Alfredo M. Bonanno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alfredo Maria Bonanno (né en 1937 à Catane, en Sicile) est un anarchiste italien qui a rencontré, jusqu'à aujourd'hui, depuis plus de trente ans, un grand écho de ses thèses sur l'anarchisme insurrectionnaliste, dont il est considéré comme l'un des théoriciens majeurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfredo Maria Bonanno est l'auteur de pamphlets tels que "La Joie Armée" (pour lequel il fut emprisonné 18 mois par le gouvernement italien), La Tension anarchiste ou Le Projet insurrectionnel. Il est également éditeur reconnu des Edizioni Anarchismo, pour lesquelles il réalise des travaux de traduction d'auteurs anarchistes. Si ses travaux sont très peu traduits en français en raison de la faiblesse du mouvement anarchiste insurrectionnaliste en France, ils sont par contre traduits et connus des mouvements anarchistes insurrectionnalistes anglais, américain, croates, hispanophones, etc.

Bonanno fut parmi les centaines d'anarchistes italiens arrêtés la nuit du , lorsque les forces de sécurité italiennes raflèrent les habitations collectives et particulières d'une très grande partie du mouvement anarchiste insurrectionnaliste à travers l'Italie. Ces arrestations massives faisaient suite à l'attentat du Palazzo Marino à Milan du . Le Bonanno sera condamné à six années de prisons ferme et à 3 000 € d'amende pour des braquages. Ces charges sont relatives au "Procès ROS-Marini" durant lequel les anarchistes furent accusés d'appartenir à un groupe de lutte armée nommé "ORAI." (Organisation Révolutionnaire Anarchiste Insurrectionnaliste) dont Bonanno aurait été, selon la justice, le leader. Les anarchistes ne cessèrent de dénoncer ce qu'ils voyaient là comme une manipulation étatique pour venir à bout d'eux. L'"ORAI" n'ayant, selon eux, jamais existé.

Le vendredi 2 octobre 2009, Bonanno est arrêté[1] par la police antiterroriste à Trikala (en Thessalie) en compagnie de l'anarchiste grec Christos Stratigopoulos[2], elle l'accuse d'un braquage de banque à main armée dont le butin est estimé par la police à 47 000 euros. Il est condamné le 23 octobre 2010 à quatre ans de prison] avant d'être libéré en 2010 en raison de son âge. Lors des attentats au colis piégé du 23 décembre 2010 revendiqués par la Fédération Anarchistes Informelle, l'inspiration de Bonanno sur les milieux libertaires italo-grecs a été évoquée par plusieurs spécialistes[3].


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bonanno est un auteur très actif, cependant très peu de ses essais ont été traduits en français, les voici :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.non-fides.fr/spip.php?article507
  2. http://www.non-fides.fr/spip.php?article512
  3. Bombes en Grèce et en Italie