Apollon de Véies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tête de l'Apollon de Véies

L'Apollon de Véies est une statue acrotère étrusque en terre cuite datant du VIe siècle av. J.-C., probablement œuvre de l'artiste étrusque Vulca et aujourd'hui conservée au Musée national étrusque de la villa Giulia à Rome (no 40702).

Contexte[modifier | modifier le code]

Elle fut découverte en 1916 par Giulio Quirino Giglioli (1886-1957) sur le site étrusque du sanctuaire de Portonaccio. Haut d'environ 1,80 m, il faisait partie des sculptures en terre cuite en dimensions naturelles, tous modelés entre 510 et 490 av. J.-C., qui ornaient le toit du temple dédié à Menrva situé à 12 m de hauteur.

L'Apollon fut retrouvé dans la partie inférieure d'une statue d'« Hercule et le cerf » dont le torse fut trouvé en 1944 et un fragment de la tête en 1949; un fragment de la tête d'une statue d'Hermès. Les trois sculptures formaient un groupe représentant le concours entre Apollon et Hercule pour la possession de la biche aux cornes d'or, dédiée à Artémis. Une autre statue qui appartenait également à la décoration du sanctuaire, mais il s'agit peut-être d'une autre main[1], il s'agit d'une représentation de Léto avec dans ses bras un Apollon enfant, en train de tirer des flèches contre le serpent Python.[pas clair]

Technique[modifier | modifier le code]

La sculpture fut réalisée en modelant séparément le corps et la tête, les bras et les jambes, mais elle fut cuite entière. Les surfaces étaient peintes: en noir les cheveux, en rouge - violacé la peau et en deux différentes nuances d'ocre le vêtement et le manteau.

Style[modifier | modifier le code]

Le style accentue le mouvement et les volumes caractéristiques sont clairement définies, avec notamment la pression des plis des vêtements sur le corps. L'artiste a pris en compte lu point de vue de l'angle, en corrigeant les illustrations avec les déformations optiques nécessaires. L'influence de la sculpture grecque de l'époque apparaît dans cette œuvre, comme dans d'autres œuvres de l'art étrusque de cette période.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ranuccio Bianchi Bandinelli et Antonio Giuliano, Etruschi e Italici prima del dominio di Roma, p. 163.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (it) Laura Cotta Ramosino, Plinio il Vecchio e la tradizione storica di Roma nella Naturalis historia, Alessandria, Edizioni dell'Orso,‎ 2004 (ISBN 8876946950) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Nigel Spivey, Etruscan Art, Londres, Thames and Hudson Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]