Abu Dhabi Investment Authority

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Abu Dhabi Investment Authority (ADIA) est le plus important fonds souverain au monde en termes d'actifs sous gestion.

Créé par Zayed ben Sultan Al Nahyane, le 24 février 1977, l'ADIA est basée à Abou Dabi, le plus important des sept émirats de la Fédération des Émirats arabes unis. Il est chargé d'investir les revenus pétroliers de l'émirats d'Abou Dabi à travers le monde pour les faire fructifier. ADIA est entièrement détenu et gouverné par le gouvernement d'Abu Dhabi et présidé par le sheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane.

Bien que le montant exact de ses actifs n'ait jamais été publié par ADIA, le fond gèrerait plus de 875 milliards de dollars US d'actifs[1].

Le 26 novembre 2007 il achète, pour 7,5 milliards de dollars, 4,9 % de Citigroup, la première banque américaine et en devient le premier actionnaire devant la Kingdom Holding Company du prince Al-Walid ben Talal ben Abd al-Aziz Al Saoud qui en détient 4,3 %.

Gestion des actifs[modifier | modifier le code]

Objectif d'investissement[modifier | modifier le code]

Les décisions du fonds souverain se basent uniquement sur la recherche d'une rentabilité financière à long terme. Une fois investi, il reste passif et n'intervient pas au sein de la direction des entreprises dont il a acquis une partie du capital.

Composition du portefeuille[modifier | modifier le code]

Répartition du portefeuille par classe d'actifs Minimum Maximum
Actions pays développés 35 % 45 %
Actions pays émergents 10 % 20 %
PME 1 % 5 %
Obligations d'État 10 % 20 %
Crédit 5 % 10 %
Alternatif 5 % 10 %
Immobilier 5 % 10 %
Capital investissement 2 % 8 %
Infrastructures 1 % 5 %
Liquide 0 % 10 %
Répartition du portefeuille par région Minimum Maximum
Amérique du Nord 35 % 50 %
Europe 25 % 35 %
Asie développée 10 % 20 %
Marchés émergents 15 % 25 %

Investissements notables[modifier | modifier le code]

ADIA est entré au capital de la banque américaine Citigroup en novembre 2007, au début de la crise des subprimes, avant de souhaiter s'en désengager fin 2009[2]. ADIA est également investi dans des fonds de capital investissement comme Ares Management, Apollo Management ou encore le groupe Carlyle[3].

Gouvernance et opacité[modifier | modifier le code]

Dans une lettre datée de mars 2008 et adressée à plusieurs États, le gouvernement d'Abou Dabi a affirmé plusieurs points suivants[4]:

  • l'objectif des fonds est la maximisation à long terme du rendement
  • le gouvernement d'Abou Dabi s'est engagé à ne jamais utiliser ses fonds comme des outils de pression politique
  • les transactions des fonds se font dans le respect des normes internationales et des règles des pays où se situent les entreprises cibles
  • les fonds sont des investisseurs passifs

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. in L'Express du 26/07/2007, « Alerte sur les fonds d'État ».
  2. Citigroup fait face à une plainte d'Abu Dhabi Investment Authority, l'Agefi
  3. Les fonds souverains : un nouveau mode de régulation du capitalisme financier ?, revue de la régulation, 1er semestre 2009
  4. Alain Demarolle, Rapport sur les fonds souverains, ministère de l’Économie, des Finances et de l’Emploi, 2008