Aelius Herodianus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hérodien.

Aelius Hérodianus (en grec ancien Αἴλιος Ἡρωδιανός), ou Hérodien (à ne pas confondre avec son homonyme Hérodien l'historien) est un grammairien grec du IIe siècle qui vécut à Rome. Il est le fils d'Apollonios Dyscole, lui-même grammairien.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Hérodien est l'auteur de très nombreux traités portant sur la grammaire et l'accentuation. Plus de cinquante, dont une partie d'attribution douteuse, nous sont parvenus, incomplets ou à l'état de fragments[1].

L'œuvre majeure d'Hérodien est le traité de Prosodie générale (Peri katholikès prosodias, titre latin De prosodia catholica), qui constitue l'une de nos principales sources d'information sur la prosodie, c'est-à-dire les règles de l'accentuation du grec ancien telle qu'elles ont été élaborées par les philologues de l'Antiquité. Dans son état initial, l'ouvrage fournissait les règles d'accentuation pour un très grand nombre de mots, peut-être 60 000, avec des explications grammaticales. Le texte du traité qui nous est parvenu est très fragmentaire par rapport à son état initial, et toute une partie n'est connue que par des épitomé (c'est-à-dire des résumés anciens), mais cela représente malgré tout une grande quantité de texte[2].

Deux autres ouvrages importants sont le Peri Iliakès prosodias (Prosodie de l’Iliade) et le Peri Odusseiakès prosodias (Prosodie de l’Odyssée), consacrés à l'accentuation du texte d'Homère. Ils nous sont parvenus en majeure partie de manière indirecte, par l'intermédiaire des scholies au texte des poèmes homériques (en particulier le groupe de scholies appelé les « scholies A ») : les scholiastes et les commentateurs d'Homère ont manifestement beaucoup utilisé les traités d'Hérodien[3].

Les traités d'Hérodien se concentrent sur l'accentuation de la langue des épopées d'Homère, c'est-à-dire une langue purement littéraire et très ancienne, et sur le grec de l'époque classique, c'est-à-dire un état de la langue qui n'existait plus depuis longtemps à l'époque d'Hérodien (où l'on parle la koinè, mais où le grec classique reste la référence des milieux lettrés)[2].

Le Peri monèrous lexeôs (Sur le style particulier) est le seul traité d'Hérodien qui nous soit parvenu entier ; il est consacré aux mots anormaux[2].

Parmi les autres traités dont subsistent des fragments importants figurent le Peri pathôn (Sur les modifications des mots), le Peri orthographias (Sur l'orthographe) et le Peri kliseôs onomatôn (Sur la déclinaison des noms).

Traités d'attribution fausse ou incertaine (pseudo-Hérodien)[modifier | modifier le code]

De nombreux autres traités sont attribués à Hérodien mais il n'est pas sûr qu'il en soit réellement l'auteur, notamment[4] :

  • Le Philetæros, un glossaire atticiste probablement composé quelque part entre le IIe siècle et le IVe siècle[4]).
  • Peri schèmatôn (Sur les figures de style) composé de deux traités qui ne sont pas d'Hérodien[4].
  • Sur le solécisme et le barbarisme (Peri soloikismou kai barbarismou).
  • Peri akurologias (Sur l'impropriété de langage).
  • Skhèmatismoi Homerikoi (Figures de style d'Homère).
  • Peri paragôgôn genikôn apo dialektôn (traité sur les terminaisons des mots selon leur genre, d'après les dialectes).
  • Peri tôn zètoumenôn kata pasès kliseôs onomatos (traité sur des questions de déclinaison générale du nom).
  • Peri authupotaktôn kai anupotaktôn (traité sur les formes d'aoriste).
  • Peri tès lexeôs tôn stikhôn (sur le style des vers).
  • Parekbolai tou megalou rhèmatos (commentaires sur le grand discours).

Tradition manuscrite et éditions[modifier | modifier le code]

Les traités d'Hérodien nous sont parvenus sous forme de fragments (certains sur papyrus remontant au Ve siècle) et d'épitomé (des résumés anciens), ainsi que de manière indirecte sous forme de citations ou de références dans des scholies et des commentaires à d'autres textes[5].

Plusieurs éditions partielles sont réalisées au cours du XIXe siècle, comme celle de Karl Lehrs qui édite plusieurs traités dont le Peri Iliakès prosodias. En 1867-1870, August Lentz réalise la première édition scientifique complète des traités d'Hérodien ; mais cette édition a tendance à proposer directement des reconstitutions plutôt que d'exposer objectivement les problèmes d'établissement du texte[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thesaurus Linguae Graecae sur CD-Rom.
  2. a, b et c Eleanor Dickey (2007), p.75.
  3. Eleanor Dickey (2007), p.19 et p.75.
  4. a, b et c Eleanor Dickey (2007), p.77
  5. Eleanor Dickey (2007), p.75-77.
  6. Eleanor Dickey (2007), p.76.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions et traductions[modifier | modifier le code]

Éditions complètes[modifier | modifier le code]
  • August Lentz, Herodiani Technici Reliquiae, Leipzig, 1867-1870. Incorporé par la suite dans Grammatici Graeci.
  • Grammatici Graeci, Leipzig, 1867-1910. Réimprimé chez Hildesheim, 1965. L'édition complète d'Hérodien par Lentz a été incorporée dans les volumes 3,1 et 3,2.
Éditions partielles[modifier | modifier le code]
  • Karl Lehrs, Herodiani scripta tria emendatoria, Königsberg, 1848. Contient les éditions du Peri Iliakès prosodias, du Peri monèmous lexeôs et du Peri dichronôn.
  • A. Dain, Le Philetæros attribué à Hérodien, Paris, 1954.

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • M. C. Howatson (dir.), Dictionnaire de l'Antiquité, Paris, Robert Laffont, 1993 (première édition : Oxford University Press 1989).
  • Marianne McDonald (fond.), Thesaurus Linguae Graecae, University of California, Irvine, depuis 1971 (sur CD-Rom)

Études savantes[modifier | modifier le code]

  • Eleanor Dickey, Ancient Greek Scholarship, American Philological Association, New York, Oxford University Press, 2007.