Élisée de Montagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élysée de Montagnac
Image illustrative de l'article Élisée de Montagnac
Fonctions
Député des Ardennes au Corps législatif
22 avril 18604 septembre 1870
Législature Corps législatif
Biographie
Nom de naissance André Joseph Élysée de Montagnac
Lieu de naissance Pouru-aux-Bois
Ardennes
Date de décès 16 septembre 1882 (à 74 ans)
Lieu de décès Charleville
Ardennes
Nationalité Français

André Joseph Élysée de Montagnac (Pouru-aux-Bois, 17 août 1808 - Charleville, 16 septembre 1882) fut un industriel français.

Il développa et perfectionna la fabrication des draps de Sedan. Il inventa notamment une nouvelle étoffe, le velours Montagnac, qui fit connaître son nom dans le monde entier. Il fut fait chevalier de la Légion d'honneur en 1840, puis officier, en 1865.

Il fut successivement membre du conseil municipal de Sedan, conseiller général des Ardennes, puis député des Ardennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Joseph Élysée de Montagnac est né à Pouru-aux-Bois, dans les Ardennes et le pays sedanais le 17 août 1808. Il est issu d’une ancienne famille du Limousin, une famille de tradition militaire. Il est ainsi le fils d'un capitaine de dragons, et le frère d’officiers, dont Lucien de Montagnac mort en 1845 sur le champ de bataille de Sidi-Brahim[1].

À 18 ans, en 1826, Élysée de Montagnac s'écarte de la carrière des armes, traditionnelle dans sa famille, et se lance dans les affaires en créant une manufacture de textile, au 31 Grand'Rue à Sedan, reprenant à son compte la maison de commerce d'un cousin germain. Il innove sur l'approvisionnement, et sur les procédés de fabrication. Il crée ainsi un apprêt velouté applicable aux étoffes drapées et foulées en 1852, puis un velours de laine en 1855, ayant l'aspect et la douceur des plus beaux velours[2]. Copié malgré le dépôt de brevets, il n'hésite pas à multiplier les procès contre les concurrents se prêtant à des contrefaçons, et les gagnent[3]. En 1858, il rachète une filature à Lamécourt puis acquiert sur la même commune, en 1860, le château[4]. Sur le total de ses deux sites de production, à Sedan et à Lamécourt, il emploie au début des années 1860 plus de 400 ouvriers[5]

Dans la même période, il crée, avec deux autres industriels sedanais, une société spécialisée dans la récupération de déchets de laine, à toutes les étapes de fabrication, pour fabriquer des étoffes à moindre prix[3].

Il se passionne également pour la politique locale et nationale. Membre du conseil municipal de Sedan, rallié au second empire, il est élu député au Corps législatif par la première circonscription des Ardennes, le 22 avril 1860, en remplacement de Jules François Riché nommé conseiller d'Etat. Son élection est confortable, puisqu'il reçoit sur son nom 31 217 voix sur 31 578 votants, et 47 738 inscrits, mais il est l'unique candidat, soutenu par l'administration préfectorale. Il est réélu le 1er juin 1863, puis le 24 mai 1869. Il devient également membre du conseil général des Ardennes en 1861. Il se retire de la scène politique après l’effondrement du Second empire en 1870[6].

Il se retire également des affaires dans les années 1870, confiant la manufacture de Sedan à son fils et la filature de Lamécourt à son gendre[3]. Les deux entreprises vont progressivement s'engourdir, ne réussissant pas à maintenir un rythme d'innovations et d'investissements adéquat. Vingt ans auparavant, répondant avec Charles Cunin-Gridaine à une enquête industrielle comparant l'industrie textile en France et en Angleterre, Élisée de Montagnac constatait déjà, de façon lucide : « l'industrie se perpétue en Angleterre. En France, elle est viagère. Tandis que les capitaux s'immobilisent dans les établissements anglais en s'y accumulant, en France, ils se divisent par le partage, et le capital vient à manquer ou à être insuffisant. »[7].

Il décède à Charleville le 20 septembre 1882, quelques mois après le décès de son épouse, et est inhumé à Sedan[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

À voir également[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Gracia Dorel-Ferré (dir.), Denis McKee (dir.) et Bruno Lassaux, Les patrons du Second Empire : Champagne-Ardenne, Éditions Picard & Éditions Cénomane (no 8),‎ 2006, 250 p. (ISBN 2-7084-0755-4), « André Joseph Élysée de Montagnac », p. 49-53.
  • Gérard Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), éditions de l'École des hautes études en sciences sociales,‎ 1998, 578 p. (ISBN 2-7132-1241-3).
  • Jean-Marie Mabillon, « L'industrie à Rubécourt-et-Lamécourt », Terres Ardennaises, no 63,‎ juin 1998, p. 1-11.
  • Pierre Congar, Jean Lecaillon et Jacques Rousseau, Sedan et le pays sedanais, vingt siècles d’histoire, Éditions F.E.R.N.,‎ 1969, 577 p..

Sources web[modifier | modifier le code]