Bürglen (Uri)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bürglen.
Bürglen
Blason de Bürglen
Héraldique
L'église de Riedertal à Bürglen
L'église de Riedertal à Bürglen
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Uri
Maire Urban Camenzind-Arnold
NPA 6463
N° OFS 1205
Démographie
Population 3 968 hab. (31 décembre 2010)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 31″ N 8° 39′ 47″ E / 46.875268, 8.66305446° 52′ 31″ Nord 8° 39′ 47″ Est / 46.875268, 8.663054  
Altitude 1 588 m (min. : 448 m) (max. : 2 416 m)
Superficie 5 301 ha = 53,01 km2
Divers
Nom officiel Bürglen (UR)
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton d'Uri

Voir sur la carte administrative du Canton d'Uri
City locator 14.svg
Bürglen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bürglen

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bürglen
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Bürglen est une commune suisse du canton d'Uri.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bürglen mesure 53,01 km2[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Supposée patrie de Guillaume Tell[3], la commune abrite une chapelle construite à l'emplacement où aurait été sa maison.

La chapelle Guillaume Tell

En février 2015, le village de Bürglen accède à une « célébrité inattendue » suite aux remous suscités par la bénédiction que son curé, le prêtre Wendelin Bucheli, a accordé à un couple de femmes en octobre 2014[4], allant ainsi à l'encontre des injonctions de sa hiérarchie cléricale qui, depuis, exige sa démission[5]. Contre toute attente, la majorité de la population — outre une pétition en ligne qui réunit près de 40 000 signatures[5],[6],[7],[8] — s'oppose à son renvoi[5] et soutient le religieux dans sa démarche, louant son altruisme, son dévouement et sa générosité[9],[10],[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bürglen possède 3 947 habitants en 2008[1]. Sa densité de population atteint 74 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Bürglen entre 1850 et 2008[11] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Sandrine Hochstrasser, « Guillaume Tell, défenseur des homosexuels », Le Temps,‎ 10 février 2015 (lire en ligne)
  4. a et b « UR : le curé de Bürglen ne veut pas démissionner après avoir béni un couple lesbien », RTS Info, RTS Un, Radio télévision suisse « 19:30 le journal »,‎ 17 février 2015 (lire en ligne [[vidéo] durée : 01:59])
    « Il l'a dit devant ses paroissiens lors de la messe. En octobre, il avait donné sa bénédiction à un couple de lesbiennes, provoquant la polémique. »
  5. a, b et c Romain Miranda et Yannick Tenet, « MAP [Mise au point] », RTS Un, Radio télévision suisse « Viré de son église : reportage sur le prêtre viré pour avoir béni un mariage homosexuel »,‎ 22 février 2015 (lire en ligne [[vidéo] présentation : Sébastien Faure])
    « En bénissant l’union d’un couple homosexuel, il a suscité les foudres de la hiérarchie catholique suisse. L’évêque de Coire a remercié le prêtre de Bürglen – un petit village du canton d'Uri – pour avoir béni l’union d’un couple homosexuel. Depuis c’est la fronde dans le village qui refuse le départ de son curé. Viré de son église, il résiste, soutenu par sa paroisse et son village, rouvrant du même coup le débat en Suisse. »
  6. Sandrine Hochstrasser, « Guillaume Tell, défenseur des homosexuels », Le Temps,‎ 10 février 2015 (lire en ligne)
    « Le prêtre de Bürglen (Uri) a été prié de quitter ses fonctions après avoir béni un couple homosexuel. Dans le village natal de Guillaume Tell, à 92 % catholique, personne ne semble se réjouir de cette mise à pied décidée par l’évêque de Coire. »
  7. (de) « Bischof Vitus Huonder: Pfarrer Wendelin Bucheli muss in Bürglen, UR Schweiz bleiben », Avaaz.org / Bürgerpetitionen / Das größte und wirksamste Kampagnen-Netzwerk für Wandel weltwei « Bucheli soll bleiben / Bucheli doit rester / Bucheli must stay »,‎ février 2015 (lire en ligne)
    « Weshalb dies wichtig ist: — Der Kanton Uri hat unterzeichnet. Jetzt seid Ihr an der Reihe. Bitte helft uns und unterzeichnet diese Petition, damit unser Pfarrer Wendelin Bucheli in Bürglen bleibt. Bischof Vitus Huonder will ihn „nennen wir es“ strafversetzen, weil er ein lesbisches Paar gesegnet hat. »
  8. Bernard Bovigny, « Uri : La pétition de soutien à Wendelin Bucheli a déjà reçu près de 28'000 signatures », cath.ch, portail catholique suisse,‎ 15 février 2015 (lire en ligne)
    « Altdorf, 13 février 2015, la pétition en ligne de soutien à l’abbé Wendelin Bucheli bat tous les records dans l’Église. Le 13 février dans l’après-midi, elle accueillait déjà près de 28’000 signatures. Wendelin Bucheli est soutenu par le Conseil de paroisse de Bürglen. »
  9. « UR : un curé fait scandale après avoir béni un couple lesbien », RTS Info, RTS Un « 19:30 le journal »,‎ 11 février 2015 (lire en ligne [[vidéo] durée : 02:23])
    « La démarche a surtout déplu à l'évêque de Coire réputé pour sa ligne très conservatrice. La majorité des citoyens soutient le curé. »
  10. « Près de 30'000 personnes soutiennent le curé de Bürglen (UR) », RTS Info, RTS Un,‎ 13 février 2015 (lire en ligne)
    « Le curé qui devrait être déplacé pour avoir béni un couple lesbien rencontre un large soutien. Vendredi soir, près de 30'000 personnes avaient signé une pétition pour demander son maintien à Bürglen. »
  11. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :