Abbaye de Scheyern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Scheyern
Image illustrative de l'article Abbaye de Scheyern
L'abbaye, à gauche le clocher de la basilique
Présentation
Nom local Kloster Scheyern
Culte Catholicisme
Type Abbaye et basilique mineure
Rattachement Congrégation bénédictine de Bavière
Début de la construction 1119
Style dominant Néoroman
Site web www.kloster-scheyern.de/
Géographie
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Région Drapeau de Bavière Bavière
Commune Scheyern
Coordonnées 48° 30′ 05″ N 11° 27′ 10″ E / 48.5014, 11.452848° 30′ 05″ Nord 11° 27′ 10″ Est / 48.5014, 11.4528  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Abbaye de Scheyern

L'abbaye de Scheyern est une abbaye bénédictine du diocèse de Munich et de Freising, faisant partie de la congrégation bénédictine de Bavière.

L'abbaye s'occupe d'enseignement et de soutien spirituel, et diversifie ses activités : reliure, couture, blanchisserie, brasserie, jardinerie, charcuterie et travaux d'électricité. L'église abbatiale (et paroissiale) a été érigée en basilique mineure en 1980.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première fondation[modifier | modifier le code]

Othon Ier

L'abbaye a été fondée en 1119, d'abord comme prieuré d'un premier groupe de moines établis par Haziga d'Aragon, comtesse de Scheyern[1], en 1077 à Bayrischzell. Ces moines fondateurs étaient issus et dépendaient de l'abbaye de Hirsau, célèbre pour avoir pris la défense du Pape dans la querelle des investitures. Les moines s'établissent dans le château fort[2] de la comtesse de Scheyern qui déménage alors dans le château fort de Wittelsbach, à l'origine du nouveau nom de la famille. Les Wittelsbach protégèrent particulièrement cette abbaye qui devint jusqu'en 1253 leur nécropole familiale. Le premier duc de Bavière Othon Ier de Bavière (1117-1183) y repose, ainsi que Louis Ier de Bavière (1173-1231) ou Othon II de Bavière (1206-1253).

L'abbaye est dédiée à la Sainte-Croix, dont elle détient une relique depuis 1180 qui est toujours objet de pèlerinage[3], et à l'Assomption de la BVM.

Les bénédictins font de cette abbaye un centre spirituel et culturel réputé. Au XIIIe siècle, ils enseignent et forment l'élite de l'époque.

L'abbaye souffre particulièrement des dévastations de la guerre de Trente Ans. Elle ne participe pas au renouveau baroque dans la même mesure que les autres abbayes d'Allemagne méridionale, d'Autriche et du Tyrol, mais elle est réaménagée en style rococo au XVIIIe siècle.

L'abbaye, selon les lois d'inspiration napoléonienne, est sécularisée le 21 mars 1803. Les bénédictins sont expulsés et l'abbaye nationalisée. Les bâtiments sont vendus et passent entre différentes mains.

Seconde fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye en 1644

L'abbaye est à nouveau rouverte comme prieuré en 1838, sous l'impulsion du roi Louis Ier de Bavière et de nouveaux moines arrivent de l'abbaye de Metten, récemment refondée. Scheyern accède au statut d'abbaye en 1843.

L'église abbatiale est restaurée entre 1876 et 1878 dans le style néo-roman.

Un moine de Scheyern, le P. Joseph Peruschitz (1871-1912), qui partait pour les États-Unis aider à la consolidation de l'abbaye bénédictine de Collegeville fut victime du naufrage du Titanic, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.

L'abbaye se spécialise aujourd'hui dans l'étude des textes des Pères de l'Église, et ses travaux sur saint Jean Damascène sont universellement reconnus par les spécialistes, en particulier ceux de l'histoire byzantine.

L'abbaye entretient des liens spirituels et culturels particuliers avec la Hongrie. Le cardinal Ratzinger, lorsqu'il était archevêque venait chaque année à Scheyern.

L'abbé actuel est le P. Markus Martin Eller, osb, (né en 1966). La communauté, dont la moyenne d'âge est relativement jeune, comprend quatorze moines qui s'occupent de l'abbaye, de l'école, ainsi que de paroisses environnantes.

Établissement d'enseignement[modifier | modifier le code]

Dès sa réouverture en 1838, Scheyern ouvre une école primaire et secondaire de garçons. Elle est fermée par les autorités nationales-socialistes en 1939, comme toutes les autres écoles catholiques tenues par des congrégations en Allemagne.

Un Gymnasium rouvre après la guerre, mais ferme en 1970 pour être transféré à Pfaffenhofen. Une école supérieure Staatliche Berufsoberschule a ouvert ses portes à l'abbaye en 1976, comme école de discernement des vocations.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les Scheyern sont les ancêtres des Wittelsbach
  2. Anciennement dénommé Petersberg.
  3. Des processions ont lieu le 3 mai et le 14 septembre et des offices les dimanches suivants.

Liens externes[modifier | modifier le code]