Arcologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'arcologie est un terme de l'architecte Paolo Soleri qui en est le théoricien. Le mot fait se rencontrer l'architecture et l'écologie dans l'aménagement des villes modernes. Ce système cherche à atteindre une alliance harmonieuse de l'architecture et de l'écologie dans des cités où l'utilisation de la troisième dimension (verticale) atteint une efficacité maximale, notamment en maximisant la surface des terrasses et des jardins exposés au soleil en créant des toits végétalisés, par exemple.

Selon son auteur, le développement de ville en hauteur réduirait sa surface à 2 % de la surface des villes actuelles. L'arcologie serait une alternative aux phénomènes de surconsommation et de gaspillage en proposant un mode de vie plus efficace et intelligent.

Dans les œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

La notion d’arcologie a été reprise dans des œuvres de science-fiction, notamment dans la littérature cyberpunk. Il s'agit alors d'un bâtiment monolithique (par exemple une énorme tour) entièrement autonome, c'est-à-dire dans laquelle on a recréé une écologie interne avec agriculture et cycles de l'eau, de l'air… La littérature cyberpunk, cependant, met moins en avant la pensée écologique, écosystémique, que l’immensité et la domination de ce qui reste le symbole de la toute-puissance et de la congestion urbaine. L'idée se rapproche des conceptions de bâtiments bioclimatiques.

Le roman Les Monades urbaines de Robert Silverberg décrit ce que pourrait être la vie dans des arcologies, (tours de 3 km de hauteur) avec comme limite que ces monades ne sont pas entièrement autonomes. Les produits alimentaires leur sont fournis par les communes agricoles environnantes en échange de biens manufacturés.

Dans le roman Hypérion de Dan Simmons, on fait référence aux arcologies (extrait : "…Nous préférons aller, avec nos amis, dans les arcologies de loisirs et de villégiature ou dans les boîtes de nuit du Retz…"). De même, dans la nouvelle Monsieur K. et la Cité de Métal (auteur : Laurent Kloetzer), l'action se déroule dans une arcologie.

On peut aussi citer la nouvelle "Béni par un ange" de Peter F. Hamilton dont l'action se déroule en partie dans une ville dominée par une arcologie : "Le soleil se couche doucement derrière l'arcologie géante âgée de sept siècles qui domine le centre de Kuhmo, sa ville natale"[1] et en partie dans l'arcologie elle-même.

Dans le roman Rendez-vous à la Grande Porte de Frederik Pohl on fait référence au peuple du voilier, une espèce technologiquement évoluée qui habite dans des archologies, et qui se déplace dans l'espace, à bord de vaisseaux équipés de voiles solaires.

Dans Final Fantasy VII, la ville de Midgar qui est une grande ville fortifiée construite dans un bâtiment peut être assimilée à une sorte d'arcologie. Il est également possible de bâtir des arcologies dans les jeux vidéo SimCity 2000, SimCity (2013) et Civilization IV, avec le mod "Next War" de l'extension Beyond the sword. Dans Deus ex. : Invisible War, qui se déroule vers 2072, le joueur évolue à un moment donné dans une arcologie pyramidale située au Caire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recueil de nouvelles "Manhattan à l'envers", de Peter F. Hamilton


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]