Anh Đào Traxel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Traxel et Duong.

Anh Đào Traxel

Naissance 22 août 1957 (56 ans)
Sud de Saïgon
Nationalité Française et vietnamienne
Profession Chargée de mission au ministère du Tourisme
Autres activités
Distinctions

Anh Đào Traxel, née Dương Anh Đào (Dương étant son nom de famille et Anh Đào ses prénoms) le 22 août 1957 au sud de Saïgon au Viêt Nam, est la « fille de cœur » (non adoptée) recueillie par Jacques et Bernadette Chirac à l'âge de 21 ans. Elle est présidente de l'association L'Étoile européenne du dévouement civil et militaire[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait partie d'un groupe de « boat-people » vietnamiens lorsqu'elle rencontre le couple Chirac à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en 1979. Jacques Chirac décide de recueillir l'un d'eux dans son propre foyer familial. Elle a alors 21 ans. Elle passe deux ans dans la maison des Chirac avec leurs deux filles, Laurence et Claude Chirac.

Elle épouse en secondes noces Emmanuel Traxel, un lieutenant de police, officier des Compagnies républicaines de sécurité chargé de la protection des hautes personnalités[2].

Fonctionnaire au ministère du Tourisme[2], elle est également présidente de l'association l'Étoile européenne du dévouement civil et militaire, une association caritative qui a pour but d'aider les familles de fonctionnaires et militaires dont les hommes ou les femmes sont tombés en « service commandé » mais aussi d'aider ceux dont la peine et la souffrance font partie du quotidien, soutien aux orphelins, aux enfants gravement malades ou handicapés et honorer les personnes physiques ou morales qui font preuve d'exemplarité dans leur vie quotidienne et professionnelle et qui viennent en aide à leurs semblables.

En 2006, elle publie son autobiographie[2].

Anh Đào Traxel est faite chevalier de la Légion d’honneur en 2009[3], commandeur de l’Étoile de Mohéli (Comores) et chevalier de l'Étoile de la Grande Comore (dite Saïd Ali). La même année, après que des rumeurs diffamatoires aient été insérées sur la page Wikipédia la concernant, elle appelle à la mise en place d’une « autorité de régulation spécifique à l'usage d'Internet »[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Étoile européenne du dévouement civil et militaire » (consulté le 1er octobre 2009).
  2. a, b et c Donatien Huet, « Anh Đào Traxel, fille de coeur, femme de combats », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France,‎ juillet 2008 (consulté le 1er octobre 2009).
  3. « Légion d'honneur pour notre Présidente », sur www.eedcm.com,‎ janvier 2009 (consulté le 1er octobre 2009).
  4. Guillaume Champeau, « Calomniée sur Wikipedia, la fille adoptive de Jacques Chirac veut réguler le Net », sur www.numerama.com, Press TIC,‎ septembre 2009 (consulté le 1er octobre 2009).