Aptera (automobile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aptera 2
Aptera (automobile)

Marque Drapeau : États-Unis Aptera Motors
Années de production 2010
Classe Basse consommation
Usine(s) d’assemblage Carlsbad, Californie
Moteur et transmission
Moteur(s) (2e) Remy HVH250
(2h) EFI essence
Puissance maximale (2e) 82 kW
Couple maximal (2e) 314 Nm
Transmission Traction
Poids et performances
Poids à vide 680 à 820 kg
Vitesse maximale 137 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 9 s
Consommation mixte (2h) 0,78 à 1,8 L/100 km
Dimensions
Longueur 4 460 mm
Largeur 2 180 mm
Hauteur 1 380 mm
Empattement 2 740 mm
Volume du coffre 644 dm3


Trois roues, deux places, l'Aptera, qui en grec signifie « sans aile », est un véhicule électrique (2e) ou hybride (2h) très profilé, développé par le nord-américain Aptera Motors. La deuxième génération a vu le jour en 2010. Faute de financement, l'entreprise a cessé son activité depuis décembre 2011.

Développement[modifier | modifier le code]

Le projet démarre en 2006 quand la jeune entreprise Accelerated Composites annonce la fabrication d'un véhicule à faible consommation, via Aptera Motors, fruit de l'imagination de Steve Fambro et Chris Anthony. En mars 2007 le prototype Mk-0 est présenté à la conférence Technology Entertainment Design (TED). Animé d'un moteur à essence de 9 kW et profilé comme un avion, le véhicule affiche une consommation de 1 litre/100 km.

En août 2007 l'équipe annonce sa participation au Progressive Insurance Automotive X Prize, un concours qui récompense le meilleur projet fonctionnel d'un véhicule à faible consommation, électrique ou hybride, après épreuves diverses. Jason Hill, designer de la Smart Fortwo et de la Porsche Carrera GT, améliore le dessin du Mk-0 pour aboutir au Mk-1. Une production est annoncée pour le premier modèle commercial : en version électrique Typ-1e ou hybride Typ-1h tous les deux en propulsion[1]. Le véhicule affiche un coefficient de traînée de 0,11 seulement.

Mais très vite les réalités du marché demandent d'aller plus loin dans l'intégration d'un équipement standard, et l'équipe développe une nouvelle mouture, l'Aptera Typ-2. La seconde génération propose une transmission aux roues avant, des rétroviseurs latéraux à la place des caméras, un intérieur plus confortable et une caméra grand angle intégrée à l'arrière dans le toit, pour une vision arrière pleine. Ces arrangements donnent à l'Aptera 2 un C_x de 0,15 au lieu du 0,11 précédent.

Il peut rouler à 137 km/h et coûtait, si on le commandait à la maison-mère implantée à Carlsbad, en Californie, entre 27 000 et 30 000 $ en 2008. Mais la crise des subprimes touche le financement de l'entreprise et le développement des véhicules. Les commandes sont repoussées, et le projet ralentit. En 2010 le véhicule reçoit une transmission Borg-Warner 31-03 eGearDrive, un pack de batteries lithium-ion-phosphate de A123Systems et un moteur électrique Remy de 82 kW, pour une autonomie de 190 km à vitesse stabilisée sur autoroute. 2 500 personnes déposent un acompte pour livraison. Mais en dépit de nombreux sponsors le financement reste insuffisant, Aptera Motors est obligée de se mettre sous la chapitre 11 de la loi des faillites nord-américaine[2]. Le Department of Energy (DOE) considérant le tricycle comme faisant partie de la catégorie des motocyclettes, le développement du véhicule ne put recevoir les subventions fédérales prévues pour les véhicules à faible consommation[3].

Qualités techniques[modifier | modifier le code]

Le véhicule Aptera 2 propose une aérodynamique soignée lui autorisant un C_x de 0,15 en configuration commerciale. Haut sur patte, la masse des batteries installées dans son plancher lui assure tout de même un centre de gravité bien placé qui évite le risque de tonneaux.

La déformation de la structure en composite a été étudiée sur le logiciel ABAQUS, elle répond théoriquement aux exigences de sécurité contemporaines. Sa coque en composite sandwich forme une cage de protection pour les passagers. La zone frontale de déformation et d'absorption de choc s'étend sur 114 cm, ce qui est supérieur aux normes. De plus la zone de contact est plus haute que celle des pare-chocs classiques, de sorte qu'en cas de collision une bonne partie de l'énergie cinétique glisserait sous le véhicule.

Son caractère écologique se manifeste par l'utilisation de matériaux recyclables, évitant autant que possible l'usage des métaux lourds et des matières plastiques à faible qualité environnementale. Sièges et garnitures sont réalisés en matières plastiques ecospun, recyclées à partir des bouteilles en polytéréphtalate d'éthylène (PET). Pour économiser de l'énergie, l'Aptera peut recevoir des cellules photovoltaïques sur le toit, chargées d'alimenter l'air climatisé. L'éclairage intérieur ainsi que les feux stops arrières et les clignotants utilisent des diodes électroluminescentes.

Autonomie[modifier | modifier le code]

La version électrique, Aptera Typ-2e, alimentée par un pack de batteries lithium-ion-phosphate de 20 kWh atteindrait 190 km à pleine charge, c'est-à-dire deux passagers et des bagages. La consommation électrique à vitesse stabilisée affiche 0,6 kWh/km.

La version hybride utilise un moteur à essence à pot catalytique, couplé à un moteur électrique de 12 kW. Avec un réservoir de 5 litres, le véhicule est capable d'atteindre entre 970 et 1 370 km ; ou 80 km avec le seul moteur électrique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vaillant, « Aptera Typ-1 : un ovni vert américain ! – Acte 2 », sur caradisiac.com, Caradisiac,‎ 11 octobre 2011.
  2. Emmanuel Genty, « Dépôt de bilan pour Aptera », sur cartech.fr,‎ 5 décembre 2011.
  3. Amelie, « L’Aptera 2 n’est pas une voiture selon le gouvernement américain », sur voitureelectrique.net,‎ 15 septembre 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :