Asia World Group

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Asia World Group

Création 5 juin 1992[1]
Fondateurs Lo Hsing Han, Steven Law (Tun Myint Naing)
Personnages clés Steven Law (Tun Myint Naing), Cecilia Ng (Ng Sor Hong)
Siège social Drapeau de Birmanie Rangoun (Birmanie)
Activité construction, infrastructure, énergie, import-export, commerce
Filiales Asia World Co Ltd., Asia World Port Management, Asia World Industries Ltd., Asia Lite, Kokang Singapore Pte Ltd., Golden Aaron Pte Ltd.

Asia World Group (birman အာရှဓန ကုမ္ပဏီ) est le conglomérat le plus gros et le plus diversifié de Birmanie, avec des intérêts dans l'industrie, les travaux publics, les transports, l'import-export et une chaine locale de supermarchés[2]. Selon un cable américain révélé par Wikileaks, ses intérêts dans ce pays représentaient en 2007 plus de 500 millions de dollars[3]. Environ la moitié des investissements de Singapour en Birmanie (1,3 milliards de dollars en 2000) proviennent de filiales d'Asia World[4].

Controverses[modifier | modifier le code]

Le fondateur de la compagnie, Lo Hsing Han (1935-2013), était un chinois du Kokang à la tête d'une des plus grandes narco-armées d'Asie du Sud-Est[5],[6]. Dix autres entreprises sont domiciliées à Singapour au nom de Cecilia Ng (Ng Sor Hong), l'épouse de Steven Law (fils de Lo Hsing Han) : celle-ci dirige un réseau bancaire clandestin au bénéfice de son beau-père[2],[7]. L'entreprise est associée à l'United Wa State Army[8]. On considère généralement qu'Asia World a eu recours au blanchiment d'argent pour financer son lancement et son expansion[9].

En 2012, six filiales d'Asia World, dont Ahlone Wharves, Asia Light, Asia World Company, Asia World Industries, Asia World Port Management et Leo Express Bus, étaient l'objet de sanctions du gouvernement britannique dans le cadre de l'interdiction des investissements en Birmanie[10]. Depuis 2008, Asia World et ses filiales, y compris celles de Singapour, ont aussi été l'objet de sanctions américaines[11].

Participations[modifier | modifier le code]

Les participations très variées d'Asia World comprennent notamment les suivantes[12] :

  • Asia Light Supermarket - Lanmadaw Township, Rangoun
  • Asia World Industries Limited, Hlaingthaya Industrial Park, Rangoun
  • Asia World Thilawa Deep Sea Port
  • Hledan Centre Condominium - Rangoun
  • Traders Hotel - Rangoun
  • Sedona Hotel - Yankin Township, Rangoun
  • Sedona Hotel - Mandalay
  • Myanmar Brewery Limited - Mingaladon Township, Rangoun

Construction[modifier | modifier le code]

Asia World a été un des deux principaux contractants (avec Htoo Group of Companies) pour la construction de la nouvelle capitale birmane Naypyidaw, notamment du National Landmark Garden[5],[13]. La compagnie, avec l'assistance technique de la société singapourienne CPG Consultants, était également responsable de la conception et de la construction de l'aéroport de Naypyidaw, ouvert le 19 décembre 2011[14].

La compagnie gère également des péages sur la Route de Birmanie depuis 1998, après l'établissement pour sa rénovation d'un partenariat public-privé avec le gouvernement[15],[16]. Ce projet de 33 millions de dollars connecte les régions productrices d'opium de l'État Shan avec la Chine[4].

En 2000, Asia World a construit une importante route entre la ville portuaire de Pathein et la station balnéaire de Ngwesaung[17].

En juin 2007, Asia World a annoncé qu'il allait construire un port en eau profonde dans l'île de Maday, près de Kyaukphyu, dans l'État d'Arakan[18].

Asia World a été responsable d'un important projet d'expansion de l'aéroport international de Rangoun, notamment de la construction d'un nouveau terminal international (ouvert en mai 2007)[19] et de l'extension des pistes existantes (terminée en juillet 2008)[20].

Asia World est une des 18 compagnies birmanes engagées dans le développement de la zone économique spéciale de Thilawa, près de Rangoun (20 000 hectares)[21].

Énergie[modifier | modifier le code]

Le groupe a aussi des intérêts dans l'énergie, notamment dans la construction récente de barrages sur le cours de la Salouen[5]. Il s'est aussi associé à China Power Investment Corporation pour construire des barrages contestés sur l'Irrawaddy, notamment celui de Myitsone dans l'État Kachin[22].

Autres activités[modifier | modifier le code]

À Rangoun, Asia World a des parts dans des supermarchés, des tours de bureaux, des immeubles d'habitation et des entreprises de travaux publics. En 2011, le groupe s'est associé avec le Comité de Développement de la Ville de Rangoun pour améliorer le Strand[23]. Il est aussi impliqué dans l'industrie textile, la production de bière (Tiger Beer), la pâte à papier, l'huile de palme et les infrastructures[8]. Depuis 2000, il gère aussi un port dans le quartier d'Ahlone[24].

En 1996, Lo Hsing Han a créé une coentreprise avec Robert Kuok de Shangri-La Hotels and Resort pour construire le Traders Hotel de Rangoun, dont Asia World possède 10% des parts[16],[25].

En juillet 2010, le gouvernement a accordé à Asia World le contrôle des services aux passagers de l'aéroport international de Rangoun, y compris la perception des taxes de départ[26],[27]

En décembre de la même année, Asia World a obtenu un contrat pour construire 13 jetées dans les ports de Thilawa et Rangoun[28].

En février 2011, Asia World a été accepté comme investisseur de la nouvelle zone économique spéciale de Tavoy (Dawei), développée par la compagnie thaïlandaise Italthai Industrial Group[29].

En août 2011, Asia World elle a été une des quatre entreprises à obtenir des licences gouvernementales pour importer et vendre des carburants dans le pays[30].

En septembre 2012, sa filiale Asia Mega Link a établi une coentreprise avec le département birman des Postes and Télécommunications pour vendre des cartes SIM[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tracking the Tycoons », The Irrawaddy,‎ septembre 2008 (lire en ligne)
  2. a et b Brian McCartan, « On the march to do business in Myanmar », Asia Times,‎ 26 août 2009 (lire en ligne)
  3. Bruno Meyerfeld, « La mort d'un des barons du Triangle d'or », Le Monde, jeudi 18 juillet 2013, p.2.
  4. a et b « Burmese Tycoons Part I », The Irrawaddy,‎ juin 2000 (lire en ligne)
  5. a, b et c (en) François Molle, Tira Foran, Mira Käkönen, Contested waterscapes in the Mekong Region: hydropower, livelihoods and governance, Earthscan,‎ 2009 (ISBN 978-1-84407-707-6), p. 126, 140
  6. (en) Chellis Glendinning, Chiva: a village takes on the global heroin trade, New Society Publishers,‎ 1 février 2005 (ISBN 978-0-86571-513-4), p. 174
  7. Leslie Kean, Dennis Bernstein, « The Burma-Singapore Axis: Globalizing the Heroin Trade », Covert Action Quarterly,‎ Spring 1998 (consulté le 5 mars 2012)
  8. a et b (en) Robert I. Rotberg, Burma: prospects for a democratic future, Brookings Institution Press,‎ 1998 (ISBN 978-0-8157-7581-2), p. 179,
  9. (en) Mathea Falco, Burma: time for change, Council on Foreign Relations,‎ 2003 (ISBN 978-0-87609-333-7), p. 29
  10. « CONSOLIDATED LIST OF FINANCIAL SANCTIONS TARGETS IN THE UK », HM Treasury,‎ 21 décembre 2011 (consulté le 5 mars 2012)
  11. Wai Moe, « More Junta Cronies Hit By US Sanctions », The Irrawaddy,‎ 26 février 2008 (lire en ligne)
  12. « Dropping the Hammer on Crony Steven Law », Modèle:WikiLeaks cable, US Embassy at Rangoon,‎ 28 décembre 2007 (consulté le 28 octobre 2012)
  13. Thein Linn, « Nay Pyi Taw hosts landmark garden », Myanmar Times,‎ 2 février 2009 (lire en ligne)
  14. Zaw Win Than, « Nay Pyi Taw International Airport opens », Myanmar Times,‎ 26 décembre 2011 (lire en ligne)
  15. (en) Kōichi Fujita, Fumiharu Mieno, Ikuko Okamoto, The Economic Transition in Myanmar After 1988: Market Economy Versus State Control, NUS Press,‎ 2009 (ISBN 978-9971-69-461-6), p. 114
  16. a et b (en) Amy Chua, World on fire: how exporting free market democracy breeds ethnic hatred and global instability, Random House,‎ 6 janvier 2004 (ISBN 978-0-385-72186-8), p. 26,
  17. Pan Eiswe Star, « Tourism boosts Ngwe Saung growth », Myanmar Times,‎ 1 juin 2009 (lire en ligne)
  18. « B’desh eyes deep-sea port near Myanmar », Myanmar Times,‎ 30 juillet 2007 (lire en ligne)
  19. Aye Sapay Phyu, « Government reveals plan to expand Yangon International Airport », Myanmar Times,‎ 20 juin 2011 (lire en ligne)
  20. Pan Eiswe Star, « Yangon airport completes runway extension », Myanmar Times,‎ 28 juillet 2008 (lire en ligne)
  21. « 500 foreign, local firms get land permits », Weekly Eleven,‎ 30 septembre 2012 (lire en ligne)
  22. « US embassy cables: how Rangoon office helped opponents of Myitsone dam », The Guardian,‎ 30 septembre 2011 (lire en ligne)
  23. Kyaw Hsu Mon, « Strand Rd to become main commercial artery: YCDC », Myanmar Times,‎ 21 mars 2011 (lire en ligne)
  24. « State-owned ports to be privatised as soon as possible », Myanmar Times,‎ 2009 (lire en ligne)
  25. Anthony Davis and Bruce Hawke, « Business is Blooming », Asiaweek, January 23, 1997 Vol.24 No.3 (consulté le 2009-01-11)
  26. Zaw Win Than, « Yangon airport departure tax to rise from July », Myanmar Times,‎ 4 avril 2011 (lire en ligne)
  27. Zaw Win Than, « Airport ups departure tax, again », Myanmar Times,‎ 11 juillet 2011 (lire en ligne)
  28. Nay Yee Lin Latt, « Asia World to Build New Jetties in Rangoon », The Irrawaddy,‎ 14 décembre 2010 (lire en ligne)
  29. Aye Thidar Kyaw, « Dawei development stirs debate », Myanmar Times,‎ 14 février 2011 (lire en ligne)
  30. Juliet Shwe Gaunh, « Privatised LPG not market rate: traders », Myanmar Times,‎ 10 octobre 2011 (lire en ligne)
  31. « No plan to cut SIM card prices, says govt », Weekly Eleven,‎ 25 septembre 2012 (lire en ligne)