Application de la peine de mort dans le New Hampshire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Peine de mort aux États-Unis.
Map of USA NH.svg

Le New Hampshire a officiellement rétabli la peine de mort en 1971 ; il n'a depuis prononcé aucune condamnation à mort jusqu'en 2008[1]. Toutefois deux personnes durant la fin de l'année 2008 ont été poursuivies et ont vu requérir la peine de mort à leur encontre. Il s'agit de Michael Addison pour le meurtre d'un policier à Manchester et de John Brooks, un millionnaire reconnu comme instigateur du meurtre d'un de ses employés lors d'un enlèvement, croyant que celui-ci l'avait volé. Les deux affaires ont attiré l'attention des médias et suite à un sondage il a été constaté que 57 % des habitants de l'État jugeaient la peine de mort pour les assassins de policiers comme « un maximum acceptable ». Jusqu'alors le New Hampshire était considéré comme un État politiquement opposé à la peine de mort ; les deux chambres législatives ont même voté à plusieurs reprises des lois d'abolition mais toutes ont reçu un veto par les gouverneurs successifs[2].

L'avocat de Brooks (blanc) a affirmé que la réquisition formulée contre son client était politiquement motivée par la volonté de contrebalancer avec celle de Addison (noir). Brooks a finalement été condamné à la perpétuité réelle ; Addison s'est vu infliger la première condamnation à mort depuis 1959 dans cet État. Le jury a pris cette décision après treize heures de délibération, décision qui a réjoui la famille du défunt et l'avocat général de l'État[3].

La loi actuelle prévoit toujours le recours à la pendaison, seulement si l’injection létale « ne peut pas être effectuée ». Le New Hampshire n’a pas de salle d’exécution. Howard Long fut le dernier condamné à mort à avoir été pendu dans cet État en 1939.

En 2009, la chambre a de nouveau voté pour abolir la peine de mort, mais le gouverneur John Lynch a promis de mettre son veto si cette loi était votée au Sénat[4]. À la place, il a été décidé d'instaurer une commission pour étudier le sujet.

Crimes capitaux[modifier | modifier le code]

Lorsque la peine de mort fut rétablie en 1971, la définition du meurtre capital était plus restreinte qu’actuellement. Elle a été élargie à plusieurs reprises:

  • Meurtre d'un juge, d'un procureur, d'un sheriff, d'un policier, d'un agent pénitentiaire ou responsable de réinsertion des libérés sur parole ;
  • Meurtre commis au cours d'un enlèvement ou d'une tentative d'enlèvement ;
  • Meurtre en échange d'une rémunération, rémunération accordée à l'assassin ;
  • Meurtre par un condamné à perpétuité réelle ;
  • Meurtre au cours d'un viol ou d'une tentative de viol ;
  • Meurtre dans le cadre d’un trafic de stupéfiant.
  • Meurtre au cours d'une effraction

Le code pénal du New Hampshire fait du meurtre d'un candidat ou d'un élu important une incrimination spécifique, mais « seulement » passible de la perpétuité réelle[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chronologie de la peine de mort dans le New Hampshire
  2. (en) Les habitants du New Hampshire sont pour la peine de mort pour les assassins de policiers
  3. (en) « Addison heads for death row in NH »
  4. (en) « NH House votes to kill death penalty »
  5. (en) Meurtre au premier degré

Source[modifier | modifier le code]

(en) Procédure pénale dans les affaires de peine capitale dans le NH