la Corée du Nord.
La zone industrielle de Kaesong, à environ 5 kilomètres de la zone coréenne démilitarisée (DMZ), fermée en avril 2013.

Le 10 avril, le plus important poste-frontière sino-nord-coréen entre Dandong et Sinuiju est fermé aux touristes (seuls les voyages d'affaires entre les deux pays semblent encore être autorisés)[43]. Les forces américaines et sud-coréennes passent en WATCHCON 2 (menace vitale, dernier stade avant le 1 qui est utilisé en temps de guerre) alors que la Corée du Nord a déployé au moins sept installations mobiles sur sa côte orientale avec des missiles balistiques BM25 Musudan qui pourraient être utilisés dans le cadre d'essais ou contre le Japon[44],[45]. Les forces armées de la fédération de Russie ne sont quant à elles pas placées en état d'alerte, l'état-major de la région militaire Est déclarant « qu'il n'y en a nul besoin », tout en affirmant « suivre les développements dans la péninsule coréenne afin de réagir de façon adéquate[46]. » Par ailleurs, le même jour, une fausse alerte par les autorités sur Twitter à propos d'un lancement d'un missile nord-coréen provoque la panique dans la ville japonaise de Yokohama de 3,7 millions d'habitants[47].

Le 11 avril, les missiles nord-coréens BM25 Musudan sont parés au lancement. Un rapport du Defense Intelligence Agency (relevant du Pentagone) estime que la Corée du Nord a terminé d'acquérir le savoir-faire technique nécessaire pour monter des armes nucléaires sur des vecteurs, en l’occurrence des missiles balistiques[48],[49] tandis que le ministère sud-coréen de la Défense « doute » de la capacité de la Corée du Nord à lancer un missile balistique à tête nucléaire[50]. La station radar flottante américaine Sea-based X-band Radar est déployée afin de détecter tout tir éventuel de missile par le Nord[51].

Le 12 avril, la Corée du Nord réaffirme que « la guerre pourrait commencer à tout moment[52] », tandis que la Corée du Sud s'est dit prête à négocier avec le Nord afin de mettre fin aux tensions, proposition qui serait examinée par Pyongyang[53]. Le même jour, les autorités nord-coréennes réitèrent leurs menaces nucléaires vis-à-vis du Japon si celui-ci tente d'intercepter l'un de leurs missiles[54]. Les autorités japonaises déclarent alors que le déploiement des MIM-104 Patriot sur l'île d'Okinawa serait permanent[55]. Par ailleurs, le secrétaire d'État des États-Unis, John Kerry, visite la Corée du Sud, le Japon et la Chine et déclare que les États-Unis « défendront leurs alliés de toutes leurs forces[56]. »

Le 13 avril, aucun signe de lancement de missile de la côte orientale de la Corée du Nord n'est encore détecté alors qu'ils auraient été déplacés vers des abris afin d'éviter leur observation par des satellites espions occidentaux depuis l'Espace[57]. La police sud-coréenne empêche le lancement de tracts et de prospectus anti-nord-coréens de l'autre côté de la zone coréenne démilitarisée (DMZ) planifié le 15 avril, date de l'anniversaire de la naissance de Kim Il-sung par des activistes, alors que le Nord met en garde que le Sud ferait face à une « situation catastrophique » si un tel événement se produisait.

La Chine s'isole de la Corée du Nord et les autorités mènent des exercices d'évacuation dans les villes frontalières en cas de raids aériens[58]. Le gouvernement sud-coréen souhaite malgré tout ouvrir le dialogue avec le Nord et apaiser les tensions[59]. Le 14 avril, Pyongyang rejette les propositions de discussion sur la reprise du fonctionnement de la zone industrielle de Kaesong avec Séoul, déclarant qu'il s'agit d'un « stratagème rusé »[60],[61]. Le gouvernement nord-coréen crée par décret un ministère de l’Énergie atomique afin d'officiellement « augmenter la production de matières nucléaires et poursuivre le développement d'une industrie nucléaire indépendante[62] ».

Le 15 avril, la Corée du Nord annonce vouloir développer des relations pacifiques avec le monde à condition que son statut de puissance nucléaire ne soit pas contesté[63]. Le ministre japonais de la défense Shigeru Ishiba indique que le Japon se réserve le droit de mener une frappe préventive contre la Corée du Nord[64]. Les États-Unis se disent par ailleurs prêts à négocier[65], tout en réaffirmant leur détermination à défendre leur allié japonais[66]. Le même jour, un tir de missile est redouté[67],[68] alors qu'une parade militaire en Corée du Nord est menée afin de célébrer le 101e anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, surnommé le « Jour du Soleil[69] » en Corée du Nord.

Le 16 avril, la Corée du Nord délivre un ultimatum à la Corée du Sud, lui demandant de « s'excuser et de cesser immédiatement toutes activités anti-nord-coréennes », en référence aux autodafés des portraits des dirigeants de la RPDC par des manifestants à Séoul[70] et indique qu'elle pourrait mener une attaque « sans avertissement[71] ». La Corée du Sud qualifie les déclarations du Nord de « regrettable[72] ». Les États-Unis affirment avoir retrouvé une partie du Kwangmyŏngsŏng 3 numéro 2, ce qui pourrait leur permettre de connaître en détail l'avancement du programme balistique nord-coréen[73]. Dans la journée, un hélicoptère Sikorsky CH-53 Sea Stallion du corps des Marines des États-Unis s'écrase par ailleurs en Corée du Sud près de la frontière avec le Nord sans faire de victimes, après avoir effectué un atterrissage d'urgence, probablement dû à un problème mécanique, alors qu'il participait aux exercices conjoints avec les forces armées sud-coréennes[74]. La Russie se dit prête à négocier avec les États-Unis afin de régler la crise nord-coréenne[75]. Dans la même journée la Corée du Nord annonce rejeter toute proposition américaine ou sud-coréenne concernant d'éventuelles négociations[76].

Le 17 avril, la Corée du Nord empêche une délégation d'hommes d'affaires sud-coréens de distribuer de la nourriture et des fournitures à 200 de leurs employés qui étaient restés dans la zone industrielle de Kaesong[77],[78]. 8 000 soldats des forces taïwanaises mènent des exercices militaires afin de notamment tester un nouveau type de système de lance-roquettes multiples capable de détruire des engins de débarquement[79]. Le Japon annonce également ne pas baisser son niveau d'alerte compte tenu des vives tensions dans la péninsule coréenne[80].

Le 18 avril, les autorités nord-coréennes demandent dans une déclaration la fin des sanctions de l'ONU comme condition de dialogue avec les États-Unis et se disent prêtes à accepter le processus de « dénucléarisation de la Corée » si les États-Unis retirent les armes nucléaires qu'ils ont déployés dans la région[81], ce que Séoul juge « absurde[82] » et condition refusée par John Kerry[83].

Le 20 avril, la Corée du Nord annonce accepter une offre de dialogue avec Pékin[84],[85] alors qu'elle déploie dans le même temps sur sa côte orientale deux tracteurs-érecteurs-lanceurs (TEL) de Scud supplémentaires, faisant craindre un essai balistique le 25 avril, jour de l'armée populaire de Corée marqué traditionnellement par un défilé militaire[86],[87]. L'organe central du Parti du travail de Corée, Rodong Sinmun, annonce également que la RPDC « ne renoncera jamais aux armes nucléaires[88] ».

Le même jour, l'Iran et la Corée du Nord entament des discussions quant à l'exportation de pétrole iranien, signifiant que la RPDC n'est pas encore prête à une guerre[89]. Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, indique que « la Corée du Nord sera au menu du conseil OTAN-Russie » qui se tiendra le 23 avril à Bruxelles[90].

Le 22 avril, la Corée du Nord demande une aide alimentaire à la Mongolie[91].

Le 23 avril, un groupe de pirates, du nom de Exposed, qui avait revendiqué la responsabilité d'avoir publié des renseignements financiers personnels au sujet de Michelle Obama et de nombreuses autres célébrités, menace de faire détoner 8 bombes autour de la Maison-Blanche si le président américain Barack Obama ne déclare pas la guerre à la Corée du Nord dans les prochaines 24 heures[92]. Peu de temps après, l'armée électronique syrienne (cyberarmée syrienne) revendique avoir piraté un compte officiel Twitter de l'Associated Press et avoir posté un Tweet affirmant qu'Obama a été blessé après deux explosions qui auraient touché la Maison-Blanche[93],[94]. Cette désinformation provoque une baisse de 1,0 % du marché boursier américain[95].

Le 25 avril, la Corée du Nord met en garde à nouveau qu'elle pourrait mener des attaques nucléaires kamikazes et indique qu'elle est prête à lancer des missiles balistiques intercontinentaux sur les États-Unis en cas de frappes préventives américaines[96],[97].

Le 26 avril, la Corée du Sud annonce retirer ses ressortissants restants de Kaesong afin de garantir leur sécurité après que le Nord a refusé toute offre de dialogue concernant le complexe[98],[99]. Les autorités nord-coréennes empêchent toutefois le retour des employés sud-coréens[100].

Le 27 avril, les autorités nord-coréennes annoncent qu'elles vont juger un citoyen américain d'origine sud-coréenne du nom de Pae Jun-Ho (ou Kenneth Bae (en)) pour avoir « tenté de renverser la République populaire démocratique de Corée[101],[102] ». Celui-ci pourrait être condamné à mort[103].

Le 28 avril, la Corée du Nord se préparerait à des exercices militaires de grande échelle dans la région de Nampo, impliquant de l'artillerie et l'aviation de la Force aérienne populaire de Corée[104].

Le 29 avril, à la fois la Russie et le Japon condamnent à nouveau la Corée du Nord, lui demandant de se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, insistant sur la « nécessité d'un règlement politique et diplomatique de la question nucléaire dans la péninsule coréenne[105] ». Dans la même journée, il est révélé que les tirs de missiles BM25 Musudan auraient été reportés à une date ultérieure, en l’occurrence le 27 juin, date du 60e anniversaire de la fin de la guerre de Corée[106].

Le 30 avril, les préparatifs au tir de missiles seraient terminés selon les services de renseignement sud-coréens, alors que le Nord a déployé sur sa côte orientale sept lanceurs, dont deux Musudan, d'une portée théorique de 4 000 kilomètres[107]. Le siège du Service national de renseignement est perquisitionné par le parquet sud-coréen, soupçonné d'interférence dans la politique, notamment de tentatives d'influer sur les résultats de l'élection présidentielle de 2012[108]. Les exercices militaires conjoints annuels Foal Eagle entre les États-Unis et la Corée du Sud prennent fin[109] mais les deux nations continuent cependant de surveiller de près la situation en Corée du Nord et ne baissent pas leur niveau de vigilance[110].

Mai 2013[modifier | modifier le code]

Le 1er mai, la Cour suprême nord-coréenne condamne l'Américain Kenneth Bae à 15 ans de travaux forcés[111],[112]. Le lendemain, le porte-parole du département d'État des États-Unis, Patrick Ventrell, demande sa libération dans une déclaration : « Nous demandons aux autorités de la RPDC d'accorder l'amnistie à M. Bae »[113].

Le 2 mai, la Corée du Nord annonce que le réacteur de Yongbyon est sur le point de redémarrer dans les prochaines semaines[114].

Le 3 mai, un rapport du département de la Défense des États-Unis présenté au Congrès fait valoir que la Corée du Nord constitue la plus sérieuse menace pour les États-Unis, celui-ci met notamment l'accent sur les missiles balistiques intercontinentaux à longue portée Taepodong 2, capables de transporter des charges nucléaires et pouvant atteindre théoriquement le continent américain[115]. Par ailleurs, la police sud-coréenne empêche le lancement de tracts vers le Nord, après la menace des autorités nord-coréennes de faire feu sur les régions impliquées[116].

Le 5 mai, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye visite les États-Unis et rencontre Barack Obama dans l'espoir de trouver une solution à la crise. Elle doit par ailleurs rencontrer le secrétaire-général de l'ONU Ban Ki-moon.

Le 6 mai, la Corée du Nord retire deux missiles BM25 Musudan de leur pas de tir sur la côte orientale du pays[117],[118].

Le 7 mai, la Bank of China arrête toute transaction avec la Corée du Nord en raison de son programme nucléaire[119].

Le 12 mai, on annonce que Kim Kyok-sik, ministre des armées nord-coréen en poste depuis novembre 2012 et tenant de la ligne dure, est remplacé par Jang Jong-nam[120].

Le 13 mai, de nouveaux exercices navals américano-sud-coréens débutent au large de la Corée du Sud, dénoncés par les autorités nord-coréennes[121].

Le 15 mai, la China Construction Bank, la Banque agricole de Chine ainsi que la Banque industrielle et commerciale de Chine cessent toute transaction avec le régime nord-coréen. Il s'agit de la mesure la plus ferme prise par le gouvernement chinois contre son allié nord-coréen[122]. Par ailleurs, la Corée du Nord rejette une proposition sud-coréenne concernant des négociations sur l'avenir du site industriel de Kaesong[123].

Le 17 mai, selon un rapport militaire de Yonhap, la Corée du Nord disposerait de deux fois plus de lanceurs de missiles qu'estimé, 50 de moyenne portée et de 150 de courte portée, et non pas 94 comme le pensent Séoul et le Pentagone[124].

Le 18 mai, la Corée du Nord lance trois missiles à courte portée depuis sa côte orientale en mer du Japon, deux dans la matinée et l'autre dans l'après-midi[125],[126],[127].

Le 19 mai, la Corée du Nord lance un nouveau missile à courte portée depuis sa côte orientale en mer du Japon. Séoul qualifie cet acte de « grave provocation » [128].

Le 20 mai, la Corée du Nord lance 2 missiles supplémentaires, un dans la matinée et un dans l'après-midi, depuis sa côte orientale vers la mer du Japon[129].

Juin 2013[modifier | modifier le code]

Le 4 juin, la Corée du Nord rejette une requête de la Chine demandant l'arrêt de ses essais nucléaires[130].

Le 6 juin, les autorités nord-coréennes proposent des pourparlers avec le Sud concernant le sort de la zone industrielle de Kaesong, acceptés immédiatement par le gouvernement sud-coréen[131],[132].

Le 16 juin, la Corée du Nord propose aux États-Unis des négociations afin d'apaiser les tensions dans la péninsule coréenne[133].

Le 22 juin, le groupe d'activistes Anonymous affirme être parvenu à avoir dérobé des documents militaires nord-coréens, qui doivent être publiés le 25 juin, jour anniversaire du déclenchement de la guerre de Corée[134].

Le 28 juin, le Japon retire ses missiles MIM-104 Patriot qui avaient été déployés à travers le pays dans le but de contrer d'éventuels tirs de missiles balistiques nord-coréens.

Le 29 juin, la Russie demande à la Corée du Nord de reprendre les pourparlers à six[135].

Juillet 2013[modifier | modifier le code]

Le 3 juillet, les communications entre Séoul et Pyongyang sont restaurées et les autorités nord-coréennes autorisent les entrepreneurs sud-coréens à reprendre leurs activités dans la zone industrielle de Kaesong[136]. Le 17 juillet, les deux Corée s'accusent mutuellement de la fermeture du complexe et le 18, le vice-président des États Joe Biden déclare que les Etats-Unis sont prêts à s'engager dans des pourparlers avec la Corée du Nord, mais seulement si elle est préparée pour de véritables négociations et s'engage à renoncer à ses ambitions nucléaires[137].

Le 26 juillet, lors d'une réunion avec Li Yuanchao, vice-président chinois, Kim Jong-un réaffirme son soutien à la reprise des pourparlers à six[138].

Août 2013[modifier | modifier le code]

Des délégués des deux parties signent un plan en cinq points en ce qui concerne la réouverture de la zone industrielle de Kaesong. Une date pour la reprise des opérations dans le complexe n'a pas été annoncée, mais le 10 septembre, le ministère sud-coréen de l'Unification annonce que le complexe sera rouvert le 16 septembre pour un « essai » limité[139].

Après la crise[modifier | modifier le code]

Le 8 octobre 2013, la Corée du Nord place son armée en état d'alerte et averti les États-Unis d'un « horrible désastre[140] ». Quelques jours plus tard, la Corée du Nord refuse de signer un pacte militaire de non-agression avec les États-Unis[141]. Elle exhorte les États-Unis à mettre fin à leurs exercices militaires menés avec le Sud. Les experts ont déclaré par la suite que la Corée du Nord s'apprêterait à lancer des missiles de courte portée sur à partir de sa côte est.

Le 21 octobre, la Corée du Nord a mis en garde à nouveau la Corée du Sud sur la possibilité de « tir impitoyable » si cette dernière continue à développer des obus non-explosifs contenant des tracts anti-Pyongyang.

Le 12 novembre 2013, un responsable du régime nord-coréen, Kim Tae-gil menace les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon d'une « catastrophe nucléaire » . Le 22 novembre, la Corée du Nord menace de transformer le bureau présidentiel de Corée du Sud en une « mer de feu » si elle essait de provoquer à nouveau la RPDC. Le 17 décembre, la Corée du Nord envoie des centaines de tracts de propagande en Corée du Sud qui menace d'anéantir la 6e brigade sud-coréenne de Marines basée sur l'île de Baengnyeong Le 24 décembre 2013, la président sud-coréenne Parc Geun-Hye décrit la situation comme « inquiétante ». Le 28 décembre, Kim Jong-un ordonne à ses soldats de devenir des « balles humaines » et des « bombes » pour le protéger[142], et davantage de soldats soldats sont affectés à la frontière avec la Chine[143].

Le 16 février 2014, des responsables sud-coréens de la Défense affirment qu'un navire de guerre nord-coréen a franchi a plusieurs reprises les eaux territoriales sud-coréennes en violation de la ligne de limite nord durant la nuit. L'incursion a eu lieu alors que la Corée du Sud et les États-Unis se préparent à mener Key Resolve/Foal Eagle 2014. Le 2 mars 2014, la Corée du Sud affirme que le Nord a lancé deux missiles à courte portée Scud-C. Ce dernier incident survient avant l'arrivée de quatre navires de guerre américains équipés du système de combat Aegis et d'un sous-marin nucléaire américain (le USS Columbus (SSN-762)), et du navire de commandement de la VIIe flotte américaine (USS Blue Ridge (LCC-19)) dans les ports sud-coréens pour l'exercice Foal Eagle 2014[144],[145].

Le 26 mars 2014, selon Séoul, la Corée du Nord tire depuis sa côte orientale deux missiles à moyenne portée (probablement des Rodong) alors que les dirigeants américains, japonais et sud-coréens s'entretiennent afin de discuter de la menace posée par le Nord dans la région[146].

Le 8 juillet 2014, toujours selon Séoul, la Corée du Nord tire deux missiles à courte portée depuis sa côte occidentale[147]. Le 13 juillet, selon le Japon, la Corée du Nord tire à nouveau deux missiles balistiques en mer de l'Est[148]. Le lendemain, la Corée du Nord tire des dizaines d'obus d'artillerie dans la mer près de la frontière maritime contestée[149].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle déclare que « le gouvernement nord-coréen devrait cesser de jouer avec le feu » et assure que le gouvernement allemand travaille avec ses partenaires afin que Pyongyang « mette fin à ses menaces et abandonne son programme nucléaire, constituant une violation des lois internationales[150]. »
  • Drapeau de l'Australie Australie : le ministre des Affaires étrangères Bob Carr déclare que « le gouvernement nord-coréen est une menace réelle pour la sécurité de millions d'habitants » et qu'il est nécessaire « d'imposer de nouvelles sanctions. »
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : le porte-paroles du ministère des Affaires étrangères Hong Lei espère que « les parties vont travailler ensemble afin de sortir de cette situation actuellement tendue. » Le gouvernement chinois appelle par ailleurs à un retour à la table des négociations au sein des pourparlers à six[151].
  • Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud : le ministère de l'Unification publie une déclaration dans laquelle il affirme que « la déclaration de la Corée du Nord n'est pas une nouvelle menace mais la continuité de ses menaces provocatrices. »
  • Drapeau de Cuba Cuba : l'ancien dirigeant cubain Fidel Castro a appelé les deux parties à la « retenue ». Il qualifie la situation de « incroyable et absurde » et affirme qu'une « guerre ne bénéficierait à aucune des deux parties », ajoutant qu'il s'agit de l'un des « risques les plus graves depuis la crise des missiles de Cuba il y a 50 ans[152]. »
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, José Manuel García-Margallo, déclare que « l'Union européenne fait pression sur la Corée du Nord afin de négocier avec tous les pays dans la région pour maintenir la sécurité et la stabilité. »
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil de sécurité nationale a indiqué « prendre ces menaces au sérieux ».
  • Drapeau de la France France : le gouvernement français a appelé la Corée du Nord « à cesser toute provocation supplémentaire » et à se conformer à « ses obligations internationales et reprendre rapidement le chemin du dialogue[153]. »
  • Drapeau des Philippines Philippines : le gouvernement philippin s'est dit prêt à fournir une assistance militaire à la Corée du Sud.
  • Drapeau du Pérou Pérou : dans une déclaration du 30 mars du ministère des Affaires étrangères, le gouvernement péruvien s'est dit en faveur d'un « dialogue et une coopération entre la Corée du Nord et la Corée du Sud et la reprise des pourparlers à six concernant le problème nucléaire dans cette partie de l'Asie[154]. »
  • Drapeau de la Russie Russie : le ministère des Affaires étrangères a appelé la Corée du Nord et les États-Unis à la « retenue ». Le 8 avril, le président Vladimir Poutine s'est dit « extrêmement préoccupé par la situation qui pourrait mener à un désastre pire que celui de Tchernobyl[155]. »
  • Drapeau de la Tunisie Tunisie : le président tunisien Moncef Marzouki a condamné fermement les agissements de la Corée du Nord.
  • Drapeau du Vatican Vatican : le pape François a appelé à « la paix et à la réconciliation » à l'occasion de la bénédiction urbi et orbi qui s'est tenue le dimanche de Pâques le 31 mars[156].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Korean missile crisis, WAtoday, 5 avril 2013
  2. (en) Time for U.S. to disengage from North Korea crisis, CNN, 13 février 2013
  3. L’Asie impliquée dans une nouvelle étape de la course aux armements, La Voix de la Russie, 28 avril 2013
  4. (en) « North Korea launches rocket in defiance of critics », sur Reuters,‎ 12 décembre 2012 (consulté le 12 décembre 2012).
  5. (en) North Korea 'plans to conduct nuclear test, Al Jazeera English, 24 janvier 2013.
  6. (fr) Images d'une fusée à la télévision nord-coréenne, Le Monde, 24 janvier 2013.
  7. (zh) 吉林珲春市民感到晃动 老太错以为心脏病犯了, News.ifeng.com, 12 février 2013
  8. (en) New Year Address Made by Kim Jong Un, KCNA, 1er janvier 2013
  9. (en) North Korea's Kim Jong-un makes rare new year speech, BBC News, 1er janvier 2013
  10. (en) North Korea Issues Blunt New Threat to United States, The New York Times, 25 janvier 2013
  11. (en) Exclusive: North Korea tells China of preparations for fresh nuclear test - source, Reuters, 15 février 2013
  12. (en) N.K. has conducted 3rd nuke test, The Korea Herald, 12 février 2013
  13. (en) Obama says N. Korea's nuke test 'highly provocative,' vows actions to defend U.S. and allies, Yonhap, 12 février 2013
  14. (en) North Korea Confirms It Conducted 3rd Nuclear Test, The New York Times, 12 février 2013
  15. (en) N Korea threatens to nullify 1953 armistice, Al Jazeera English, 6 mars 2013
  16. (fr) Laurent Deschamps, La Corée du Nord menace d'une frappe nucléaire "préventive", TF1, 7 mars 2013.
  17. (en) North Korea ends peace pacts with South, BBC News, 8 mars 2013
  18. (en) North Korea ends armistice with South amid war games on both sides of border, The Guardian, 11 mars 2013
  19. (en) North Korea cuts peace hotline as South begins military drills, The Guardian, 11 mars 2013
  20. (en) US-South Korea drills begin amid North Korea tensions, BBC News, 11 mars 2013
  21. (en) Missile Defense Announcement as Delivered by Secretary of Defense Chuck Hagel, U.S. Department of Defense, 15 mars 2013
  22. (en) South Korea Says Chinese Code Used in Computer Attack, Bloomberg News, 21 mars 2013
  23. (en) Computer Networks in South Korea Are Paralyzed in Cyberattacks, The New York Times, 21 mars 2013
  24. (en) South Korea’s "DarkSeoul" Attack Highlights Challenges for Cybersecurity, U.S.News, 29 mars 2013
  25. (fr) La Corée du Nord à l'origine de la cyberattaque contre le Sud, Romandie, 10 avril 2013
  26. (en) US Reinforcing Pacific Defenses to Counter North Korean Threats, Defense Update, 6 avril 2013
  27. (fr) La Corée du Nord annonce qu'elle est en état de guerre avec le Sud, Romandie, 30 mars 2013
  28. (en) U.S. F-22 stealth jets join South Korea drills amid saber-rattling, Reuters, 31 mars 2013
  29. (en) Showdown looming: China mobilizing troops, jets near Korea, The Washington Times, 1er avril 2013
  30. (en)Rich Chang, « Missiles said to be deployed against N Korea launch », sur Taipei Times,‎ 2 avril 2013 (consulté le 13 avril 2013)
  31. (en) North Korea 'to restart Yongbyon nuclear reactor', BBC News, 2 avril 2013
  32. (fr) Michel de Grandt, « Les cibles de Kim Jong-un », sur http://www.lesechos.fr/, Les Échos,‎ 3 avril 2013 (consulté le 4 avril 2013)
  33. (fr) « Pyongyang empêche l'accès du complexe de Kaesong aux Sud-Coréens, Séoul menace », sur http://actu.orange.fr/, Orange,‎ 03 avril 2013 (consulté le 4 avril 2013)
  34. (en) Anonymous threatens cyberwar on North Korea, steals 15,000 passwords, Yahoo! News, 2 avril 2013
  35. (en) Hackers hijack pro-North Korea website Uriminzokkiri, GlobalPost, 4 avril 2013
  36. (en) North Korea warns it cannot protect embassies after April 10, NDTV, 5 avril 2013
  37. (en) North Korea missile threat: April 5 as it happened, The Telegraph, 5 avril 2013
  38. (en) South Korea 'deploys warships to track North missiles', BBC News, 5 avril 2013
  39. (en) Official: U.S. delays missile test to avoid 'misperceptions' by North Korea, CNN, 7 avril 2013
  40. (en) North Korea: Foreigners should evacuate South Korea, BBC News, 9 avril 2013
  41. (en) North Korea: Japan Deploys Missile Defence, Sky News, 9 avril 2013
  42. (en) UN chief Ban: Korea crisis could become 'uncontrollable', BBC News, 9 avril 2013
  43. (fr) Chine. Un poste frontière avec la Corée du Nord fermé aux touristes - article sur ouest-France du 10 avril 2013
  44. (en) S Korea raises alert level, as North readies missile test, Channel NewsAsia, 10 avril 2013
  45. (fr) La Corée du Nord déploie des installations mobiles de missiles, La Voix de la Russie, 10 avril 2013
  46. (fr) Russie : pas d'état d'alerte à la frontière nord-coréenne, La Voix de la Russie, 10 avril 2013
  47. (en) False alarm on the North Korean missile launch prompts panic in Japan, The Voice of Russia, 10 avril 2013
  48. (en) Pentagon report shows N. Korea capable of arming missile with nuke, officials downplay finding, Fox News, 12 avril 2013
  49. (en) N. Korea may be able to deliver nuke, Pentagon intel says, CNN, 11 avril 2013
  50. (fr) Séoul doute que la Corée du Nord ait un missile nucléaire, La Voix de la Russie, 12 avril 2013
  51. Corée du Nord : les États-Unis déploient un radar flottant pour se protéger, Le Monde, 11 avril 2013
  52. (fr) Regain de tension dans la péninsule de Corée, La Voix de la Russie, 12 avril 2013
  53. (fr) La Corée du Sud prête à négocier avec la Corée du Nord, La Voix de la Russie, 12 avril 2013
  54. (en) North Korea threatens nuclear strike on Tokyo if Japan intercepts missile, The Japan Daily Press, 12 avril 2013
  55. (en) Japan vows response to 'any scenario' after nuclear threat, The Economic Times, 12 avril 2013
  56. (en) Kerry in Seoul as Korea tensions simmer, Al Jazeera, 12 avril 2013
  57. (fr) RPDC : aucun signe de lancement de missiles imminente n'a été détecté, La Voix de la Russie, 13 avril 2013
  58. (fr) La Chine s'isole de la Corée du Nord, La Voix de la Russie, 12 avril 2013
  59. (en) S Korean police stop anti-North leaflet launch, Channel NewsAsia, 13 avril 2013
  60. (en) North Korea rejects South Korea's calls for talks, USATODAY, 14 avril 2013
  61. (en) N Korea dismisses South's dialogue offer on Kaesong, Channel NewsAsia, 14 avril 2013
  62. (fr) La Corée du Nord crée un ministère de l’Énergie atomique, La Voix de la Russie, 14 avril 2013
  63. (en) North Korea ready to develop relations, ensure stability as a responsible nuke stategy, RT.com, 14 avril 2013
  64. (en) Japan Claims Right to Pre-Emptive Strike on N.Korea, Chosun, 15 avril 2013
  65. (fr) COREE DU NORD. Washington se dit prêt à négocier, NouvelObs, 15 avril 2013
  66. (fr) Corée du Nord : les États-Unis "déterminés à défendre le Japon", Le Point, 14 avril 2013
  67. (fr) Corée du Nord : le jour du tir ?, TF1, 15 avril 2013
  68. (fr) Corée du Nord: un tir de missile redouté, Le Soir, 15 avril 2013
  69. (fr) Corées : au Nord, parade militaire pour le «Jour du Soleil», RFI, 15 avril 2013
  70. (en) North Korea issues new threats over protests in South, Reuters, 16 avril 2013
  71. (en) North Korea threatens to strike without warning, CNN, 15 avril 2013
  72. (fr) La Corée du Sud qualifié de « regrettable » l'ultimatum de Pyongyang, La Voix de la Russie, 16 avril 2013
  73. (en) Exclusive: How North Korea Tipped Its Hand, The Daily Beast, 15 avril 2013
  74. « Corée du Sud: un hélicoptère de l’armée américaine s’écrase, pas de victime », sur Libération,‎ 16 avril 2013 (consulté le 16 avril 2013)
  75. (fr) Moscou est prête à régler avec Washington la crise autour de la Corée du Nord, La Voix de la Russie, 16 avril 2013
  76. (fr) La Corée du Nord a rejeté la proposition américaine pour les négociations, La Voix de la Russie, 16 avril 2013
  77. (en) N Korea bars South delegation from joint zone, Channel NewsAsia, 17 avril 2013
  78. (fr) Site Kaesong : accès refusé à une délégation sud-coréenne, La Voix de la Russie, 17 avril 2013
  79. (fr) Exercices militaires à Taïwan, La Voix de la Russie, 17 avril 2013
  80. (fr) Corée du Nord : le Japon ne baisse pas son niveau d'alerte, La Voix de la Russie, 17 avril 2013
  81. (en) North Korea demands end of sanctions if U.S. wants dialogue, Reuters, 18 avril 2013
  82. (fr) Séoul : les conditions de RDPC sont absurdes, La Voix de la Russie, 18 avril 2013
  83. (en) US rejects N Korea conditions for talks, PressTV.ir, 19 avril 2013
  84. (en) N. Korea accepts China's offer for dialogue: Japanese newspaper, Yonhap, 20 avril 2013
  85. (fr) Crise coréenne : la RPDC entamera un dialogue avec Pékin, La Voix de la Russie, 20 avril 2013
  86. (fr) La Corée du Nord a installé deux lanceurs de missile supplémentaires, Le Monde, 21 avril 2013
  87. (fr) Les missiles Scud prêts à lancement depuis l'est de la RPDC, La Voix de la Russie, 21 avril 2013
  88. (fr) Nous ne renoncerons jamais aux armes nucléaires (gouvernement de la RPDC), La Voix de la Russie, 20 avril 2013
  89. (en) North Korea not ready for war while getting oil supplies from Iran, eTurboNews, 20 avril 2013
  90. (fr) Conseil Russie-OTAN : la Corée du Nord au menu, La Voix de la Russie, 19 avril 2013
  91. (en) North Korea Asks Mongolia for Food Aid, The Wall Street Journal, 22 avril 2013
  92. (en) Hacker Group Threatens to Bomb White House, TMZ, 23 avril 2013
  93. (en) 2 Connected Groups - 1 Big Problem, TMZ, 23 avril 2013
  94. (fr) Le compte Twitter de l'agence AP piraté, Le Monde, 23 avril 2013
  95. (en) False Rumor of Explosion at White House Causes Stocks to Briefly Plunge; AP Confirms Its Twitter Feed Was Hacked, CNBC, 23 avril 2013
  96. (en) North Korea Issues Threat at Ceremony for Military, The New York Times, 25 avril 2013
  97. (fr) RPDC : Les États-Unis sauront ce qu’est une vraie guerre nucléaire, La Voix de la Russie, 25 avril 2013
  98. (en) South Korea to withdraw workers from North Korea's Kaesong complex, Deutsche Welle, 26 avril 2013
  99. (fr) La Corée du Nord rejette l'ultimatum de Séoul pour le site industriel de Kaesong, BFMTV, 26 avril 2013
  100. (fr) Kaesong : la RPDC empêche le retour des employés sud-coréens, La Voix de la Russie, 29 avril 2013
  101. (fr) Corée du Nord : un américain bientôt jugé, Le Parisien, 27 avril 2013
  102. (fr) Un touriste américain en procès pour avoir tenté de renverser le gouvernement de la RPDC, La Voix de la Russie, 27 avril 2013
  103. (en) North Korea Expected to Indict American It Is Holding, The New York Times, 27 avril 2013
  104. (fr) La Corée du Nord se préparerait à des exercices militaires, La Voix de la Russie, 28 avril 2013
  105. (fr) Russie et Japon condamnent la Corée du Nord, La Voix de la Russie, 29 avril 2013
  106. (fr) Corée du Nord : report du tir de missiles ?, La Voix de la Russie, 29 avril 2013
  107. (fr) Missile : la Corée du Nord termine les préparatifs au tir, La Voix de la Russie, 30 avril 2013
  108. (fr) Corée du Sud : perquisition au siège du service de renseignement, La Voix de la Russie, 30 avril 2013
  109. (fr) Les États-Unis et la Corée du Sud terminent leurs manœuvres conjointes, La Voix de la Russie, 30 avril 2013
  110. (en) South Korea: Joint military drills with U.S. over, but vigilance on North remains, CNN, 30 avril 2013
  111. (en) Kenneth Bae Sentenced: American Sentenced To 15 Years Hard Labor For Crimes Against North Korea, TheHuffingtonPost.com, 1er mai 2013
  112. (fr) Corée du Nord : un Américain condamné à 15 ans de travail forcé, La Voix de la Russie, 2 mai 2013
  113. (en) North Korea sentences US citizen to jail, Al Jazeera, 2 mai 2013
  114. (fr) Corée du Nord : le réacteur de Yongbyon sur le point de démarrer, La Voix de la Russie, 2 mai 2013
  115. (fr) Corée du Nord, la plus sérieuse menace pour les USA (Pentagone), La Voix de la Russie, 3 mai 2013
  116. (fr) Corée du Sud : pas de lancement de ballons vers le Nord, La Voix de la Russie, 3 mai 2013
  117. (en) North Korea withdraws missiles from launch site, CNN, 6 mai 2013
  118. (fr) Pyongyang retire ses missiles balistiques du site de lancement, La Voix de la Russie, 7 mai 2013
  119. (en) Bank of China cuts off North Korea trade bank, AP, 7 mai 2013
  120. (en)« North Korea names another new armed forces minister »,‎ 13 mai 2013 (consulté le 22 mai 2013)
  121. (fr) Nouvelles manœuvres navales de Washington et Séoul, La Voix de la Russie, 13 mai 2013
  122. (en) More Chinese banks stop transactions with N.Korea, Mubasher, 11 mai 2013
  123. (fr) Pyongyang remet sur Séoul la responsabilité pour l'avenir de Kaesong, La Voix de la Russie, 15 mai 2013
  124. (fr) La Corée du Nord aurait deux fois plus de lanceurs de missiles qu'estimé, Le Monde, 17 mai 2013
  125. (fr) La Corée du Nord a lancé trois missiles à courte, La Voix de la Russie, 18 mai 2013
  126. (en) N. Korea launches three short-range guided missiles: defense ministry, Yonhap, 18 mai 2013
  127. (en) Report: North Korea launches short-range missiles, CNN, 18 mai 2013
  128. (fr) [1], France Télévision Info, 19 mai 2013
  129. (fr) [2] Challenges, 20 mai 2013]
  130. (en) North Korea has not mellowed': Kim Jong-un rejects China's call to stop nuclear tests, Express, 4 juin 2013
  131. (en) North and South Korea 'agree Kaesong talks', BBC News, 6 juin 2013
  132. (en) Seoul says yes to peace talks offer from North Korea, The Australian, 7 juin 2013
  133. (en) State news: North Korea proposes high-level talks with U.S, CNN, 16 juin 2013
  134. (en) Anonymous: We Have Stolen North Korean Military Documents, The Diplomat, 22 juin 2013
  135. (en) Moscow to Hold Nuclear Talks With Pyongyang, RIA Novosti, 29 juin 2013
  136. (en) N. Korea says it will permit S. Korean entrepreneurs to visit Kaesong complex, Yonhap, 3 juillet 2013
  137. (en) Biden: U.S. ready to engage with North Korea if talks 'genuine', Reuters, 18 juillet 2013
  138. (en) North Korean Leader Supports Resumption of Nuclear Talks, State Media Say, The New York Times, 26 juillet 2013
  139. (en) North Korea, South Korea to reopen Kaesong industrial park next week, CNN, 11 septembre 2013
  140. (en) North Korea puts army on alert, warns U.S. of 'horrible disaster', Reuters, 8 octobre 2013
  141. (en) North Korea warns of 'all-out war' as it refuses to sign pact with US, The Telegraph, 12 octobre 2013
  142. (en) N. Korean leader demands allegiance from military, The Korea Herald, 28 décembre 2013
  143. (en) N. Korea beefs up nighttime border patrols, GlobalPost, 28 décembre 2013
  144. (en) North Korea launches 2 more missiles, South says, Stars and Stripes, 2 mars 2014
  145. (en) Four U.S. Navy Aegis ships arrive in S. Korea for Foal Eagle exercise, GlobalPost, 10 mars 2014
  146. (en) North Korea fires two mid-range missiles, Seoul says, Fox News, 25 mars 2014
  147. (en) North Korea fires missiles into the sea, CNN, 9 juillet 2014
  148. (en) N. Korea fires two ballistic missiles: Japan, Yonhap News Agency, 13 juillet 2014
  149. (en) South Korea says North Korea fired dozens of artillery shells into sea, Fox News, 14 juillet 2014
  150. (es) Berlín: Corea del Norte debe dejar de jugar con fuego, RT Actualidad, 30 mars 2013
  151. (es) China pide rebajar la tensión en la península Coreana, El Nacional, 29 mars 2013
  152. (en) Fidel Castro to North Korea: nuclear war will benefit no one, The Guardian, 5 avril 2013
  153. (es) Corea del Norte debe "dejar de jugar con fuego", RT Actualidad, 30 mars 2013
  154. (es) Perú condena el "uso de la fuerza" ante amenazas de Corea del Norte, El Comercio, 30 mars 2013
  155. (en) North Korea nuclear test 'not imminent' says South, BBC News, 8 avril 2013
  156. (en) Pope appeals for end to Korea tensions in first Easter message, Reuters, 31 mars 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Relations entre les deux Corées :
Relations internationales des pays concernés par la crise de 2013 :

Liens externes[modifier | modifier le code]