Albert von Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Mensdorff-Pouilly.
Albert, comte de Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein

Albert (Viktor Julius Joseph Michael), comte de Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein (né le à Lemberg - mort le à Vienne) fut un diplomate austro-hongrois qui joua un rôle diplomatique important avant et pendant la Première Guerre mondiale.

Il fut le deuxième fils du comte Alexandre de Mensdorff-Pouilly, un diplomate et homme politique austro-hongrois, et sa femme Alexandrine (née comtesse de Dietrichstein-Proskau et Leslie). Cette famille noble de Lorraine, qui avait émigré sous la Révolution en 1790, augmenta son patronyme de Mensdorff et fut élevée en 1818 à la dignité de comtes de l'Empire d'Autriche.

Le comte de Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein fut admis au service diplomatique en 1884 et il fut nommé attaché à l'ambassade à Paris en 1886, puis transféré à celle à Londres en 1889. Le 6 mai 1904, il présenta ses lettres à S.M. le Roi Édouard VII comme ambassadeur de la double-monarchie et y resta jusqu'à la déclaration de guerre le 13 aout 1914.

Grâce à ses connexions familiales à la cour britannique (son grand-père le comte Emmanuel de Mensdorff-Pouilly fut marié avec la tante de la reine Victoria), son amitié avec Édouard VII et son successeur Georges V et sa popularité dans les cercles aristocratiques à Londres, il joua un rôle important et sut contribuer à l'établissement des relations diplomatiques amicales entre l'Autriche-Hongrie et le Royaume-Uni avant la guerre.

Lors des négociations pendant la crise de juillet, il soutint toute tentative à éviter le conflit et envoya des télégrammes à Vienne qui avertissent le désastre le plus grand dans l'histoire du monde.

Lors de la Première Guerre mondiale, le comte Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein se fit confier certaines missions diplomatiques, dont la rencontre avec le général Smuts à Genève, Suisse en décembre 1917 qui fut un échec tout comme les négociations avec la Triple-Entente les derniers jours de la monarchie des Habsbourg. Jugé trop anglophile, il fut rejeté par Berlin comme successeur au comte Czernin comme ministre des Affaires étrangères en 1918.

Même si le comte de Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein se retire du service actif en 1919, il représenta la République d'Autriche à l'occasion de son inclusion dans la Société des Nations fin 1920. Il négocia les Protocoles de Genève en 1922 concernant un prêt pour la reconstruction économique et financière de l'Autriche.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]