Admission Post-Bac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir APB.
Logo de Admission Post-Bac
Logo de APB

URL admission-postbac.fr
Description Dispositif en ligne d'orientation des bacheliers vers les différentes formations proposées au niveau supérieur
Type de site Administration française
Langue(s) Français
Créé par Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Lancement 2009
État actuel En service

Admission Post-Bac (APB) est le service et le site web mis en place en France par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche pour réguler la demande de places en première année dans l'enseignement supérieur. Les candidats y entrent leurs vœux par ordre de préférence ; les formations y entrent le nombre de places qu'elles offrent et les conditions qui s'y attachent ; la distribution des places se fait de manière automatique, à date fixe, en recherchant l'adéquation entre le meilleur vœu des candidats et le niveau demandé par les formations sélectives (ou le tirage au sort pour les formations non sélectives).

Le nombre de vœux est limité. Seules 36 candidatures peuvent être déposées, dont 12 au maximum par type de formation : 12 pour les classes préparatoires (dont 6 au plus par voie de CPGÉ) ; 12 pour les DUT ; 12 pour les BTS et les diplômes des métiers d'art ; 12 pour la première année universitaire, la L1 santé, les DEUST et les DU ; 12 pour les écoles d'ingénieurs ; 12 pour les autres formations (diplôme de comptabilité et de gestion, mise à niveau hôtellerie, MANAA, classes préparant aux concours sociaux et paramédicaux – 3 au maximum pour la MANAA). Un guide d'une trentaine de pages est distribué à chaque élève de terminale, contenant les informations nécessaires à l'inscription.

Données factuelles[modifier | modifier le code]

Lancé dans quelques académies en 2008, le portail est étendu en 2009 à toute la France, remplaçant le système RAVEL d'Île-de-France en particulier. Toutes les formations ne sont pas encore concernées. Sont exclues : les écoles paramédicales et sociales[1], les écoles de commerce et d'ingénieurs, les classes préparatoires privées hors contrat, les écoles d'art, les instituts d'études politiques et l'Université Paris-Dauphine notamment.

Évolution du nombre de candidatures
Année Nombre de connexions Nombre de candidats Nombre moyen de vœux Nombre de formations référencées
2009[2] 11 000 000 680 734 4
2010[3],[4] 14 000 000 740 841 5,6 9 079
2011[5] 3 611 565 629 007 5 9 112[4]
2012[6] 4 200 000 717 543 5,9 10 400
2013
2014

Pour la session 2010, 741 000 jeunes se sont inscrits sur le site, dont 536 000 lycéens de terminale[3].

Répartition des candidatures entre les différentes filières de formation
Année CPGÉ Écoles d'ingé. + archi. BTS, BTSA, TS IUT Licences Autres
2009
2010[7] 11 % 3 % 36 % 19 % 28 % 3 %
2011[5] 11 %
59 336
3 %
28 747
38 %
256 751
17 %
110 043
27 %
188 205
4 %
36 421
2012[6] 59 374 35 045 277 404 106 408 201 440 37 872
2013
2014

Critiques[modifier | modifier le code]

Fin 2012, un rapport d'évaluation de huit inspecteurs généraux de l'Éducation nationale s'est penché sur la procédure admission post-bac. Il constate la rationalisation et la lisibilité qu'elle a apporté, mais aussi les défaillances et les effets pervers de celle-ci. La défaillance de l'accompagnement de certains établissements publics et le manque d'information aux parents entretiennent l'« obscurité» autour de la procédure, alors que la logique d'APB peut être anxiogène pour l'élève puisqu'il confie son destin à un algorithme. Les auteurs constatent également que le système de choix unique à l'issue de la sélection est mal interprété par les élèves. Le rapport dénonce l'effet pervers de la grande offre du site APB qui concentre les demandes sur une poignée d'établissements au prestige national, délaissant les établissements de proximité. Le constat de cette absurdité se fait notamment sur les classes préparatoires des lycées parisiens, la filière Droit et les IUT. Le guide remis aux élèves de terminale concernant l'inscription est émaillé de nombreuses publicités pour des formations privées, qui ne dépendent pas de la procédure APB[8],[9].

Structure du site APB[modifier | modifier le code]

Du côté des candidats, le traitement de l'inscription suit quatre étapes :

  • Espace inscription (identité, état-civil, coordonnées, adresse électronique, code confidentiel, représentants, critères sociaux)
  • Espace scolarité (établissement et classe, scolarité actuelle, scolarité antérieure, baccalauréat, bulletins scolaires)
  • Espace vœux (vœux, ordre des vœux, validations et impressions, suivi des dossiers)
  • Espace Admission (proposition, vœux, message établissement, coordonnées)

Sont collectées les informations personnelles, les notes de première et de terminale (souvent transmises par l'établissement), les vœux de formation, et l'ordre des vœux. En acceptant d'utiliser APB, les établissements s'engagent à ne pas demander aux candidats l'ordre de leurs vœux.

APB permet l'acheminement des dossiers électroniques aux formations universitaires qui le demandent, le suivi des dossiers sur papier auprès des établissements à filière sélective (comme les CPGÉ), ainsi que l'attribution des places dans les formations (entre juin et octobre). Les candidats peuvent également solliciter auprès des universités un avis indicatif au moyen du dispositif d'« orientation active ».

Du côté des formations, le traitement des informations est lié à un paramétrage des :

  • Informations (Description de la formation)
  • Conditions d'inscription
  • Recrutement (sélection, nombre de places, aménagements proposés pour les sportifs de haut niveau ou les artistes de haut niveau, entretiens ou épreuves, bulletins scolaires)
  • Dossier (dématérialisation, adresse de retour, informations imprimées sur la fiche de vœu)
  • Pièces (liste des pièces)
  • Orientation active (type d'orientation active, prise de rendez-vous, évaluation)
  • Candidatures (liste des candidatures)
  • Admissions (liste des candidats retenus)
  • Inscriptions

Faux sites[modifier | modifier le code]

Des sites au nom de domaine proche de celui d'Admission Post-Bac jouent de la confusion pour attirer les étudiants et parents. Certains proposent des informations payantes par téléphone ou par courriel, ou de faux forums qui renvoient vers numéros taxés. Ce sont des portails privés et commerciaux gérés par des services d'orientation privé, tel que l'Odiep. Le site d'information www.admissionpostbac.org, ne doit pas être confondu avec l'original puisqu'il émane de la Fédération Nationale de l’enseignement privé hors contrat qui rassemble 2100 établissement d'enseignement supérieur, qui s'était vu refuser par le ministère l'accueil de ses formations sur APB[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Portail santé solidarités
  2. « Rentrée 2009 : l'Université avance », 17 décembre 2009, enseignementsup-recherche.gouv.fr, consulté le 10 novembre 2011
  3. a et b Sophie de Tarlé, « Patrick Hetzel : « APB est devenu incontournable. En ne figurant pas sur le site, les écoles se privent de pouvoir donner directement l’information aux lycéens » », 3 novembre 2010, educpros.fr, consulté le 10 novembre 2011
  4. a et b « Admission Post-Bac An 2 : évolutions de la session 2011 », 6 janvier 2011, enseignementsup-recherche.gouv.fr, consulté le 10 novembre 2011
  5. a et b « Près de 560 000 pré-inscrits sur le site Admission Post-Bac », 18 mars 2011, enseignementsup-recherche.gouv.fr, consulté le 10 novembre 2011
  6. a et b « Admission Post-Bac, une application incontournable », 24 avril 2012, enseignementsup-recherche.gouv.fr, consulté le 12 mai 2012
  7. « Admission Post-Bac : plus de 688 000 élèves réinscrits », 24 mars 2010, enseignementsup-recherche.gouv.fr, consulté le 10 novembre 2011
  8. (en) Alain Henriet et Gilbert Pietryk, « Analyse de l'orientation et des poursuites d'études des lycéens à partir de la procédure admission post-bac » [PDF], education.gouv.fr,‎ octobre 2012 (consulté le 2 mars 2013)
  9. Isabelle Rey-Lefebvre, « Plongée dans "Admission post-bac" », Le Monde, no 21185,‎ jeudi 28 février 2013, p. 2-3 (lire en ligne)
  10. Isabelle Rey-Lefebvre, « Admission post-bac : alerte aux faux sites », Le Monde, no 21185,‎ jeudi 28 février 2013, p. 3 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://www.admission-postbac.fr le site Admission Post Bac